Dr Choguel Kokalla Maïga prône la reconciliation de la nation

19

Le candidat du Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR), Dr Choguel Kokalla Maïga, a présenté, dimanche, son projet de société au cours d’une conférence de presse qu’il a animée à la Maison de la presse. La vision du candidat est d’avoir une patrie libérée, unifiée et réconciliée. Il veut «restituer au Mali non seulement son honneur et sa dignité mais aussi sa souveraineté». Ainsi, pour une construction nationale, le candidat veut s’appuyer sur des piliers fondamentaux. Il s’agit de la réaffirmation de l’existence de l’Etat dans sa plénitude, la restauration des forces de défense et de sécurité, la rectification de la décentralisation, la réhabilitation de l’école et la promotion du développement.

A travers la reconstruction nationale, le candidat du MPR compte s’investir dans d’autres chantiers. Mais avant d’exposer ce projet, le porte-étendard du MPR a, tout d’abord, abordé la situation qui prévaut dans notre pays. Selon lui, les élections se dérouleront dans une situation très particulière. Le bilan du président sortant est mitigé et loin d’avoir comblé les attentes du peuple. Il a aussi rappelé que pendant plus de 25 ans, les présidents démocratiquement élus ont laissé des maux se développer. Leurs actions, explique-t-il, ont conduit à un affaiblissement de l’Armée malienne et un désengagement de l’Etat au Nord du pays. C’est ainsi que les terroristes et narcotrafiquants ont profité de cette situation pour s’enraciner dans le septentrion. Des groupes se sont créés et ont commencé à agir. «Face à ces multiples assauts, notre Armée a été contrainte parfois de se replier parce que mal équipée, mal commandée et mal entretenue», a argumenté Choguel Kokalla Maïga, avant d’affirmer que la Grande Muette a été “trahie”.

Le conférencier a indiqué que le MPR a décidé de présenter un candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet en axant ses actions sur trois directions. La première consiste à libérer notre pays de l’anarchie et de la tutelle étrangère. Ce qui, selon le candidat du MPR, suppose trois préalables : l’unité d’action, la restauration de notre armée de défense et l’affirmation de l’autorité de l’Etat dans le respect des prérogatives des collectivités territoriales. Pour M. Maïga, la deuxième direction, qui est imposée par notre situation de pays sahélo-sahélien, exige de nous atteler à des tâches comme l’autosuffisance alimentaire, la maitrise de l’eau, la protection de l’écosystème, le désenclavement intérieur et extérieur du pays.

La dernière direction consiste à développer des secteurs liés à l’épanouissement du citoyen, au développement économique, à la santé, l’éducation, la promotion des jeunes, des femmes, des personnes âgées et des handicapés. Si nos compatriotes lui accordent leur confiance, Dr. Choguel Kokalla Maïga s’engage donc à réconcilier la nation. «Je créerai l’union sacrée autour de moi pour faire face à l’adversaire», a-t-il promis, avant d’ajouter qu’il fera en sorte que tout le Mali participe au redressement de notre pays.

Fatoumata NAPHO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here