Place des jeunes chez IBK : Travail et participation au développement

20

Les autorités du Mali ont prouvé, ces cinq dernières années, qu’elles reconnaissent le rôle et la force de la jeunesse dans la construction du pays. Plusieurs opportunités ont été ouvertes aux jeunes à tous les niveaux. La première action du président IBK envers les jeunes a été de les approcher des hautes sphères de la gestion du pays. Du cabinet présidentiel en passant par les postes de ministres, de conseillers et autres, la jeunesse a été beaucoup représentée dans les grandes responsabilités. Jamais cette couche sociale n’avait connu autant de sollicitude avant.

La preuve est qu’IBK mis plusieurs jeunes cadres en valeur en leur affichant sa confiance dans des domaines clés comme la communication, l’économie, la diplomatie pour ne citer que ceux-là. Mais la jeunesse représente les 2/3 de la population et constitue la couche la plus frappée par le chômage.

C’est pourquoi dans sa politique d’emploi, IBK a beaucoup ciblé les jeunes. De 2013 à 2018, plusieurs milliers d’entre eux ont bénéficié de formations professionnelles et de financements pour l’auto-entreprenariat. L’APEJ a été carrément refondée pour répondre aux attentes.

Les bénéficiaires des différents projets réalisés sont entrain d’employer d’autres jeunes. Les grands travaux exécutés dans le cadre du programme présidentiel d’urgence ont aussi permis la relance de plusieurs personnes dans la vie active et dans toutes les catégories professionnelles. Les projets pour la réinsertion des jeunes filles se sont multipliés tant en milieux rurales qu’urbains.

Des centres multifonctionnels ont été créés dans certaines localités. Ce mois-ci t, le gouvernement en partenariat avec l’ONG AGIR a procédé à la remise de kits d’installation à des groupes de filles pour leur accompagnement professionnel. En somme, des actions concrètes sont menées à l’endroit des plus démunis pour l’épanouissement de tous.

Le mardi 17 juillet 2018, plusieurs jeunes talibés ont été dotés de Kits professionnels à Bamako. Ils ont été formés dans le cadre d’un projet initié par Swisscontact, à travers son Programme d’appui à la formation professionnelle (PAFP IV) et Secours islamique France (SIF). Le coût total des kits s’élève à plus de 19 millions de FCFA.

De janvier à mai 2018, des talibés des écoles coraniques de Bamako ont suivi une formation professionnelle à but d’insertion sociale immédiate. Ce programme visait à former les participants dans les domaines de la vitrerie/aluminium, maçonnerie/carrelage, teinture chimique et transformation agro-pastorale, en vue de faciliter leur insertion socioprofessionnelle.

Il s’agit d’activité s’inscrivant dans le cadre du partenariat entre le PAFP IV et le Secours Islamique France/Mali, avec l’appui technique de la mairie du district de Bamako, pour l’accueil d’un groupe de jeunes talibés dans les Espaces orientation jeunesse (un dispositif de l’APEJ, soutenu par Swisscontact).

La mise en œuvre du PAFP IV a permis de former plus de 45 000 personnes et d’obtenir des résultats significatifs en termes d’insertion économique et de création d’emplois.

Badara ALOU

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here