Lendemain de Tabaski : L’Autre visage du Marche Rose

1

La fête de l’Aid El Kebir ou «Séliba» en bamanan est l’occasion pour les parents d’acheter de nouveaux habits et chaussures pour leurs enfants. Pendant ce moment, le Grand marché de Bamako communément appelé «Marché rose» devient l’endroit le plus convoité. Bien de semaines avant la fête, l’endroit grouillait de monde. Les clients avaient du mal à se frayer un chemin pour faire leurs achats. Trois jours après la Tabaski, le marché était presque vide. Hier, la quasi-totalité des boutiques étaient fermées et les clients se faisaient rares. Comme chaque année, au lendemain des fêtes, le Marché rose reste un peu calme pendant quelques jours parce que la plupart des commerçants restent à la maison pour se reposer. L’autre explication est que les clients aussi deviennent presqu’invisibles.
Vendeur d’habits pour femmes, hommes et enfants, Zoumana Samaké relève qu’il y avait une grande affluence au marché cinq jours avant la fête. «Aujourd’hui, s’il n’y a pas de clients, ça se comprend. Les gens ont continué à acheter même tard dans la nuit», dit-il. Hier à 10 heures, Zoumana Samaké a ouvert sa boutique, mais aucun client ne s’est pointé. «Le marché est morose, je dirai même très calme. Mais ce n’est qu’une question de quelques jours, après les choses vont rentrer dans l’ordre», espère notre interlocuteur. Si beaucoup de commerçants restent à la maison pendant une semaine en raison de la rareté des clients, Zoumana Samaké aime, lui, être en activité tout le temps. Nous sommes tombés sur Fatoumata Sylla qui fait partie des rares clients se rendant au Grand marché au lendemain de la fête. «J’ai préféré attendre la fin de la fête pour venir faire mes achats. Maintenant il n’y a pas de bousculade, le marché est très fluide, on y circule bien et on peut trouver des articles bon marché», explique Fatoumata Sylla. Vendeur de tissus pour hommes, Amadou Sangaré vient passer un petit moment au marché pour ne pas s’ennuyer à la maison. «En cette période, il est très difficile de passer une journée entière au marché. Il n’y a pratiquement personne et les clients viennent très rarement. Il est aussi difficile d’avoir à manger, car tous les restaurateurs restent à la maison pendant cette période. Donc, j’ouvre mon magasin pour quelques heures et après je rentre à la maison pour me reposer », dit-il.
Le commerçant Amadou Sangaré pense qu’il faudra attendre jusqu’à lundi prochain pour que le marché s’anime à nouveau. Un avis partagé par beaucoup de gens que nous avons rencontrés au Grand marché de Bamako
Abdoul Karim
Coulibaly

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here