Apres sa défaite au 2e tour de l’élection présidentielle : Qui sont ceux qui induisent Soumaila Cissé en erreur ?

1

Soumaila Cissé “Moi ou Chaos” était le titre du célèbre magazine hebdomadaire dans sa “Une” parue il y a cela juste un mois. L’incriminé Soumaila Cissé chef de file de l’opposition l’a démenti. Comme on dit le temps est le Second Nom de Dieu. Aujourd’hui ce propos décerné au candidat Soumaila Cissé pour l’élection présidentielle s’affirme.

Optimisation de la Fonction de Secrétaire et d'Assistant(e) de Direction
Avant même la proclamation des résultats provisoires ce candidat et ses hommes ont commencé à les contester et il s’est proclamé nouveau président de la République. On peut constater que tous les stratégies ont été mises en œuvre bien avant le 12 août passé pour semer le méli-mélo dans le pays. L’objectif visé serait de déstabiliser le pays afin qu’ils puissent arriver à leur fin.

Lundi passé soit au lendemain du second tour de l’élection présidentielle du 29 juillet, Soumaila Cissé a appelé ses militants et sympathisants devant leur QG à Hamdallaye Aci 2000 pour tenir une déclaration musclée en dénonçant les fraudes en faveur de son adversaire Ibrahim Boubacar Keita. Rappelons qu’ils étaient 24 candidats en lice lors du premier tour dont il est arrivé en deuxième position avec 17,78% contre 41,70 pour IBK. L’écart est trop large. Pour d’aucuns ce score pour le chef de file de l’opposition et ses alliés était une honte. Pour le deuxième certains candidats dont Housseini Amion Guido du Codem, Harouna Sankaré du MIM, Mamadou Oumar Sidibé du PRVM FASOKO, Modibo Koné du MMK, Yeah Samaké et Mme Djénébou N’Diaye se sont ralliés à IBK au 2e tour et pour Soumaila Cissé qui se considère comme l’alternance n’a eu d’autre soutien que Choguel Maiga et Konimba Sidibé qui était en coalition avec Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara. Si nous analysons ce fait politiquement Soumaila Cissé ne pourrait pas gagner cette élection et on peut dire que c’est lui-même l’architecte de sa défaite. Il s’est autoproclamé l’alternance et pourtant aux yeux des maliens, il est loin d’en être l’incarnation, il a choyé le chroniqueur Ras Bath, en baisse de popularité afin qu’ils se rallier à lui, et aussi dans le directoire de campagne électorale beaucoup de militants des premières heures ont été laissés au profit de gens qui peuvent mobiliser les populations pour leur idole.

Soumaila Cissé, d’espoir au désespoir

N’a-t-on pas coutume de dire que le pouvoir rend l’homme aveugle et le transforme souvent en ennemi de la patrie et de son peuple. Pourquoi crier sur tous les toits pour s’autoproclamer vainqueur d’une élection présidentielle avant la proclamation des résultats provisoires par le Ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation comme la loi électorale l’indique et avant que la Cour constitutionnelle donne les résultats définitifs. On doit se poser la question qui sont ceux qui induisent Soumaila Cissé en erreur?, Qui sont ces derniers qui souhaitent une crise post-électorale?, A cause du pouvoir Soumaila Cissé perdrait-t-il l’esprit? Dans nos analyses précédentes nous avons évoqué que Soumaila Cissé est mal entouré, il est accompagné par des hommes et des femmes qui n’ont d’autre souci que leur propre intérêt personnel démesuré. Soumaila Cissé devrait garder l’espoir pour 2023, mais malheureusement l’homme est guidé par son destin. Il serait impossible qu’il ait la confiance des maliens pour être élu président de la République prochainement, car il a tout gâté par son comportement chaotique.

Soumaila Cissé ”Un Jean Ping 2”

Soumaila Cissé 68 ans aujourd’hui craint-il que ces élections soient sa dernière cartouche pour accéder au pouvoir. On pourrait dire que vu son âge, l’enfant de Nianfuké a perdu tout espoir. D’abord il serait lâcher par ses cadres du parti dans les jours à avenir et il serait peu probable qu’il ait l’estime des siens pour être le commandant du bateau de l’URD en 2023. Sa réaction nous fait penser en août 2016 au Gabon lors du deuxième tour de l’élection présidentielle entre Ali Bongo Ondimba et son opposant farouche Jean Ping. Il est clair que cette réaction du camp de Soumaila Cissé n’a d’autre fin à part qu’ils aient leur part dans la gestion du quinquennat d’IBK. Beaucoup d’entre eux pensaient qu’IBK n’aurait jamais la confiance du peuple pour un deuxième mandat. Donc, il faut semer le désordre afin que la communauté internationale intervienne pour qu’il y’ait une discussion entre le président IBK et ses opposants.

B. KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here