IBK à Koutiala, San, et Ségou : “On n’intimide pas le pouvoir, on ne peut pas m’intimider”

405

Après Sikasso, le candidat Ibrahim Boubacar Kéita était à Koutiala et San le mercredi 25 juillet 2018. Comme à Sikasso, IBK a été accueilli dans la grande ambiance et la grande mobilisation.
Koutiala chez lui (il est né à Koutiala), le stade Sidiki Ouattara était jusque sur la pelouse. IBK a été accueilli avec une musique “Simbo, simbo, IBK ye wara (IBK est un maître chasseur, IBK est un lion qui ne laisse)”. Cette chanson fait danser IBK. Dans son allocution de bienvenue, Boubacar Coulibaly, le président de “Ensemble pour le Mali” a remercié IBK pour tout ce qu’il a fait pour Koutiala, surtout en l’érigeant en région et le projet de construction du nouvel hôpital, la finition de la grande mosquée, la clôture du cimetière et la réalisation d’autres infrastructures. Comme doléance, il a sollicité d’IBK la construction des routes pour relier Koutiala à d’autres localités. Et en retour, il a promis le vote massif des Koutialais. “Après ma mort, si le Dieu me demande ce que j’ai fait de bien, je lui répondrai que j’ai voté pour IBK”, a-t-il déclaré. Il a invité les Koutialais à sortir massivement le dimanche 29 juillet 2018 pour élire IBK dès le 1er tour.
IBK s’est dit honoré par la grande mobilisation pour son accueil. Comme à Sikasso, il est revenu sur ses déclarations pour dire que l’élection du dimanche 29 juillet 2018 doit être une fête et non une source de conflit. Et, a-t-il insisté, seuls la Céni, le ministère de l’Administration territoriale et la Cour constitutionnelle sont habilités à proclamer les résultats des élections. Il a mis en garde les éventuels contestataires des résultats du vote. “Tout ce qui se fait en dehors de la Loi est illégal. Pour être respecté, il faut respecter les lois du pays. L’élection doit être un bonheur et non une source de conflits. Je ne veux pas de conflit au Mali. Je ne suis pas obnubilé par le pouvoir. Je suis obnubilé par les relations humaines. Que leur mal retourne à leurs faiseurs. Le pouvoir doit être respecté. Le pouvoir, c’est le respect des institutions, c’est le respect des autres et de soi-même. Le pouvoir n’a jamais eu peur. On n’intimide pas le pouvoir. Le pouvoir ne peut pas être intimidé, on ne peut pas m’intimider. L’élection doit être transparente et apaisée. Je ne suis pas un maudit. Les enfants qui respectent leurs parents, leurs aînés ne seront jamais terrassés par leurs ennemis. Ne suivez jamais les menteurs, les irrespectueux, les ennemis du pays”, a-t-il déclaré.
A San, IBK est revenu sur certaines de ses déclarations de Koutiala. “Mes détracteurs sont mécontents. Pour cela, ils sont pourris, ils sentent mauvais. Je suis propre, je ne fais que rire. Je demande à Dieu de donner du bonheur à tous les Maliens. Je ne veux de mal à personne. Contrairement à ce que disent mes détracteurs, je ne suis pas fatigué”, a-t-il affirmé. Il fera le récit de sa tournée malienne et africaine. Arrivé tardivement à Ségou (vers 21 h), IBK a demandé des excuses aux Ségoviens qui étaient nombreux au stade Amary Daou à l’attendre. Le vendredi, IBK continuera sa campagne à Niono, Dioïla, Fana, Baraouéli, Kati. Siaka DOUMBIA Envoyé spécial

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here