l’Après IBK et les deux grandes figures de l’EMP: Soumeylou Boubèye Maiga et Bocari Tréta en frères ennemis

0

La guerre de succession d’IBK refera surface dans les mois à venir et elle opposera à coup sûr, Soumeylou Boubèye Maiga, SBM, Premier ministre à Bocari Tréta, le président du RPM. Le premier, principal artisan de la victoire d’IBK récompensé par sa reconduction, nourrit l’ambition d’être le dauphin, tandis que le second pense, à tort ou à raison, qu’avec son statut de président du parti majoritaire, il serait le seul à même de protéger les arrières des militants du RPM, en succédant à IBK. Forces et faiblesses de chaque prétendant.

Soumeylou Boubèye Maiga
On le croyait mort politiquement après sa disgrâce auprès du Président de la République qui lui a valu son éviction du Gouvernement. Lentement et surement, il a refait surface, quand il a été nommé secrétaire général de la Présidence, avec rang de ministre. Il sera propulsé à la tête du gouvernement à six mois des élections, dans le seul dessein d’obtenir un second mandat pour IBK. Il atteindra son objectif, même si c’est au prix d’une crise postélectorale. SBM, conformément aux traditions républicaines, démissionna de son poste de PM, après l’investiture d’IBK. Ce dernier l’a reconduit à la tête du gouvernement.

Auréolé de cette prouesse, SBM se positionne en vue des échéances futures, dont les plus proches sont les législatives. Il sera à la manœuvre pour concocter une majorité même hétéroclite pour soutenir IBK. Selon certaines sources, son premier plan consisterait à récupérer l’Adema et à constituer une majorité solide pour être incontournable. Cette Majorité serait composée de l’ASMA-CFP, de l’Adema, de l’UDD, de l’ADP-Maliba et serait son arme pour se hisser au plus haut niveau. Parviendra-t-il à ses fins ?

La réponse n’est pas évidente quand on sait qu’il s’est fait plus d’inimitié à l’Adema dont certains leaders ne seraient pas prêts à collaborer avec lui. A cela s’ajoutent ses rapports avec les autres membres du cercle restreint du pouvoir comme le fils du Président, Karim Keita qui, sans le dire, lorgnerait lui aussi sur le fauteuil présidentiel en 2023. La dernière faiblesse de SBM serait son éventuelle impopularité, quand il ne parviendra pas à trouver des réponses aux multiples crises qui secouent le Mali. C’est pourquoi il est difficile pour le PM de quitter la primature pour le palais.
Bocari Tréta, président du RPM

Membre fondateur du parti des tisserands, il est un grand compagnon de lutte d’IBK. Fidèle parmi les fidèles, il se souvient encore de leur traversée du désert, quand les nouveaux alliés les combattaient. C’est pourquoi, il revendique la légitimité et se positionnerait pour succéder à IBK afin de préserver leurs arrières. Ministre controversé, comme son concurrent, il a été éjecté du gouvernement suite aux scandales liés à l’achat d’engrais frelatés et des tracteurs surfacturés ; paria pendant un bon bout de temps, il sera récupéré plus tard comme PCA d’une banque de la place.

Il ne refera surface véritablement qu’après le congrès de son parti qui le porta à sa tête en 2017. Nommé directeur de campagne de son camarade-président, il serait lui aussi l’un des artisans de la victoire d’IBK. Fort de cette victoire, il n’exclurait point d’espérer sur l’investiture de son parti pour être le candidat en 2023. Pour la réalisation de ce dessein, il n’écarterait pas un rapprochement RPM-ADEMA, voire une fusion des deux partis.

Il est à parier qu’après la résolution de la crise postélectorale, une autre crise politique soit en perspective, celle qui risquerait de mettre en lambeaux la plateforme électorale EPM.

Youssouf Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here