Second quinquennat: IBRAHIM BOUBACAR KEÏTA a prêté serment

20

La cérémonie a été marquée par plusieurs interventions et la décoration du président réélu à la Dignité de Grand Croix des Ordres nationaux. A ce titre, il a reçu une écharpe tricolore (vert, or, rouge), une médaille et le collier doré faisant de lui le Grand maître des Ordres nationaux

«Bâtissons ce Mali nouveau où l’essentiel n’est pas ce que cette Nation accomplit pour chacun (…)». Debout face à plusieurs centaines d’invités qui se pressaient dans la salle Bazoumana Sissoko du Palais de la culture, Ibrahim Boubacar Keïta terminait ainsi son discours d’investiture à la présidence de la République. En homme qui se tient prêt à achever les chantiers ouverts durant son premier quinquennat, dont la restauration de la paix qu’il appelle de ses vœux. Le compte à rebours a donc démarré, hier, au terme d’une cérémonie solennelle présidée par le président de la Cour suprême, Nouhoum Tapily.

Il était 10 h 07 quand le président réélu, tout de blanc vêtu et sourire imperceptible, pénétra dans la salle, d’un pas cadencé et lent, tout à son souci d’incarner la fonction et de restaurer le décorum qui a souvent manqué à certains de ses prédécesseurs. Il y avait aussi l’épouse du chef de l’Etat, Mme Keïta Aminata Maïga.

Les membres de la Cour suprême, chargés du rituel, font ensuite leur entrée sous les notes de la fanfare nationale et s’installent pour cette cérémonie de prestation de serment hautement solennelle. Il y avait également dans la salle, plusieurs personnalités : présidents d’Institutions de la République, le chef du gouvernement Soumeylou Boubèye Maïga, anciens Premiers ministres, ministres, représentants du corps diplomatique… Mais aussi des militants et sympathisants du président IBK, affichant une sérénité implacable.

Après l’ouverture de l’audience solennelle par le président de la Cour suprême, Nouhoum Tapily, le greffier en chef a donné lecture de l’arrêt de la Cour constitutionnelle qui a proclamé Ibrahim Boubacar Keïta vainqueur de la présidentielle de 2018, à l’issue du second tour. Faut-il le rappeler, il a recueilli la majorité absolue avec 1.791.926 voix, soit 67,16% des suffrages.

Ensuite, le procureur général près la Cour suprême, Wafi Ougadeye, a pris la parole pour ses réquisitions. Il a, tout d’abord, félicité le président Ibrahim Boubacar Keïta pour sa brillante réélection et le Premier ministre pour l’estime que celui-ci voue à la grande famille judicaire. Par ailleurs, le parquet général de la Cour suprême a noté avec satisfecit le climat apaisé dans lequel s’est déroulée l’élection présidentielle. Signe éloquent de la maturité politique des Maliens, spécifiquement des candidats qui ont fait montre d’un sens de responsabilité élevé durant cette épreuve tant redoutée.

«La tenue de cette élection consacre sans doute la renaissance du Mali», a commenté Wafi Ougadeye qui a estimé que le président Keïta est, de par son statut, le père de la nation malienne. «Vous conviendrez avec moi que ce statut de père de la nation est moins une sinécure qu’un sacerdoce. Il vous impose d’intégrer des défis et des attentes dans vos actions de tous les jours», a-t-il développé.

Aussi, le procureur général a-t-il rappelé quelques grands défis de l’heure, notamment la restauration de la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national, et le rassemblement de tous les Maliens autour de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. «La tâche ardue, mais pas au dessus de l’intelligence et la volonté inébranlable du président Keïta à conduire son pays vers la destinée promise», dira le haut magistrat.

Après cette intervention riche en enseignements, le président de la Cour suprême a invité le président élu à prêter serment. Débout face à la Cour, Ibrahim Boubacar Kéita a levé la main droite et prononcé la formule: « Je jure devant Dieu et le peuple malien de préserver en toute fidélité le régime républicain, de respecter et de faire respecter la Constitution et la loi, de remplir mes fonctions dans l’intérêt supérieur du peuple, de préserver les acquis démocratiques, de garantir l’unité nationale, l’indépendance de la patrie et l’intégrité du territoire national. Je m’engage solennellement et sur l’honneur à mettre tout en œuvre pour la réalisation de l’unité africaine».

Ainsi, la Cour suprême a donné acte du serment prêté par Ibrahim Boubacar Keïta, avant de le déclarer officiellement installé dans ses fonctions de président de la République. Nouhoum Tapily n’a pas manqué de le féliciter.

La cérémonie s’est poursuivie avec la décoration du président Keïta par le Grand chancelier des Ordres nationaux, le général Amadou Sagafourou Guèye. Ibrahim Boubacar Keïta a été élevé à la Dignité de Grand Croix des Ordres nationaux en recevant une écharpe tricolore (vert, or, rouge), une médaille et le collier doré qui fait de lui le Grand maître des Ordres nationaux.

Fraîchement installé dans ses fonctions de président de la République, IBK a dit sa très profonde émotion, «l’émotion d’un homme à qui le peuple souverain du Mali vient de renouveler sa confiance». Dans cette déclaration solennelle, Ibrahim Boubacar Keïta a promis d’être le président de tous les Maliens, appelés à se «regarder comme les frères et sœurs de ce beau tapis appelé Mali». Rappelant les tristes pages de notre histoire, le chef de l’Etat a souligné la situation déplorable dans laquelle l’Armée nationale se trouvait, l’inexistence de l’État dans les régions du Nord. Mais, s’est-il réjoui, «nous avons empêché notre très chère patrie de sombrer». Et de s’incliner pieusement devant la mémoire des héros dont le sang a été versé pour le salut de notre pays.

Au cours des cinq années écoulées, a rappelé le chef de l’Etat, une bataille sans relâche a été menée contre la violence extrémiste, en dotant notamment l’Armée de moyens nécessaires pour protéger et sécuriser les populations. Aussi, d’énormes efforts ont été faits en faveur de la rénovation des institutions, de la réconciliation nationale à travers l’Accord pour la paix, et l’épanouissement de notre économie. Autant d’acquis que le président réélu entend consolider à travers plusieurs actions articulées autour du renforcement de la cohésion nationale, de la lutte contre le terrorisme, de la restauration de nos valeurs, de la réforme de l’Etat, de la libéralisation de l’initiative privée et de la lutte contre la pauvreté.

« Par-dessus tout, je veux fonder mon action sur une doctrine: l’action rapide. Un principe:la justice. Un objectif: l’intérêt général.

C’est un “new deal” que je vous propose, un contrat de confiance fondé sur le résultat», a indiqué le chef de l’Etat, qui tend la main à tous «ceux qui veulent que le Mali réussisse».

Ibrahim Boubacar Keïta, accompagné de son épouse, Keïta Aminata Maïga a reçu de nombreuses félicitations, avant qu’il ne participe à une séance photos.

Le couple présidentiel a quitté les lieux, sous les regards des militaires et policiers à l’affût du moindre signe. Le dispositif sécuritaire déployé pour la circonstance était impressionnant. Mais comme on le dit, «aucun œuf n’a été cassé». Signe de la grandeur du peuple malien.

Issa DEMBÉLÉ

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here