Master Soumi, activiste : « Il faut que le président nous parle de son bilan plutôt que des clashes »

5

A quelques jours de l’élection présidentielle, s’enchainent les meetings des 24 candidats en lice. Les artistes aussi ont leurs mots à dire. C’est dans ce contexte que le lundi 23 juillet, au siège d’Africable télévision, nous avons recueilli les propos de l’artiste Master lors du débat politique intitulé « Jeunesse et élection présidentielle».

Optimisation de la Fonction de Secrétaire et d'Assistant(e) de Direction
« Pour un président sortant, il n’est pas nécessaire de faire toutes ses agitations, des grands meetings ou une grande campagne pour accéder une seconde fois au pouvoir quand on a été élu pour cinq ans. Il faut que le président nous parle de son bilan plutôt que des personnes ou des clashes.

Il faut reconnaitre que 24 candidat pour la présidence d’un pays qui se dit pauvre, c’est un peu osé; il y’a du désordre, il ya trop de candidats. Il faut essayer de durcir la loi électorale. Il(IBK) a prit le pays dans un état critique mais cela ne l’a pas empêché de payer un avion. Un avion n’est pas la priorité des Maliens, ils ont besoin de sécurité, de nourriture.

Nous constatons que plusieurs candidats font leurs campagnes en favorisant les jeunes, mais après qu’ils sont élus, ils oublient les promesses et engagements ténus. Il faut exhorter la jeunesse à arrêter d’être spectatrices de son avenir, il faut mettre cette jeunesse au cœur du débat. Ils disent que la jeunesse est l’avenir mais cette jeunesse vieillit dans son présent. Et ce qui me choque le plus, c’est de voir que l’on chôme dans un pays deux jours pour les retraits des cartes d’électeurs pendant que les distributeurs sont en grève »

Propos recueillis par Fadimata S Touré (stagiaire)

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here