Choguel Kokalla Maïga dévoile son projet de société : Cinq piliers pour restituer au Mali son bonheur, sa dignité et sa souveraineté …

23

Après le lancement officiel de sa campagne à Dioïla, le 8 juillet dernier, le candidat du Mouvement patriotique pour le renouveau (Mpr), Choguel Kokalla Maïga, a dévoilé, le dimanche 15 juillet dernier, son projet de société. C’était en la faveur d’une conférence de presse donnée à la Maison de la presse, en présence d’une pléiade de journalistes. Un projet composé de 5 piliers avec en point d’orgue le rétablissement de la défense pour ” Restituer au Mali son honneur, sa dignité et sa souveraineté “. Un slogan ambitieux.

…Remédier à une situation et continuer une œuvre m’ont amené à concevoir un projet comportant trois volets : la refondation de l’Etat, la formation du citoyen, la construction nationale. A leur tour, ces trois volets fondent, comme exigences, cinq actions à entreprendre et à réussir “

Premier pilier : La réaffirmation de l’existence de l’Etat dans sa plénitude

Selon Choguel, la situation dans lequel se trouve le Mali aujourd’hui est le résultat d’une mauvaise gouvernance instaurée depuis plus de 25 ans. Notre pays à l’en croire, est menacé dans son unité et son intégrité. Une lecture attentive des différents accords signés avec les mouvements rebelles, de 1992 à ce jour, montre que ces accords contiennent tous les germes de la partition du pays. Tous, en leur préambule, affirment, quand ils ne réaffirment pas, leur attachement à un Mali un et indivisible ” explique-t-il dans son projet de société. Cependant, déclare Choguel, une lecture minutieuse des différentes dispositions de ces accords permettra de cerner une réalité. Selon lui, une équation est à résoudre. “Si je suis élu, je m’engage à la résoudre en corrigeant les erreurs d’appréciations commises lors du processus d’Alger”.

Deuxième pilier : Restaurer les Forces de défense et de sécurité

Lors du lancement officiel de sa campagne à Dioïla, le candidat Choguel a affirmé que le rétablissement de la sécurité sera sa priorité une fois élu président de la République. ” La bravoure, la vaillance, le dévouement à la Patrie de nos soldats n’est pas en cause. En 2012, jusqu’à la chute d’Aguelhok, ils ont tenu tête aux rebelles sur l’ensemble du front, repoussant attaque sur attaque. Par la suite, Aguelhok est tombée parce qu’ils se sont trouvés à court de munitions ; Tessalit est tombé parce qu’ils se trouvés à court de vivres ; Kidal, Gao et Tombouctou sont tombées, soit à cause d’un changement de stratégie qui fut favorable aux rebelles, soit à cause de la désertion des éléments rebelles précédemment intégrés dans l’armée. Notre armée a été vaincue parce que trahie par l’élite politico-militaire. Notre peuple continue d’en subir les conséquences “. Choguel se fixe comme défi de redonner à l’armée malienne un nouveau visage. Pour y parvenir, il promet de mettre fin au recrutement anarchique et à la constitution d’une armée nationale fondée sur des considérations d’ordre ethnique, mais sur les réalités du pays.

Troisième pilier : Repenser la Décentralisation

Il s’agira pour le candidat du parti du Tigre d’une décentralisation totale et effective. “Le peuple du Mali, depuis plus de 25 ans, a cessé d’être associé aux prises de décision. Il n’est plus sollicité que lors des consultations électorales et cela, pas pour exprimer ses préoccupations, mais pour être invité à déléguer un pouvoir qui, par la suite, sera exercé en son absence. Le Mali profond a cessé d’être sillonné. Le contact avec les populations rurales a été rompu”. Choguel promet de faire en sorte que cela soit restauré. “Je ferai prendre des mesures pour que la parole et, partant, le pouvoir à la base, soient restitués au peuple. Je ferai adopter des lois pour que soit traduite dans les faits la responsabilisation des collectivités locales et régionales. Le transfert des compétences s’effectuera concomitamment avec le transfert des ressources. Les élus auront obligation de résultats envers les électeurs qui auront droit de contrôle de l’utilisation des fonds collectés et gérés”.

 Quatrième pilier : Réhabiliter l’Ecole

En matière d’éducation, le candidat Choguel compte traduire en actes le slogan : ” Oser penser pour oser agir”. Selon lui, “La solution se trouve, non plus entre les mains des spécialistes de l’éducation, mais entre celles du peuple. Je le convoquerai à travers des représentants compétents en la matière, pas pour une rencontre de plus, mais pour répondre à la seule question qui vaille et qui, jusque-là, n’a pas été encore posée : comment adapter l’école à nos réalités ? Répondant à cette question, je poserai les fondements de l’Ecole de la République. L’école qu’il nous faut est l’Ecole de la République” ajoute-t-il.

Cinquième pilier : Promouvoir le développement

Pour ce faire, l’ex- ministre de la Communication compte d’abord moderniser l’agriculture, l’élevage et la pêche, sans oublier les mines, l’industrie et le commerce. Cependant, selon lui, “le développement comme je le conçois place l’Homme au début et à la fin de toute action. Pour cette raison, outre l’Ecole dont il a déjà été question, j’attacherai une attention particulière au bien-être du peuple avec des interventions dans la santé et l’action sociale, la culture, le sport et les loisirs. Je ferai adopter des lois pour que soit traduite dans les faits la responsabilisation des collectivités locales et régionales” précise-t-il.                Youssouf Koné

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here