Campagne électorale : L’ANASER sensibilise sur la circulation routière

17

Il a été constaté que pendant la campagne électorale, le nombre d’accident augmente. Pour remédier à un tel fléau, l’Agence nationale de la sécurité routière (ANASER) entend jouer sa partition. Son directeur général, le chef d’escadron Mamadou Sidiki Konaté a effectué une visite de terrain jeudi dernier pour constater le travail des policiers et gendarmes en patrouille de contrôle routier.

C’est en homme de terrain avec un gilet vert bien enfilé que le directeur général a pris part à cette patrouille de contrôle des usagers de la circulation sur la RN 27 reliant Bamako à Banamba. «Cette descente sur le terrain s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des orientations et instructions du ministre des Transports et du Désenclavement qui s’est adressé à la population à la veille de la campagne électorale en vue de sensibiliser largement les usagers de la route par rapport au bon comportement», a-t-il rappelé.

Selon lui, la campagne électorale est une période critique en matière de sécurité routière où des cas de mauvais comportement sont constatés. Pendant cette période, la mobilité s’accroît à Bamako et environs. Les excès de vitesse sont beaucoup fréquents. Voilà entre autres quelques raisons ayant poussé l’ANASER à sensibiliser les usagers pour une «campagne électorale sans incident et sans accident sur la route». Dans ce travail, l’Agence est accompagnée par les forces de sécurité et de la gendarmerie qui détiennent des radars portatifs, matériels de contrôle de vitesse pour constater des cas d’excès de vitesse en vue de les sanctionner. La patrouille a croisé une voiture personnelle.

A bord quatre personnes dont le conducteur porte un t-shirt orange, les écouteurs aux oreilles. Signalé pour excès de vitesse par un gendarme muni du radar, il ralentit et s’arrête. Aussitôt, l’équipe déployée sur le terrain s’approche. Le gendarme lui montre le radar qui pointe 103 km à l’heure. Les deux personnes assises derrière n’ont pas mis leurs ceintures de sécurité. Rapidement, il est rappelé à l’ordre à travers des messages de bons comportements et de courtoisie routière.

«Vous avez été flashés tout à l’heure et vous étiez à 103 km à l’heure. Etes-vous d’accord ?», a interrogé le chef d’escadron Mamadou Sidiki Konaté qui s’est fait rapidement acquiescer par le conducteur. « Est-ce que, a-t-il poursuivi, vous connaissez un peu la limitation de vitesse sur cette route ? C’est combien ?». « 20, a répondu le conducteur».

Il ne se rappelle pas de la limitation de vitesse en rase campagne. « En rase compagne, a répondu le chef d’escadron Mamdaou Sidiki Konaté, la vitesse maximale est de 90 km à l’heure. Lorsque vous êtes en agglomération, elle est de 50 km à l’heure. Vous avez été contrôlé à 103 km à l’heure, ça veut dire que vous étiez en vitesse excessive et c’est très dangereux parce que vous mettez votre vie en danger et celle des autres».

Plus tard, de l’autre côté de la route, un véhicule personnel de marque Toyota est signalé pour la même raison. Selon le radar portatif, le conducteur était à 93 km /h. Avec un chapeau superbement placé sur la tête, le chauffeur n’a pas attaché sa ceinture de sécurité. «Vous devez porter votre ceinture de sécurité ainsi que madame qui est à côté de vous. Il est aussi interdit de transporter un enfant de moins de 10 ans aux places avant du véhicule.

On le met toujours derrière», a lancé le directeur général de l’ANASER, avant d’ajouter : «nous véhiculons ce message auprès de vous pour que vous puissiez avoir un très bon comportement et être désormais un ambassadeur sur la route». Sensibilisé aux règles de la circulation routière, le conducteur réagit très froissé. «Je suis, a-t-il dit, parfaitement d’accord avec votre travail. Franchement, je suis touché et je trouve tout à fait normal que les personnes hors la loi reviennent dans la loi».

L’opération de contrôle de vitesse concerne plusieurs axes routiers du pays depuis le début de la campagne électorale. L’objectif est de sensibiliser davantage tous les conducteurs de moto, de véhicules personnels et des gros porteurs au respect des règles de la circulation, particulièrement le code de la route et tout ce qui constitue un bon comportement de courtoisie, un comportement citoyen.

Le directeur général de l’ANASER a profité de cette sortie pour inviter les usagers de la route à veiller aux panneaux de signalisation, généralement endommagés ou totalement masqués par les affiches de campagne et autres affiches. «A cela, a-t-il souligné, nous invitons l’ensemble des usagers de s’arrêter et de les enlever tout bonnement».

Sékouba KONARE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here