Envolée à la Présidentielle 2018: IBK écrase ses adversaires

4

Une autre leçon se dégage des tendances actuelles, même partielles et parcellaires : c’est que manifestement, le Président sortant a taillé des croupières à ses opposants les plus farouches surtout dans des endroits réputés être leurs fiefs et où, apparemment ils étaient jugés solidement implantés. Au nombre de ces opposants, on retient justement, hormis son principal challenger, ses anciens ministres et des hauts cadres qui avaient bénéficié de la confiance de IBK, mais surtout qui étaient les plus acharnés à dénoncer sa gouvernance à laquelle ils avaient pourtant bien collaboré et donc les plus déterminés à le défenestrer.

Déjà à Sébénicoro, son fief depuis belle lurette, le Président sortant semble avoir imposé le respect à ses adversaires en s’affichant clairement sur le podium avec 7419 voix, soit 4179 voix de plus que son poursuivant immédiat, Cheick Modibo DIARRA, dans le rôle de lièvre, qui glane tout de même 3240 voix; et très loin devant Soumaïla CISSE qui arrive en bronze avec 1993 voix, soit un écart appréciable avec IBK de 5 426 voix.Dans son propre bureau de vote, le N°14 du centre École AB, le Chef de l’État amorçait déjà cette tendance avec 137 voix, contre 39 pour l’ancien Premier ministre de la Transition de 2012 et 12 voix seulement pour Soumaïla CISSE, son ancien voisin de Samaya.
Mais visiblement, Sébénicoro ne suffisait pas pour sa démonstration de force. C’est dans les localités, dont ses opposants sont censés être le plus en ‘’famille’’ que le président candidat à sa propre succession a voulu faire taire les supputations.

Les opposants à la peine dans leurs fiefs
Ainsi, ‘’à tout seigneur, tout honneur’’, c’est à Soumaïla CISSE, challenger le plus sérieux depuis déjà 2013 et Chef de file incontestable de l’Opposition, que le président sortant a réservé son premier bras d’honneur, jusque dans son fief de Niafunké jugé inexpugnable. Là, en se limitant au seul bureau où le principal opposant était inscrit et où il a voté, IBK vient en tête avec 128 voix (soit 68%), largement devant Soumaïla CISSE qui n’obtient que 72 voix (27%).

Le barrage de Markala
devant Igor et Modibo
Redescendant le fleuve en aval, IBK a fait une halte à Markala pour en découdre avec Mamadou Igor DIARRA et Modibo KONE, les natifs de la ville des ateliers militaires centraux du Mali et tous deux candidats déterminés à cette présidentielle. Le premier, Igor, ancien ministre des Finances de IBK, assure-t-on, nourrit une rancœur tenace pour sa mise à l’écart, après des remous au sein du gouvernement où il était soupçonné de vouloir placer des peaux de banane sous les pieds de son vieux Premier ministre, Modibo KEITA qui avait pourtant toute la confiance de IBK.
Face à cet opposant vitupérant et très tenace dans la dénonciation de la gouvernance IBK, celui-ci s’impose par 3817 voix contre 2786, soit un écart de 1031 voix.
IBK réserve le même sort à Modibo KONE qui n’obtient que 892 voix, soit un écart de 1925 voix. Une revanche de IBK sur Modibo KONE, ancien PDG de la CMDT, qui n’aurait, dit-on, pas digéré la couleuvre de son renvoi comme un malpropre et qui avait, dans un premier temps, cherché à promouvoir la candidature de… Oumar Tatam LY, le très taciturne et réservé tout premier chef de gouvernement de IBK nouvellement élu en 2013. Pour ce faire, l’ancien PDG de la CMDT avait délégué Paul BORO, luiaussi anciennement du RPM mais qui n’avait pas pardonné son départ de la tête du Centre International de Conférence de Bamako.

Pour Kalfa SANOGO, ‘’nul n’est prophète chez soi’’
Le Maire de Sikasso, également ancien PDG de la CMDT, Kalfa SANOGO, n’en mène pas large face à son ancien patron et mentor qui lui avait confié, en un moment délicat, les rênes du géant malien du coton. Déjà dans la Commune urbaine de la capitale du Kénédougou, où Kalfa SANOGO s’était imposé sans coup férir comme édile, le président sortant rafle 20 527 suffrages, soit la quasi-totalité de la mise des 40 384 voix exprimées ce 29 juillet dernier. Avec un écart aussi impressionnant de 15.411 voix, cet Adémiste historique qui voulait se désister si l’ancien Président du Parti et de la Transition, Dioncounda TRAORE était partant, ne pouvait plus rien espérer avec ses 5.116 voix que ses propres concitoyens lui avaient consenties.
Mieux dans, dans l’ensemble de Sikasso, commune urbaine comme environnants, le maire de Sikasso subit le même affront d’un adversaire, lancé loin devant dans ce marathon 2018.
Dans le reste de la région de Sikasso (anciennement, ndlr : Bougouni, Yanfolila et Kolondjèba viennent d’obtenir obtenu leur ‘’indépendance’’, en tant que région distincte de Sikasso), notamment à Bougouni, Koutiala et Yanfolila, le président sortant écrase de tout son poids l’ancien PDG de la CMDT, mais de même que Oumar MARIKO, le leader de SADI. Ce dernier mord littéralement la poussière dans son Kolondièba natal où le natif de la capitale du Mianiankala lui ravit la vedette avec 14 500 voix, soit 34,55% des suffrages exprimés, contre un score tout de même respectable de 10 127 voix, soit 24,13% que l’ancien et vitupérant leader estudiantin récolte après le passage de la tornade présidentielle.

