Insalubrité en période hivernale à Bamako: La démission des autorités et l’incivisme des populations en cause

12

La population de Bamako est souvent confrontée à toute sorte de maladies en cette période hivernale. Les maladies chroniques telles que le paludisme, la grippe, la diarrhée sont entre autre les plus fréquentes. S’il incombe aux autorités d’assainir la ville aux trois caïmans, l’incivisme de certains habitants contribue beaucoup à rendre insalubre la capitale malienne.

Depuis un certain temps au Mali, la population Bamakoise souffre de la mauvaise gouvernance des ordures au sein de la société qui est cause de beaucoup de maladies en cette période hivernale. Pour Amadou Traoré, vulcanisateur de pneu à Bamako ACI 2000, « c’est la faute au gouvernement si nos rues sont sales aujourd’hui, s’ils peuvent venir nous aider en cette période hivernale sa nous ferra énormément plaisir. Maintenant il y a trop de moustiques et on n’a de la peine à s’assoir devant notre porte », évoque-t-il. Selon la population est aussi fautive de cette situation car le gouvernement seul ne peut pas résoudre ce problème. « Nous souffrons. Ça fait plus de 7ans que nos fosses ne sont pas vidés, ce n’est pas normal. Tout le monde pense qu’à lui seul et c’est très dangereux pour le pays. La commune IV est trop sale », raconte-t-il. « C’est ensemble que nous pouvons rendre propre notre quartier et notre environnement. On peut essayer de vider nos fosses chaque année car la propriété doit passer avant tout ».
Selon Assitan Camara, habitante de la commune IV, quand les rues sont propres, la santé est garantie. La mère de cinq enfants ajoutera qu’une société est l’intérêt du pays car rien ne vaut la propriété. Assitan est persuadée que la propriété est très importante en toute situation. Elle a lancé un appel aux autorités et aussi à la population car, de son avis, c’est ensemble que la capitale malienne sera propre.
Selon Baba Djiré vendeur de bois à Sebenikoro, l’incivisme de population rend difficile l’assainissement de Bamako, surtout en cette période hivernale. « C’est nous même qui venons mettre des ordures dans nos fosses, on ne laisse pas la place à l’eau qui doit couler. Au Mali on ne met pas trop l’accent sur les ramassages des ordures alors que ça doit être l’un des piliers de la construction de notre pays. A Bamako maintenant on n’a pas de lieux ou mettre des ordures surtout pendant l’hivernage», explique-t-il. Djiré estime aussi que les autorités communales ont une part de responsabilité dans l’insalubrité flagrante constatée à Bamako : « Nos autorités doivent tout faire pour trouver une solution aux ordures. Nous sommes propres nous-mêmes, mais notre environnement est sale. Si elles (les autorités) ne peuvent pas transformer ses ordures, elles doivent quand même trouver des solutions pour nous afin qu’on puisse bien vivre dans notre société. »
Les autorités municipales, quand à elles, misent beaucoup plus sur la sensibilisation des populations afin de rendre propre la ville de Bamako. « Les rues sont sales, on n’a toujours sensibilisé les gens pour que les rues puissent être propre, il faut balayer et évacuer les ordures. Donc la sensibilisation est la première des choses à faire», explique Alkasoum Maiga, le 2eme adjoint au Maire de la commune IV chargé de l’assainissement. De son avis, la mairie soutient, en permanence, les bonnes initiatives en faveur de l’assainissement. « On n’a incité les populations à faire le curage des caniveaux. Des associations nous écrivent aussi à ce sujet. J’ai même reçu ce matin une organisation de Djikoroni Para qui veut faire des journées de salubrité dans les lieux publics, nous soutenons ces associations en mettant à leur disposition du matériel», a-t-il dit.
Maiga se plaint du manque de ressources au niveau de la mairie pour assainir la commune. « L’assainissement est un domaine que l’Etat a transféré aux collectivités, l’Etat doit mettre des ressources aussi à la disposition des collectivités afin qu’ils puissent bien travailler. Sinon il n’y a pas de ressources. Si vous donnez un travail a quelqu’un, vous devez aussi lui donner les ressources pour qu’il puisse faire le travail. C’est ce qui manque. »

Mariam Diawara, stagiaire

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here