Yayi Boni, chef de la mission d’observation de l’Union Africaine: « pour nous, le scrutin se fera dans le cadre d’une fête populaire… la stabilité sécuritaire doit rimer avec la stabilité politique »

183

Le Chef de la Mission d’observation de l’Union africaine, pour l’élection présidentielle du 19 juillet 2018, l’ancien Président de la République du Bénin, Yayi BONI, était hier au QG de campagne du Président-candidat, Ibrahim Boubacar KEITA, où il a eu un entretien fructueux avec Bocari TRETA, Directeur de campagne d’IBK. A sa sortie, M. BONI a témoigné de tout l’intérêt de l’Union africaine pour le Mali, de l’objet de la mission d’observation qu’il conduit et a souhaité que ce scrutin soit une fête électorale. Nous vous livrons in extenso sa déclaration.

«Nous sommes là au nom de l’Union africaine qui est notre institution continentale ; rien ne se passe sur le Continent sans que l’Union africaine n’intervienne. Nous sommes à un moment important : l’élection présidentielle au Mali qui est un grand pays que nous connaissons tous. Vous savez tout l’intérêt que la Communauté internationale et du Continent pour le Mali, pour tenir compte de ce qui s’est passé : la question de l’insécurité, de la crise sécuritaire. Nous avons vraiment été briefés sur l’état des lieux.
Quant à l’objet de notre mission, d’un : vous savez, nous sommes tenus de rencontrer tous les acteurs. Après la Majorité, nous allons aussi rencontrer les autres acteurs.
De deux, nous allons essayer de voir l’état de préparation de ce scrutin et s’il y a également quelques petites difficultés, j’allais dire questions d’actualité de dernière heure, puisque vous savez nous sommes à la veille, à 48 heures de la fin de la campagne. En fait, pour nous autres, le scrutin se fera dans le cadre d’une fête populaire, une fête électorale. C’est notre grand souhait.
En plus des autres missions d’observation, la France l’Union européenne, l’Union africaine doit organiser une rencontre ensemble pour que nous puissions mutualiser tous nos efforts aux côtés du peuple malien que nous aimons de tout notre cœur, de manière à ce que ce scrutin se déroule dans un cadre familial, de fête populaire. Car, pour nous, la stabilité sécuritaire doit rimer avec la stabilité politique. Si vous comprenez ce que je veux dire, c’est que nous parlons non seulement du Mali, mais aussi de l’Afrique de l’Ouest, du continent africain et reste du monde
Bonne chance.

Propos recueillis par Bertin DAKOUO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here