Gestion des migrations professionnelles au Mali : Un manuel de procédures bientôt disponible

10

Le Mali sera bientôt doté d’un manuel de procédure des migrations professionnelles. A cet effet, un atelier de trois jours (3 au 5 septembre 2018) a été organisé pour permettre aux acteurs en charge des questions de migrations au Mali de valider le projet de manuel de procédures qui leur a été soumis. Tenue à l’Auditorium du Centre de perfectionnement et de reconversion de l’Anpe, la cérémonie d’ouverture de cet atelier était présidée par le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Maouloud Ben Kattra, qui avait à ses côtés le Directeur général de l’Anpe et des représentants de l’Union européenne, organisateurs de l’atelier.

Aux dires des organisateurs, l’Agence nationale pour l’emploi du Mali (Anpe), le Service public d’emploi (Spe) du Mali en partenariat avec le Centre international pour le développement des politiques migratoires (Icmpd), ils travaillent ensemble depuis 2015 en vue de doter le Mali du manuel. A ce titre, 2 ateliers se sont tenus à Bamako en 2016 et 2017 avec la participation de plusieurs acteurs nationaux et internationaux concernés par les questions migratoires. Et un projet de document a été produit à l’issue des travaux de ces deux ateliers avec l’appui technique de deux consultants internationaux mandatés par l’Icmpd. Ainsi, le présent atelier de validation du manuel de procédures des migrations professionnelles est organisé afin d’obtenir un large consensus des acteurs du domaine de la migration sur les réflexions faites lors des différentes phases du processus d’élaboration du manuel. L’objectif principal de l’atelier est de recueillir les observations et les éventuelles contributions formulées par les participants des ateliers précédents pour obtenir un large consensus sur le manuel en vue de sa validation.

Le manuel de procédures des

migrations professionnelles pour clarifier l’ensemble des aspects liés à la migration professionnelle au Mali

Au nom de la Délégation de l’Union européenne au Mali, Salvador Pinto Da França (conseiller politique de la section politique, presse et information) a indiqué que la collaboration entre le Mali et l’Union européenne est forte et couvre des dimensions telles que le dialogue politique, la migration, la sécurité ou le commerce. A ses dires, au-delà de la collaboration renforcée sur la gestion des frontières, l’Union européenne appuie également le gouvernement du Mali sur les politiques de retour et réintégration et sur la gestion des migrations professionnelles.

Sur la justification et l’utilisation du manuel, il soulignera que le manuel pour la gestion des migrations professionnelles est conforme à la mise en œuvre de la Politique nationale de la migration (Ponam) et son axe de la migration professionnelle légale. “L’Anpe et son département coopération migration (DCM) jouent un rôle central dans la mise en œuvre de cet axe en tant que structure opérationnelle du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Ce manuel permettra dès lors à l’Anpe, au Ministère et aux autres acteurs impliqués de clarifier l’ensemble des aspects liés à la migration professionnelle au Mali, tels que le placement à l’international et la réinsertion des migrants de retour. Ils pourront ainsi mieux répondre aux attentes des partenaires et des migrants au Mali et dans les pays tiers. Sur cette base, il est positif de voir l’implication d’un si grand nombre de participants pour définir au mieux les enjeux à intégrer dans le manuel et ainsi renforcer sa nature consensuelle. Nous pouvons également compter sur un engagement politique fort des autorités maliennes, en vue de l’aboutissement réussi du processus et son appropriation nationale”, a-t-il dit. Il a ajouté que grâce à son engagement politique et au travail des acteurs de terrains, le Mali est en bonne voie pour améliorer sa gestion des migrations professionnelles tout en continuant à travailler sur plusieurs domaines-clés.

Maouloud Ben Kattra : “La migration professionnelle est source de création d’emplois et de vitalité économique pour les pays d’accueil”

En ouvrant l’atelier, le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Maouloud Ben Kattra, a dit que la migration professionnelle est une préoccupation prioritaire de nombreux Etats africains, qu’il s’agisse du pays d’origine ou de destination. D’après lui, en Afrique de l’Ouest, les Etats membres de la Cédéao inscrivent leurs actions dans le cadre du traité révisé de la Cédéao et plus particulièrement de son article 59 qui stipule que “les citoyens de la communauté ont le droit d’entrée, de résidence et d’établissement et les Etats membres s’engagent à reconnaître ces droits aux citoyens de la communauté sur leurs territoires respectifs, conformément au protocole y afférent”.

Selon le ministre Kattra, la libre circulation des personnes dans l’espace Uémoa-Cédéao constitue un atout pour le développement socioéconomique des Etats-membres et un facteur d’intégration économique. “L’application des dispositions du Protocole de la Cédéao sur la libre circulation, le droit de résidence et d’établissement a connu des avancées significatives dans la mesure où les citoyens de la Cédéao peuvent maintenant voyager sans visas dans la région et avec l’utilisation croissante des titres de voyages de la Cédéao. […] Il apparaît donc essentiel d’intégrer la perspective régionale dans les analyses et traitements des questions liées à la mobilité des personnes dans nos pays”, a-t-il affirmé. Il a ajouté que les Etats ne cessent d’intensifier leurs efforts pour lutter contre la migration irrégulière. Car, a-t-il déclaré, s’il y a un fléau qui ne cesse de heurter la conscience humaine, c’est bien celui de l’immigration clandestine avec son lot de désastres humains causés suite à la traversée de nombreux migrants vers les pays européens. “Au Mali, en vue de juguler cette immigration irrégulière des jeunes vers l’Occident, le gouvernement du Mali, en partenariat avec l’Union européenne, a mis en place en septembre 2917 le projet “emploi des jeunes crée des opportunités ici au Mali”, un projet exécuté par un consortium de structures dont l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes Apej”, a-t-il affirmé.

Il a rappelé que ce projet ambitionne la création et le développement de petites et moyennes entreprises au Mali. Pour lui, la migration professionnelle doit être encouragée et soutenue car elle est source de création d’emplois et de vitalité économique pour les pays d’accueil. Elle agit sur le marché de l’emploi tant en ce qui concerne l’offre que la demande de compétences. D’après le Ministre, le manuel permettra, entre autres, l’identification des services rendus aux candidats à la migration, l’amélioration de la capacité de prospection du marché de travail à l’étranger ainsi qu’une meilleure coordination et complémentarité avec les autres acteurs publics de la migration.

Siaka DOUMBIA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here