Ibrahim Boubacar Keita: ‘‘bâtissons ce nouveau Mali…’

2

Conformément à la Constitution, le président de la république, Ibrahim Boubacar Keïta, réélu pour un second et dernier mandat de cinq ans, a prêté serment hier mardi devant la Cour suprême lors d’une cérémonie au Palais de la culture de Bamako, retransmise en direct sur la télévision publique.
Le chef de l’Etat, qui pris ses fonctions pour un nouveau bail à la tête du pays, a affirmé «placer le retour de la paix et la sécurité au rang de priorité absolue», dans son premier discours prononcé après son investiture.
«Beaucoup reste à faire» malgré les efforts de l’Etat dans la lutte contre l’insécurité dans le nord du pays, a dit le Président IBK, lors de la cérémonie organisée en présence des membres du gouvernement, de diplomates et du public.
«Je serai implacable avec tous ceux qui bafouent nos valeurs de liberté et de tolérance. Rien ne s’opposera à la volonté d’un peuple uni face au terrorisme», a-t-il poursuivi. M. Keïta faisait allusion aux attaques djihadistes dont la dernière a ciblé mardi un camp de l’ONU à Ménaka (nord) où un Casque bleu a été blessé à la suite de tirs d’obus, selon des sources de sécurité et administrative.
Homme d’Etat et digne de ce pays qui l’a tout donné, et auquel il a choisi de dédier sa vie, ses combats, ses rêves, IBK déclare qu’il sera « le président de tous les Maliens, de toutes les régions et de la diaspora. De tous ceux qui l’ont apporté leurs suffrages, mais aussi de tous ceux qui ont fait d’autres choix.

DISCOURS DE LA CEREMONIE DE PRESTATION DE SERMENT DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ELU

Maliennes, Maliens,
Mes très chers compatriotes,
A l’heure où je suis de nouveau investi Président de la République, je voudrais vous dire ma très profonde émotion. L’émotion d’un homme à qui le peuple souverain du Mali vient de renouveler sa confiance.
C’est un immense honneur, dont je mesure à la fois le privilège et la gravité. Avec la haute conscience que les chemins de l’avenir sont à la portée de notre volonté commune et irrésistible à bâtir le Mali que nous voulons.
Je tâcherai humblement d’être à nouveau digne de votre confiance, tout au long des cinq prochaines années. Digne de nos institutions constitutionnelles qui forment le socle de notre République. Digne de ce peuple, de vous, Maliennes, Maliens. Digne de ce pays qui m’a tout donné, auquel j’ai choisi avec fierté et passion, de dédier ma vie, mes combats, mes rêves.
Je serai le président de tous les Maliens !
De toutes les Maliennes et de tous les Maliens, de toutes les régions et de la diaspora. De tous ceux qui m’ont apporté leurs suffrages. De tous ceux qui ont fait d’autres choix. De tous ceux qui ne se sont pas exprimés lors de l’élection présidentielle.
Cette élection, qui s’est déroulée dans la sérénité et la plus grande transparence, n’est pas la victoire d’un Mali contre un autre. C’est la victoire de tous les Maliens, selon l’esprit républicain qui doit tous nous animer.
À un moment où notre pays fait face à de nombreux défis politiques, économiques, sociaux, en ces temps remplis d’incertitudes, et de doute mais aussi d’espoir, l’unité de la nation n’est plus une option. Elle est une priorité, une urgence même. Elle est le ciment par lequel nous réussirons à élever les murs de la maison Mali, notre maison commune.
C’est pourquoi, je vous appelle, tous, en ce moment solennel, à nous regarder les uns les autres comme les frères et sœurs que nous sommes, comme les fils colorés, divers et multiples de ce beau tapis appelé Mali. A nous regarder comme un peuple. Un seul peuple. Un même peuple
A s’attacher notre but commun, le bonheur et la prospérité pour tous. A s’attacher à notre destin commun, si grand, si haut, si exaltant, et à lui renouveler notre foi : un Mali où chaque génération accomplit le devoir sacré de donner à la génération suivante, les ailes et l’élan de ses propres défis. Je crois au Mali et je vous demande à tous, de croire en ce pays, en nous-même.

