Presidentielle 2018 : Le grand dérapage des artistes et de certains hommes de culte

51

Les élections présidentielles qui pointent à l’horizon n’ont pas fini de montrer leur lot de surprises. Si les différents candidats sont emportés par la fièvre des campagnes électorales, une certaine catégorie d’hommes a trouvé un subterfuge pour se faire dorer.

Un proverbe bambara en français simple dit ceci : "Chaque homme de foi dispose d’une place dans la mosquée pour exécuter sa prière". Cette conception se trouve largement compromise par une catégorie de personnalité guidée par l’appât du gain facile à la veille des élections présidentielles. Ces derniers jours, Bamako semble méconnaissable. Nul n’est sans savoir que la capitale malienne a revêtu sa robe de campagne présidentielle depuis un moment.

D’une artère principale à l’autre jusqu’au fin fond des rues des quartiers les images des candidats en grands formats s’alignent dans un désordre indescriptibles. Entre ces multiples photos, les artistes se sont invités dans la campagne. Or rien n’indique leur place là. Au contraire ceux-ci ont droit de monter sur scène pour chanter le Mali en ces périodes difficiles, et appeler pour des élections apaisées. Loin de là, les élections présidentielles s’érigent en opportunité pour certains artistes. On se demande si Toumani Diabaté et son fils avaient besoin de s’afficher avec IBK. Il se raconte que grâce à cette image le président a offert une V8 au père de Sidiki. Avait-il vraiment besoin de cela ? Une autre grande déception reste l’artiste Salif Kéita qui n’est pas resté lui aussi en marge de la farce.

En effet, ce renom de la musique malienne a déçu beaucoup de ses fans en appelant à voter pour Soumaila Cissé. Tout comme l’animateur radio Rast Bath, qui en a fait aussi. Il a lui aussi appelé ses millions de fans à voter pour le candidat de l’Urd. Du coup, beaucoup de ses fans ont préféré quitter son regroupement, car pour bon nombre d’eux, son candidat n’incarne pas le changement. « J’aurais aimé qu’il désigne un jeune au casier vierge à soutenir plutôt que Soumaila que nous avons vu occuper toute la sphère de l’administration malienne. Il aurait dû nous demander de sortir pour voter mais devrait se réserver de nous dire un candidat », nous signale désespérément un des fans depuis les Etats Unis.

D’autres artistes ont fait pareil à l’image d’Iba One, Gaspi, l’animateur Yéli Madi Konaté etc ; Ils sont tombés dans un piège, commente MD, enseignant de son Etat. Et de signaler que ce qui lui a le plus marqué reste le cas de Yelimady Konaté qu’il considérait comme un averti

Chapeau à certains

Il est grand temps que les artistes se ressaisissent pour se consacrer à leur travail de création dont le Mali a besoin pendant ses troubles périodes. Certains ont par ailleurs fait la différence. Ils ont préféré se mettre à l’écart pour regarder le grand spectacle qui se joue dont les hommes politiques sont les premiers acteurs. Peut-être trouveront-ils là matière à inspiration pour leur nouvelle création musicale. Que Master Soumi, Iba Montana, Djénéba Seck, Oumou Sangaré, Amy Koita, Habib Koité et tant d’autres trouvent leur salut.

D’autre part, la religion musulmane ayant interféré le pouvoir IBK s’est manifesté autrement, certains n’ont pas trouvé mieux que de se prononcer à la faveur d’un candidat. C’est le cas du Cherif de Nioro qui a appelé à voter pour le richissime Diallo. Aujourd’hui, le camp du Chérif est connu de tous. Hier c‘était IBK et aujourd’hui il a préféré jeter son dévolu sur Diallo, en embarquant ses adeptes (Tidianiya) à travers sa consigne de vote.

De source proche de lui, il aurait dit que lorsqu’il soutient un candidat, ce dernier sera forcément élu. Certainement qu’il est plus proche de Dieu que les autres, ironisent certains. Le jeune Chouala Bayaya Haïdara a aussi appelé à voter pour IBK malgré les différents coups de gueule donnés au président. C’est lui Chouala qui, dans un passé a traité le président de tous les noms d’oiseaux.

Heureusement qu’il existe encore des hommes de culte qui n’"ont pas oublié leur rôle à jouer dans la société. Chérif Ousmane Madani Haïdara a forcé l’admiration en ne déclarant pas sa faveur pour candidature. Il a appelé les gens à voter sans tambour ni trompète. Malin et prudent, il a préféré laisser ses adeptes choisir librement dissociant la politique et la religion.

Bref, la politique doit revenir aux politiques, et les religieux dans les affaires religieuses. Les religieux peuvent néanmoins jouer le rôle de veille.

Abdourahmane Doucouré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here