Finales du Festival international de volley-ball : L’AS commune V de Bamako sur le podium

16

Les finales en hommes et dames de la troisième édition du Festival international de volley-ball (Festi-volley), se sont disputées le samedi 14 juillet au Palais de la culture Amadou Hampaté Ba. Les deux finales ont été remportées par l’Association sportive de la Commune V, face au centre des 1008 Logements et l’équipe béninoise, les Finances. Chez les filles, les joueuses de la commune V se sont imposées 3 sets à 0 (25-15, 25-15 et 25-13) et en deuxième heure, dans une rencontre âprement disputée, l’équipe masculine a difficilement battu la formation béninoise au time-break (3 sets à 2).

Les deux finales se sont déroulées, en présence du président de la Fédération malienne de volleyball (FMVB), Amadou Bengaly, son homologue de la Fédération béninoise de volleyball (FBVB), Ali Yaro et de la marraine du tournoi, Mme Cissé Assitan Traoré, épouse de Soumaïla Cissé, candidat à la présidentielle 2018. La finale a débuté par le match des filles. Considérées comme les grandes favorites de la rencontre, les joueuses de la Commune V, feront honneur à leur statut, en se promenant devant les Centristes des 1008 Logements (3 sets à 0).

Dès le coup d’envoi de la partie, la capitaine Fatoumata Doumbia dite Mama et ses co-équipières, bien en place tactiquement et techniquement, ne mettent pas assez de temps pour marquer leur territoire. Elles remportent facilement le premier set (25-15), avant de remettre ça au deuxième set (25-15). Menées 2 sets à 0, les Centristes tentent de réagir, mais en vain.

La Commune V était trop forte et poursuivra sa démonstration de force au troisième set remporté sur le score de 25-13. La finale des hommes a tenu en halène le public venu massivement au Palais de la culture Amadou Hampaté Ba pour donner de la voix aux équipes. La partie démarrera en fanfare pour les Béninois qui mèneront 2 sets à 0 au tableau d’affichage (23-25 et 19-25).

On pensait alors que le match était fini et que la coupe avait choisi son camp, mais c’était sans compter sur la combativité des protégés du coach Tiémoko Samaké, qui égalisent à deux sets partout, avant de s’imposer au time-break (27-25, 25-16, 15-7). Les deux formations de la Commune V remportent, ainsi, les trophées de Festi-volley pour la troisième fois d’affilée, après 2013 et 2015. «Je suis fier et satisfait aujourd’hui (samedi, ndlr). Je félicite mes joueurs, ils ont battu une grande équipe du Bénin, le match a été très difficile. On s’attendait un peu à ça», a commenté le technicien de la Commune V, Tiémoko Samaké.

Pour mémoire, l’équipe malienne avait perdu lors de la phase de poule face à cette même équipe du Bénin, (3 sets à 0). «on se devait de relever la tête en rehaussant notre niveau de jeu, pour pouvoir remporter la finale. Les joueurs ont répondu présents», ajoutera l’ancien international. Pour l’entraîneur béninois, Toko Moussa, ses joueurs ont raté le coche et «n’ont pas su se mettre à l’abri, quand il le fallait, je félicite la Commune V pour son sacre», dira-t-il.

Pour les récompenses individuelles, le titre de meilleure marqueuse du tournoi est revenu à Fatoumata Doumbia de la Commune V, alors que Hawa Diata de Santhiaba volley-ball club de Ziguinchor a été désignée meilleure passeuse. Sira Sissoko de la Commune V a reçu le prix de meilleure attaquante et celui de meilleure joueuse.

Une autre joueuse de la commune V a été récompensée : il s’agit d’Oumou Cissé, élue meilleure libéro de cette 3è édition du Festi-volley. Chez les hommes aussi, trois joueurs de la Commune V ont reçu des distinctions: Moussa Koné, Noumory Keïta (Raimond Kalla) et Lamine Diallo qui ont été désignés, respectivement meilleur serveur, meilleur joueur et meilleur défenseur.

Du côté de Finances du Bénin, Ruchard Armand a décroché du prix de meilleur attaquant alors que son partenaire, Assogba Arick, a remporté le titre de meilleur passeur. L’épouse du chef de file de l’opposition malienne, Cissé Assitan Traoré, marraine de la compétition, s’est réjouie du bon déroulement du tournoi.

A.S

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here