Milieu carcéral en 3ème région du Mali : Un tableau sombre, malgré des efforts appréciables

1

Deux missions de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) séjournent actuellement dans la région de Sikasso pour s’enquérir de la situation des lieux de privation de liberté des citoyens ainsi que des conditions de travail des agents de l’administration. La mission est conduite par le Président de la CNDH Dr Malick Coulibaly sur l’axe Bougouni, Yanfolila, Kolondièba et Kadiolo.

Il est accompagné par le Commissaire Rapporteur Général Monsieur Filifing DIAKITE, le chargé de mission Salif Fané et l’assistant Boubacar Sidiki Sissoko. Un membre des organisations de défense des droits de l’homme Monsieur Diam Boubacar Ly est aussi de la partie. Cette activité est soutenue par la coopération danoise à travers le projet Fonds d’Appui aux Moteurs du Changement (FAMOC). Ainsi, pendant 10 jours, deux missions de terrain de la CNDH sillonnent les 7 cercles de la régions de Sikasso : Bougouni, Yanfolila, Kolondièba, Sikasso, Kadiolo, Koutiala et Yorosso.

A Yanfolila et Kolondièba l’on est entre lenteur de la justice et danger d’épidémie. Le nombre de détenus dépasse largement les normes car la justice ne fonctionne pas à cause de la grève des magistrats en grande partie, mais aussi la lenteur ou la lourdeur de l’administration en général et celle de la justice en particulier. Une des nombreuses conséquences découlant de l’engorgement, est la maladie contagieuse. C’est le cas à Yanfolila. En effet, les 102 personnes détenues vivent entassés dans les cellules et se sont transmis une démangeaison qui est un véritable calvaire aujourd’hui. 05 à 10 détenus passent les nuits arrêtées faute de places et tous se grattent tout le temps. «nous sommes atteints même au niveau des parties génitales » ont déclaré nombreux d’entre eux. »

Que font les autorités locales face à la situation ? Les responsables de la CNDH ont découvert un déficit de collaboration entre l’Administration pénitentiaire, le Centre de santé de référence et la justice. En fait le régisseur de la prison nous informe avoir saisi plusieurs fois le médecin Chef de Yanfolila par courrier avec une ampliation à la préfecture sans succès véritable. Le Président de la CNDH Dr Malick COULIBALY n’est pas homme à faire dos aux problèmes. C’est ainsi qu’après avoir fait le tour des différents responsables, l’on a obtenu que le juge fasse la réquisition exigée par le Médecin Chef sous la supervision du Préfet pour que tout rentre dans l’ordre. A partir du mardi 04 septembre 2018, lendemain du passage de la mission de la CNDH, les dispositions sont en cours pour désinfecter toute l’intérieure de la prison et donner des soins aux détenus.

Le cercle de Kolondièba est confronté aux problèmes de la justice. En effet, la localité n’a pas de juge ces derniers temps. Par conséquent, le service fonctionne au minimum. Un magistrat intérimaire qui réside à Sikasso est désigné pour gérer les affaires courantes. Il est très souvent absent car, certainement occupé à Sikasso aussi et , dit-on, faute de moyens parfois pour se rendre dans un cercle dont l’état des voies d’accès laisse à désirer. La mission de la CNDH a trouvé sur place le greffier en chef seul sans moyens de travail. D’ailleurs, la justice est complètement arrêtée à cause d’un convertisseur qui coutent environ 300 milles franc CFA, donc pas d’électricité. Plusieurs affaires sont en attentes de jugement et pour certains il s’agit de rédiger simplement le délibéré car le jugement a déjà eu lieu.

Dans la prison séjournent plusieurs détenus en dépassement de délais légaux de détention préventive en violation des textes de la République.

Partout où la mission est passée les membres de la CNDH on échangé avec le personnel de l’administration des lieux de privation de liberté sur les conditions de travail avant de rentrer en contact et discuter avec les détenus. L’on a constaté des efforts malgré l’insuffisance de moyens de travail et surtout le manque de motivation des responsables des prisons qui ne reçoivent plus de primes à cause du statut actuel qui n’est pas appliqué.

Dans les rapports entre le personnel de l’administration pénitentiaire et les détenus Dr Malick Coulibaly a tenu à passer des messages d’apaisement à l’endroit des détenus et un appel au respect des textes ainsi qu’un appel à la compréhension de la situation des détenus à l’endroit des responsables des prisons. La CNDH promet de passer de temps en temps pour aider à l’émergence d’un milieu carcéral digne du respect des droits de l’homme au Mali.

Il faut saluer les efforts des partenaires internationaux du Mali en faveur des prisons et des conditions de détention au Mali. La mission de la CNDH a constaté des travaux en cours à Bougouni ainsi que les annonces pour 2019 à Kolondièba et Yanfolila. Le milieu carcéral devra répondre aux normes minima à la fin. Déjà à Bougouni, le régisseur tant inspiré est parvenu à faire former des détenus dans les ateliers à des petits métiers. Et les visiteurs peuvent acheter certains produits en partant.

Filifing DIAKITE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here