Mes Chers Compatriotes,
Notre pays, le Mali éternel, vient de loin. De très loin. N’ayons pas peur des mots. N’hésitons point devant les faits. Il y a cinq ans, nous étions confrontés à une situation catastrophique. Notre armée nationale avait de réelles difficultés à faire face aux envahisseurs. L’intégrité de la terre de nos ancêtres était compromise et souillée par des mercenaires du chaos. La présence de l’État était quasi inexistante dans les régions du Nord, notre économie soumise à des convulsions violentes, la cohésion sociale profondément atteinte, et notre jeunesse était en proie au désarroi. Le péril était à la porte. Le danger menaçait. Le désastre et la catastrophe nous frappaient.
Par la grâce de Dieu et par notre détermination commune, dans l’honneur, dans la dignité, en dépit de toutes les épreuves qui se sont dressées devant nous, au prix d’inestimables sacrifices, nous avons empêché notre très chère patrie de sombrer.
La gratitude de la Nation va vers tous ceux qui ont permis au Mali, y compris nos amis de par le monde, non seulement de tenir fièrement debout, mais également d’ouvrir la voie vers le progrès et la paix.
Souvent, le prix à payer a été extrêmement lourd, y compris le sacrifice suprême. Aussi, à l’entame de ce nouveau mandat, je tiens à m’incliner pieusement devant la mémoire des héros dont le sang a été versé pour le salut de notre cher Mali.
Je pense à toutes les victimes, étrangères et nationales, qui occuperont à jamais une place privilégiée dans le cœur de tous les Maliens. Pour eux, je vous demande d’observer une minute de silence.

Mes Chers Compatriotes,
Au cours des cinq années écoulées, nous avons œuvré avec abnégation pour redresser notre Maliba. J’ai fait le choix de placer le retour de la paix et de la sécurité au rang de priorité absolue, en privilégiant la voie du dialogue inter-malien, afin de transcender nos différences politiques et idéologiques au profit de notre amour commun pour la patrie.
Nous avons mené sans relâche la bataille contre la violence extrémiste, en dotant notre valeureuse armée de moyens nécessaires pour protéger et sécuriser les populations.
L’Etat est de retour dans le Nord, notre intégrité territoriale est sauve. Nous avons redonné du sens à la République en rénovant nos institutions et notre démocratie tellement fragilisées. Nous avons initié le processus de réconciliation nationale à travers l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. Nous avons répondu aux urgences sociales et économiques au prix d’un effort financier considérable de l’État, qui a permis de remettre notre pays sur les rails de la croissance et de l’émergence.
Aujourd’hui, chacun peut constater la marche vigoureuse et inéluctable enclenchée. Mais nous devons de reconnaître que beaucoup reste encore à faire.
C’est justement sur l’engagement de la consolidation des acquis et de la poursuite des chantiers ouverts que vous m’avez réélu. Mais vous m’avez aussi demandé que des corrections soient apportées pour accélérer le développement économique et social dans la sécurité, tout en le rendant plus inclusif.
J’ai entendu votre message. !
Pour réussir, je dois engager avec moi l’ensemble des forces vives de la nation. Tout le Mali, car la République n’appartient à personne. Nous en sommes tous, à différents titres, à la fois les gardiens et les artisans.

Mes Chers Compatriotes,
Dès le commencement de ce nouveau mandat, le programme « Notre grand Mali avance », que j’ai proposé pendant la campagne devra être scrupuleusement appliqué. Il sera sous-tendu par une vision basée sur les valeurs et principes que j’entends imprimer à l’action publique.

1- Renforcer la cohésion nationale
Tout d’abord, le renforcement de la cohésion nationale. Elle doit redevenir le ciment inébranlable et inattaquable de notre nation, de notre peuple au sang mêlé, fruit de mélanges et brassages multiséculaires.
C’est le principal défi auquel nous sommes confrontés, car divisés, désunis, nous cesserons tout simplement d’être le Mali.
La poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation reste ma priorité. Pour ce faire, j’exigerai de chacun la plus grande des loyautés. Au risque que ceux qui pratiquent le double-jeu s’excluent définitivement de ce processus.

2- Lutter contre le terrorisme
Le terrorisme et son pendant, la criminalité, troublent la quiétude de bon nombre de Maliens dans certaines parties de notre pays et compromettent ainsi un développement national intégral.
Je poursuivrai les efforts pour faire de nos forces de défense et de sécurité une véritablement républicaine, car pleinement opérationnelle pour contrer toute menace. Et ce, de manière concertée avec nos partenaires en Afrique et dans le monde entier, notamment à travers le G5 Sahel, véritable outil régional de coopération pour la sécurité et le développement.
Je serai implacable avec tous ceux qui bafouent nos libertés et foulent aux pieds nos valeurs de tolérance. Tous ceux qui s’opposent à ces valeurs-là seront combattus. Et ils seront vaincus. Car rien ne résistera plus à la volonté suprême d’un peuple uni face au terrorisme.
Toutefois, nous serons ouverts à tous ceux qui veulent revenir au sein de la République, notre mère commune, dont la laïcité ne devra plus jamais être remise en cause.

