Contestation des résultats électoraux à l’avance : Cheick dit non !

19

Cité comme cosignataire d’un communiqué au nom de 16 candidats à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018, contestant des résultats non encore officialisés du scrutin, Cheick Abdoulaye Souad dit Modibo Diarra qui a largement raflé à Bamako et environs, loin devant Soumaïla Cissé et les 22 autres, ne s’y reconnait pas.
Les Maliens étaient aux urnes le dimanche 29 juillet 2018 pour l’élection du Président de la République.
Bien avant ce jour, la majorité des acteurs de l’opposition, candidats à cette élection mijotaient pour ne pas aller à cette élection, arguant que le fichier électoral n’était pas fiable, par conséquent n’offre pas des garanties pour une élection transparente et crédible. Finalement ils seront contraints pas la force des choses pour y aller.
Au lendemain du scrutin, la surprise fut de constater qu’avant même l’annonce officielle des résultats par les autorités compétentes, des candidats les contestent à l’avance.
Pour Tiébilé Dramé, Directeur de campagnes de Soumaïla Cissé qui ne semblait ne pas vouloir aller aux élections, « les anomalies ont émaillé le processus électoral avant et pendant le scrutin du 29 juillet 2018 sur l’ensemble du territoire national ».
Sur ce plan, personne n’a eu à dire le contraire. Cependant, depuis l’audit du fichier, il a bel et bien été dit que le fichier n’était pas parfait. Mais que, pour aller aux élections du 29 juillet, il était fiable. Mieux, les observateurs internationaux déployés par l’union européenne et l’union africaine, ont salué le processus électoral, selon eux, sans incident majeur.
Mécontents, les candidats dont Soumaïla Cissé en tête, ont publié le mardi au soir, une liste de seize d’entre eux qui contesteraient tous des résultats qu’ils refusent de dire et pas encore disponibles.
Curieusement, c’est dans un communiqué qui fera objet d’une déclaration publique ce mercredi 1er aout 2018 à la Maison de la presse, que figure le nom du candidat de l’ADPM Cheick Modibo Diarra.
Dans le document, l’ancien ministre Mohamed Ali Bathily affirme que les candidats dont les noms figurent dans le communiqué, refusent non seulement d’accepter les résultats des élections, mais aussi qu’ils récusent même la Cour Constitutionnelle qu’ils soupçonnent d’être de mèche avec le Gouvernement.
En contrepied, l’ancien Premier ministre de la transition, Cheick Modibo Diarra dément être partisan d’un tel front, tendant à nier la vérité des urnes, avant même la proclamation des résultats.
«Après le verdict de la cour constitutionnelle, nous reviendrons pour répondre point par point et personne par personne ici et l'étranger », fulmine un proche du candidat Diarra.
Cité comme troisième, derrière Soumaïla Cissé à travers les résultats confrontés dans les quartiers généraux des différents candidats, Cheick Modibo semble être un faiseur de roi dont les contestataires ont besoin pour espérer mieux. Reste qu’avec son refus de les suivre, rien n’est encore joué pour Soumaïla Cissé et ses camarades en cas d’un second tour face à IBK.
DCA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here