Crise postélectorale: L’Alliance pour la Démocratie au Mali invite le pouvoir à engager un dialogue national avec tous les acteurs avant les législatives

7

Compte tenu de la situation politique actuelle du pays caractérisée par une crise postélectorale sans précédente, l’Alliance pour la Démocratie au Mali « ADEMA – ASSOCIATION » à travers sa déclaration rendue publique, le 3 septembre dernier, invite ceux qui détiennent de fait le pouvoir d’Etat à prendre la pleine et juste mesure des constations et à engager une concertation avec tous les protagonistes du processus électoral autour des conditions préalables à la tenue des prochaines législatives.

Depuis sa création à nos jours, l’Alliance pour la Démocratie au Mali « ADEMA – ASSOCIATION » se penche sur des grandes questions d’intérêts nationaux dans le but de la promotion de la démocratie. Selon la déclaration de l’Association, notre pays n’a jamais connu une contestation aussi vive des résultats de l’élection présidentielle. Par ailleurs, explique le document, la Cour Constitutionnelle n’a jamais été autant prise à partie par des candidats. Compte tenu des différents constats de la situation plus que jamais tendue après l’élection présidentielle, l’Alliance pour la démocratie au Mali invite ceux qui détiennent de fait le pouvoir d’Etat à prendre la pleine et juste mesure des constations (à l’intérieur comme à l’extérieur au sein de la diaspora) et à engager une concertation avec tous les protagonistes du processus électoral autour des conditions préalables à la tenue des prochaines législatives. « Nous ne croyons pas au « dialogue spectacle » : cérémonies officielles, médiatisées avec accolades et poignées de main. Il faut beaucoup plus que des déclarations d’intention pour faire face à la crise de confiance si profonde qui s’est installée tout au long du processus. », a-t-elle souligné. Pour elle, au-delà de l’agenda électoral, le pouvoir doit initier un véritable et sincère dialogue national autour des questions majeures pour la Nation. « Toute stratégie basée sur le « laisser faire, laisser pourrir » ne ferait que conforter l’escalade et nous éloigner de l’apaisement et la stabilité que tous les maliens et amis du Mali appellent de leurs vœux. », a-t-elle déclaré.
Une démarche pacifique

Pour la déclaration de l’Alliance pour la démocratie au Mali, l’opposition doit adopter une démarche pacifique pour exprimer son désaccord : « Quant à l’opposition démocratique et républicaine, nous espérons qu’elle continuera à exprimer son désaccord et sa colère de façon pacifique et par des moyens que nos lois autorisent et à rester ouverte aux propositions de concertations et de dialogue qui permettraient d’éviter le chaos à notre pays. » En tous cas, selon la déclaration, l’Alliance pour la démocratie au Mali reste persuadée que seule une union des forces vives comprenant la classe politique, la société civile pourra, dans un espace de dialogue et de propositions opérationnelles, venir au bout de la crise poste électorale qui commence à secouer notre pays.
Moussa Dagnoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here