Présidentielle de 2018 : Bon présage

0

La réélection, dès le premier tour du candidat IBK, se confirme par sa capacité à drainer des foules partout où il passe dixit Mamadou Camara

À seulement trois jours de la fermeture de la campagne électorale, le porte-parole du candidat IBK, Mamadou Camara a organisé le 24 juillet passé au quartier général du parti, une conférence de presse pour faire le point sur leur campagne.

La conférence était animée par le porte-parole, du candidat IBK, Mamadou Camara et le conseiller spécial, du président sortant, Blaise Sangaré.

Les interventions des conférenciers ont porté, entre autres, sur la présentation du bilan de leur candidat, mais surtout son programme.

Dans son exposé luminaire, Mamadou Camara, a expliqué en détails les réalisations de son candidat depuis son arrivée au pouvoir, et ce dans tous les secteurs. Pour ce faire, il a commencé par rappeler les missions que le président s’était fixées après son election en 2013.

Selon le porte-parole d’IBK, le bilan de candidat n’est pas exhaustif. Les lignes ont bougé dans tous les secteurs. A en croire Mamadou Camara, le président IBK a fait des prouesses et cela, dans tous les secteurs d’activité. D’abord, dira-t-il, il a travaillé à l’instauration d’une paix durable et la cohésion sociale, notamment à travers l’obtention de la signature d’un accord avec les groupes armés, avec respect de la souveraineté et de l’indivisibilité du Mali; l’opérationnalisation des nouvelles régions; la réalisation des infrastructures routières; dans les secteurs vitaux tel que l’accès des populations à l’eau et à l’électricité, dans le secteur de l’éducation; la santé, l’amélioration des conditions de vie des travailleurs; l’accès aux logements sociaux; la refondation et l’équipement de l’armée; la création d’emplois; la promotion et l’autonomisation de la femme; le redynamisation de l’agriculture, entre autres.

Pour ce qui concerne le programme 2018-2023 du candidat IBK, il s’articule, selon son porte-parole, au tour de cinq (5) grands axes. Le premier concerne la gouvernance, les réformes politiques et institutionnelles. Son coût s’élève à 1 950 milliards de FCFA. Le deuxième axe, d’un coût total de 5 467, 47 milliards de FCFA, concerne la promotion d’une croissance économique et inclusive. Le développement du capital humain et l’inclusion sociale constituent le troisième axe. Son coût est de 1 538, 56 milliards de FCFA. L’eau, l’environnement, le changement climatique et le développement durable occupent la 4eme place dans les priorités du candidat IBK. Il sera financé à hauteur de 1 061,60 milliards de FCFA. Le cinquième (5) et dernier axe est celui de la diplomatie, la coopération et le partenariat. Son coût total s’élève à 555 milliards de nos francs. Tout ce programme riche et prometteur coûtera au budget national, la bagatelle de 10 574 milliards de FCFA.

Au plan de la restauration et la consolidation de la paix, le candidat IBK, compte investir au cours de son deuxième et ultime mandat, 15 milliards de FCFA pour boucler le processus de Démobilisation, Désarmement et Réinsertion (DDR) et 20 milliards pour le processus d’intégration. Quant au parachèvement de la mise en oeuvre de la loi d’orientation et de programmation militaire, ainsi que celle de programmation de la sécurité intérieure il est prévu 1 800 milliards.

A la suite du porte-parole, Blaise Sangaré a souligné que le candidat IBK, est de loin le candidat idéal pour qui les Maliens se doivent de faire élire dès le premier tour de l’election présidentielle du 29 juillet à cause de ses acquis durant les quatre ans et demi de son premier mandat. En face, il n’y a pas de candidat qui pèse. Ses adversaires politiques sont soit, des politiques qui ont perdu leur temps à saboter son action avec l’intention de gâter la réputation du Mali et de tous les Maliens, soit des inconnus, ou encore des anciens collaborateurs qui n’ont pas digéré leurs départ du gouvernement, où de la présidence, a-t-il martelé. Selon Blaise, ceux qui ont pourfendé le nom du Mali et de son président, se doivent de présenter des excuses au peuple malien.

Avant de terminer, les conférenciers ont invité la population à se mobiliser pour aller retirer les cartes d’électeurs, afin d’accomplir leur devoir civique. Comme dernier mot, Mamadou Camara a invité les jeunes à opter pour le candidat qui a des acquis concrets et d’éviter le saut dans l’inconnu avec un autre candidat

Mohamed Naman Keita

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here