Nioro du Sahel : Le Cherif a perdu la Foi

52

Pour beaucoup d’observateurs, la route de Koulouba passait obligatoirement par Nioro du Sahel. En d’autres termes, il fallait d’abord avoir la bénédiction du Cherif Bouyé Haïdara pour accéder à la Magistrature Suprême et l’intéressé s’y complaisait, mais le mythe vient d’être brisé avec la présidentielle du 29 juillet.

Après avoir refusé d’accorder son soutien au président IBK qui sera finalement réélu, le Cherif Bouyé Haïdara, depuis son fief à Nioro du Sahel, ne décolère pas. A deux reprises, ses disciples ont battu le pavé pour soutenir l’opposition républicaine dans sa contestation postélectorale et le chérif en personne menace d’interrompre tout contact avec Bamako. Du moins, c’est ce qu’il aurait fait savoir à des émissaires à lui envoyés par le président mauritanien, Mohamed Oud Abdel Aziz afin de mettre fin au conflit qui l’oppose à IBK : ‘‘Allez dire à Abdel Aziz qu’entre IBK et moi, c’est fini’’, aurait-il dit aux médiateurs. Qu’à cela ne tienne !

Il y a lieu de s’interroger si Bouyé Haïdara n’est pas en manque de Foi quand on sait que c’est Dieu qui donne le pouvoir à qui il veut. Et, faut-il le dire, ce n’est point de la bénédiction d’une main humaine que le pouvoir résulte. Par ailleurs, il faudrait tout simplement croire que le chérif cherche à sauver son honneur. La réélection d’IBK face à l’échec de celui qu’il soutenait, met en doute la force spirituelle de cet homme et porte un coup violent au mythe qu’il a jusque-là réussi à créer autour de son personnage.

Dougoufana Kéita

Source : aBamako

aBamako

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here