Le Banico renie son fils
saint-cyrien
Mais avant d’envahir le sud du pays et donc la région du coton, IBK s’est offert le scalp d’un de ceux qui avaient le plus voué son régime et ses actions aux gémonies, le jeune Général Moussa Sinko COULIBALY, dont la notoriété d’officier sorti de Saint-Cyr, ne lui a pas suffi pour éviter d’être quasiment écharpé et essoré. Visiblement, le champ politique, où il a fait une irruption tonitruante, ne pouvait compenser son inexpérience des champs de bataille militaire qu’il n’a au demeurant jamais connus. Ainsi, à Dioïla, la capitale du Banico, le Général Moussa Sinko COULIBALY, ancien ministre de IBK et Chef de cabinet du généralissime boucher de Kati, a laissé des plumes dans la bataille présidentielle, puisqu’il paraît visiblement inconnu au bataillon. En dépit de sa sortie tonitruante au bazooka contre son ancien patron, le général démissionnaire ne figure même pas parmi les cinq premiers candidats ayant obtenu quelques suffrages ce 29 juillet. L’ancien président s’envole littéralement dans le cercle de Dioïla avec 53 014 voix, très loin de son challenger Soumaïla CISSE qui arrive péniblement avec 8 829 voix, soit une irrépressible différence de 44 185 voix. Aliou Boubacar DIALLO suit ce duo de tête avec 6 415 voix, suivi par Cheick Modibo DIARRA obtenant 6 578 suffrages et Choguel MAIGA boucle ce quinté, avec 5 176 suffrages exprimés, en dépit ou justement parce qu’il a lancé sa campagne ici.
D’un Moussa Sinko COULIBALY, enfant du Banico, point n’est visiblement question !

Nioro du Sahel n’a pas entendu le Chérif
Il en va de même de Aliou Boubacar DIALLO, le porte-drapeau de l’ADP-Mali, adoubé par le Chérif de Nioro, et non moins pourfendeur déclaré du régime IBK. En effet, Aliou Boubacar DIALLO ne s’en est pas caché : en 2013, il avait activement, assure-t-il, contribué à l’élection de IBK et avait soutenu avec tous ses moyens, le candidat alors adoubé par l’ensemble des leaders religieux, après un appel justement de ce même Chérif de Nioro. Mais le PDG de Wassoul’Or (dont on sait peu, au demeurant) explique son entrée en lice de cette présidentielle par sa déception devant un président qui, accuse-t-il, n’a pas voulu jeter un coup d’œil dans le rétroviseur une fois élu. En clair, et Aliou Boubacar DIALLO était clair sur ce chapitre, il n’avait eu aucune retombée, en termes de marchés d’État et autres passe-droits auxquels il s’attendait en guise de récompense de son soutien en 2013. Si bien qu’il comptait, du moins par son intense communication, parmi les plus acharnés et les plus virulents pourfendeurs de la gouvernance des cinq dernières années.
Un discours et un appel du Chérif de Nioro qui paraissent avoir payé, dans le Cercle de Nioro avec ses huit communes et dans la commune urbaine éponyme. A Nioro et environnant, le candidat de l’ADP-Maliba tient en effet la dragée haute à celui à qui il a juré de faire la peau (au sens figuré, tout de même), en menant la course en tête avec des écarts plus ou moins importants, comparés aux suffrages exprimés. Toutefois, cette influence du Chérif ne semble pas des plus débordantes, du moins géographiquement, car dans le reste de la Région de Kayes, le président sortant reprend son cavalier seul, réduisant cette combinaison du divin et du temporel au rang de gros outsider. Dans certains cercles comme Yélimané, Aliou Boubacar DIALLO passe littéralement à la trappe, laissant la place aux joutes classiques IBK-Soumi.
Pour certains candidats, abusivement accolés à des fiefs, la réalité des chiffres fait plutôt apparaître une évidence : parmi les 24 destriers, beaucoup avaient pris place dans les starting-blocks juste pour pouvoir monnayer leurs soutiens au plus offrant et plus enchérisseur du 2e tour. Seulement voilà, peu récupéreront leurs 25 millions de caution (il faut 5% des suffrages) et visiblement, avec ses bras d’honneur et sa reconquête à la hussarde, IBK serait moins enclin, cette année, à ouvrir la porte à l’afflux de ceux-là prêts à appeler à voter pour lui contre maroquins. Il paraît, du moins son camp, trop sûr de l’emporter, quels que soient le cas de figure ou la figure de son challenger pour avoir besoin de qui que ce soit. À coup sûr, avec les leçons des cinq années écoulées, le président sortant n’est pas près de retomber dans les erreurs de la pléthore !

PAR YAYA TRAORE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here