Campagne présidentielle 2018 : une période de vaches grasses pour les « parkeurs » et les tenanciers de lieux de rencontre.

18

La campagne électorale de 2018 a été un moment d’engouement et de mobilisation pour la population en général mais aussi un moment où certaines activités, comme le parking, deviennent florissantes.

La campagne électorale qui a débuté le 7 juillet dernier a occasionné sur différents endroits du pays des rencontres politiques, des meetings et des concerts. Ces attroupements offre du coup une opportunité d’affaire pour certaines petites activités. Ainsi, la garde des engins est devenue une véritable opportunité d’affaire pour certains.

Selon Amadou Coulibaly, parkeur au palais de la culture Amadou Hampathé Bâ de Bamako, ne dira pas le contraire. Il y a de cela plusieurs années, M. Coulibaly et son cogérant échangent la garde à tour de rôle, affirme-t-il. « Cette campagne électorale nous a beaucoup rapporté vraiment, parce que la plupart des participants aux rencontres politiques viennent à moto, ce qui nous arrange vraiment », a-t-il déclaré. Il a fait savoir que l’augmentation du prix de garde par moto au niveau du Palais de la Culture passé de 100 à 200 FCFA a beaucoup été salutaire. Cette somme était déjà fixée bien avant l’ouverture de la campagne électorale, a-t-il expliqué. Ce genre de période est généralement le moment de se faire beaucoup de bénéfice. Pour les parkeurs, c’est réellement une période où tout marche à merveille. « Si ça ne tenait qu’à moi je ne voudrais même pas que cette campagne prenne fin pour qu’on puisse continuer a gagné plus », disait-t-il. Cette campagne électorale a égayé beaucoup de gens dont certains ce sont permis de partager leurs joie.

Il en va de même pour les tenanciers des lieux de rencontre. Comme l’a affirmé la trésorière de la maison de la presse, Dado Camara, « en cette campagne électorale nos revenus ont belle et bien augmenté vu les nombreuses rencontres et cérémonies qu’on organise chez nous ici à la Maison de la presse, on peut organiser un ou souvent même deux cérémonies par jour. Ceux-ci dépendent du programme qui nous a été indiqué, ce qui nous motive vraiment a souhaité à tous ces candidats une bonne chance et que le meilleure gagne », a-t-elle ajouté. Par ailleurs, d’autre en profite pour parler de leur situation familiale dont les conditions ne sont pas bonnes du tout.

Adama Diarra, parkeur à la Maison de la presse, les ressources du parking ont augmenté depuis le lancement des campagnes puisque de nombreuses rencontres se font ici. Et dans la plupart des cas c’est la jeunesse, en tant que père de famille je suis vraiment content vu que j’ai une famille à prendre en charge, affirme-t-il. Il a rappelé qu’ici au Mali le parkeur ne gagne pas assez si ce n’est pas à ces genres d’occasion.

Bintou Touré (Stagiaire)

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here