ACI : le PDG dans la tourmente

0

Six mois après que Mamadou Tiéni Konaté eut succédé à Mr Cheick Sidiya Sissoko dit Kalifa, nommé ministre de l’Habitat et de l’urbanisme dans le dernier gouvernement du premier mandat d’IBK, l’ACI (Agence de Cession Immobilière) serait à l’article de la mort.
Gestion controversée de l’entreprise, décisions jugées « arbitraires », climat délétère entre le PDG et ses collaborateurs…. Telles sont, entre autres, les maux qui minent l’ACI, depuis plus de six mois.
A son arrivée, à la tête de l’entreprise, il aurait remis en cause les décisions prises par son prédécesseur. A commencer par l’annulation de tous les contrats, ou presque, signés par les partenaires de l’ACI.
S’y ajoutent les mutations jugées « arbitraires » par le personnel. Certains, sans expérience, aucune, se retrouvent à des postes de responsabilité. Au détriment de ceux reconnus « compétents ». D’où le climat délétère, qui menace d’étouffer l’entreprise.
Pire, à son arrivée à la tête de l’ACI, Mamadou Tiéni Konaté aurait tenté de salir la réputation de son prédécesseur, devenu son ministre de tutelle, en ordonnant l’« audit de sa gestion ». Mais, il a vite compris que « pousse, pousse s’arrête au mur ».
Même les locataires de l’immeuble ACI se sont rendus, très vite compte, que l’entreprise a changé de main.
A la surprise générale, le nouveau PDG vient d’interdire l’unique ascenseur aux locataires de l’immeuble de quatre étages, y compris aux directeurs des services publics.
Très remontés contre lui, des clients de l’ACI, et non des moindres, l’accusent – sans preuves, pour l’instant – d’avoir revendu des terrains, qui leur étaient destinés, à son neveu.
En revanche, ils promettent, les jours à venir, des révélations « fracassantes », non seulement, sur la gestion du patrimoine foncier de l’ACI ; mais aussi, sur celle de ses fonds.
Affaire à suivre, donc !

Oumar Babi /Canarddechaine.com

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here