Droit de réponse de la COMATEX

26

Suite à notre article intitulé, « Compagnie malienne des textiles (COMATEX : Pour minimiser les contraintes financières, 213 contractuels sacrifiés », paru dans InfoSept n°335 du lundi 27 aout 2018, la Direction générale de la Compagnie a jugé nécessaire d’apporter certaines précisions, à travers ce Droit de réponse que nous publions ici.

Ségou le 02/09/2018
La semaine du 27 au 31/08/2018 la COMATEX-SA a fait l'objet de deux articles parus dans deux journaux à s'avoir InfoSept et Nouveau réveil, puis sur internet dans malijet, maliweb et news.abamako.com. La Direction Générale de la COMATEX-SA apporte un droit réponse à ces informations erronées tendant à mettre à mal la survie de l'entreprise à un moment où la coopération sino-malienne est en train de se renforcer à travers la visite du Président de la République en Chine et la tenue prochaine du forum Chine-Afrique à Beijing.

En fait au lieu d'un licenciement, il s'agit du non renouvellement des contrats de travail à durée déterminée (C D D) de 140 saisonniers et non de2l3, dont les contrats sont arrivés à échéance le 31 juillet 2018. La décision de non renouvellement des contrats, prise pendant les congés collectifs a été notifiés aux intéressés à la reprise le 2010812018 à travers la décision, le certificat de travail et les droits payés en espèce et au comptant.

Nous vous informons aussi que la COMATEX-SA n'est pas sans Directeur Général. Monsieur Zhang Ou Yi, Directeur Général sortant a été remplacé par Monsieur SHI AIMING par le Conseil d'administration et l'Assemblée Général des actionnaires tenues le 2910612018. Aujourd'hui la COMATEX-SA a repris normalement les activités à tous les niveaux : filature, tissage, ennoblissement; d'ailleurs le motif du 22 septembre 2018 est en train d'être imprimé actuellement.

D'autre part il est dit que la COMATEX réclame 7 milliard de FCFA de dette à l'Etat Malien sur lesquels 500 millions ont été à la veille de la fête de l'Aid El Kebir. Cela aussi relève de la désinformation. En fait la COMATEX réclamait à l'Etat Malien environ 2 000 millions de FCFA au titre des décotes sur les achats de coton fibre et des remboursements des taxes sur les hydrocarbures, conformément aux contrats de performance. Sur ce montant, 306 millions seulement ont été payés en juillet 2018.

Il est écrit aussi que les travailleurs sont sous le coup de menace des chinois et, cela, sans discontinuer, cela n'est pas vrai. Les rapports entre la Direction Générale et les travailleurs à travers les délégués du personnel et les comités syndicaux sont au beau fixe.
Cependant il est vrai que l'entreprise se trouve actuellement dans de graves difficultés de trésorerie sans précédent, induits par des problèmes d'ordre conjoncturel et structurel depuis plusieurs années et exacerbés certainement par le grand retard accusé dans la concrétisation de certains engagements.

Mais cela ne doit pas nous faire oublier les efforts inestimables déployés par les actionnaires de la société, à savoir l'Etat malien et COVEC (société nationale Chinoise) pour que la COMATEX-SA soit et qu'elle se développe de 1994 à nos jours. Justement, ces efforts expliquent en partie la longévité de la COMATEX-SA dont la plupart des confrères de la sous-région Ouest Africaine ont fermé boutique. D'une quarantaine de société textile dans les années 1990, ils ne sont plus que d'une dizaine dans la sous-région en activité et dont très peu fonctionnent à plein régime. Cette situation explique la conjoncture très difficile pour les entreprises textiles de la sous-région en général et du Mali en particulier.

D'où la nécessité du soutien et de l'assistance des autorités aux entreprises textiles qui opèrent dans une conjoncture économique particulièrement difficile.
Du côté malien, les efforts consentis se sont matérialisés entre autres par l'octroi d'avantages économiques, douaniers et fiscaux à travers une Convention d'Etablissement et ses différents Avenants de renouvellement. Pour marquer d'avantage son accompagnement, le Gouvernement du Mali, à travers le Ministère en charge de l'Industrie, a conclu avec la COMATEX-SA des Contrats de Performance qui octroient des avantages tout en fixant des objectifs à l'entreprise.
Du côté de la Chine, la COVEC a consenti un prêt de 1 100 millions en 2011.

Tous ces appuis et accompagnements ont été fortement appréciés par le Conseil d'Administration, car étant de nature à redresser et à renforcer l'exploitation de l'entreprise.
Cependant le bénéfice réel que sont censés procurer ces avantages est annihilé par le grand retard accusé dans la concrétisation de certains engagements de l'Etat, qui fait que l'entreprise souffre de très fortes tensions de trésorerie.

Nous affirmons que Monsieur le Ministre du Développement industriel, Monsieur Mohamed Aly Ag Ibrahim a belle et bien visité la COMATEX-SA le 07 111 I 2016. En plus Monsieur le Ministre a reçu la Direction de l'entreprise et les représentants des comités syndicaux de l'entreprise à chaque fois que cela est nécessaire, non seulement à Bamako mais aussi lors de ses visites dans la cité des Balanzans. Les autorités régionales ne sont pas aussi en reste, à commencer par Monsieur le Gouverneur que nous remercions sincèrement.

Aujourd'hui nous avons le plaisir de vous informer que la COVEC, actionnaire majoritaire a accédé à la demande du PCA en accordant un premier versement de 400 millions de FCFA. Ce premier décaissement sur le prêt d'urgence de 600 millions servira exclusivement à l'achat des produits chimiques et colorants pour permettre la continuité de l'activité de production.
L'Etat du Mali à travers notre ministère de tutelle nous a promis le paiement du montant de la décote dans les meilleurs délais sans oublier que c'est grâce à son intervention en juillet dernier nous avons bénéficié de 1 200 tonnes de coton fibre dans les conditions avantageuses afin d'éviter le chômage technique. Sur les 1 200 tonnes accordés, le bon d'enlèvement concerne 800 tonnes dont la livraison est en cours.

Après 50 ans de vie pour certains équipements et plus de 10 ans pour les plus récents, il faut reconnaitre que les équipements sont dépassés. La technologie appliquée se trouve également à la traine avec des rendements faibles et un niveau de qualité moyen.
C'est justement pour cela que les actionnaires sont en négociations avancées pour un nouveau projet de modernisation et d'extension de la COMATEX-SA depuis un certain moment. Le protocole d'accord entre le gouvernement du Mali et la société mère de COVEC (CRIG) a été signé lors du premier salon international de l'industrie tenue en mars 2018 à Bamako.

LA DIRECTION GENERALE
ISSA SANGARE/DGA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here