3- Restaurer les valeurs
La restauration des valeurs sera l’un des principes cardinaux de notre action. Le respect d’autrui, le respect du bien public, le respect des lois et règles de la République, de l’autorité de l’Etat. C’est cela que nous devons retrouver. Le travail, la culture de l’effort, le dévouement, l’amour de la patrie, sont aussi des valeurs que nous aurons pour obligation de promouvoir dans nos familles, dans nos écoles, dans tous les lieux publics. Chacun devra se les approprier, c’est ainsi que le Mali sera de nouveau un modèle pour l’Afrique et le Monde. C’est pourquoi la formation des ressources humaines constituera également une priorité.

4- Réformer l’Etat
Réformer l’état pour le rendre plus efficace au service de tous les citoyens est une obligation urgente. C’est dans l’écoute et la concertation que j’engagerai les changements institutionnels nécessaires, tout comme l’opérationnalisation des régions nouvellement créées, chose qui permettra de rapprocher l’État du citoyen. Une lutte plus farouche contre la corruption viendra parachever la mise en place de nouveaux instruments élaborés pendant le mandat précédent.

5- Libérer l’initiative privée
Je serai le président de l’emploi, de l’entrepreneuriat et de l’industrie. Le secteur privé est le bras armé d’une économie moderne, qui fera entrer le Mali dans le 21ème siècle. J’engagerai des réformes ambitieuses pour faciliter le développement d’un secteur privé fort, pourvoyeur d’emplois et créateur de richesses, notamment dans les secteurs de l’agriculture et du numérique, qui nous offrent tant de promesses.

6- Lutter contre la pauvreté
“ Je suis de ceux qui pensent et affirment que nous pouvons détruire la misère”, pour parler comme un grand homme de lettres. Mes chers compatriotes, nous devons et pouvons éradiquer la pauvreté de notre société, en ville, comme dans les campagnes. De toutes mes forces, je m’engage à optimiser notre système de solidarité nationale pour un Mali qui ne laisse personne sur le côté de la route, ni femmes, ni jeunes. Je veux faire émerger un nouveau modèle social fondé sur l’égalité, la justice sociale et la création des conditions de réussite pour tous.

7- Promouvoir la jeunesse
Je veux faire de la jeunesse, la grande cause de ce nouveau mandat et je veux être jugé sur cela. Elle constitue la majorité silencieuse, qui souffre et peine à trouver repères, opportunités et perspectives. J’engagerai un pacte national pour la jeunesse à travers des investissements considérables dans la refondation de notre système éducatif et de formation, ainsi que la promotion de l’emploi.

Mes Chers Compatriotes,
Maliennes, Maliens,
Par-dessus tout, je veux fonder mon action sur une doctrine : l’action rapide. Un principe : la justice. Un objectif : l’intérêt général. C’est un “new deal” que je vous propose, un contrat de confiance fondé sur le résultat.
A vous tous, et je vous sais nombreux, qui vous retrouvez dans cette vision nouvelle, je vous demande de prendre votre part au grand rassemblement pour la conquête que j’appelle de mes vœux. Le rassemblement de tous les patriotes. Car ce sont tous les Maliens, chacun d’entre nous, chacun d’entre vous, qui serez les acteurs du changement auquel vous aspirez tant. J’ai besoin de vous. De votre adhésion. De votre exigence. De votre responsabilité. De votre labeur.
Je tends la main à tous ceux qui veulent que le Mali réussisse. Tous ceux qui veulent croire en ce beau dessein. Sans exclusive. Oui, car c’est l’unité qui nous permettra d’accomplir notre fabuleux destin.
• Oui, annonçons ce Mali uni, qui célèbre ses différences et avance serein, déterminé ;
• Annonçons ce Mali sûr de son avenir, confiant en son grand destin ;
• Annonçons ce Mali solidaire et fort ;
• Annonçons ce Mali tenace, debout et résilient ;
• Annonçons le rêve malien à cette jeunesse qui a soif de réussite ;
• Annonçons ce Mali renaissant par l’ambition et l’innovation ;
• Annonçons ce Mali où l’Etat est efficace ;
• Annonçons ce Mali des citoyens engagés, civiques, responsables ;
• Annonçons ce Mali où nous retrouvons le goût de rêver ensemble, de bâtir ensemble, de construire ensemble, de partager.
Soyons ce Mali qui, par la culture, l’éducation et l’amour, triomphe des obscurantismes. Soyons ce Mali de tous les possibles, qui retrouve son rang en Afrique pour défendre les idéaux des pères fondateurs de nos Républiques modernes. Soyons ce Mali qui guide le monde avec la sagesse de nos poètes, griots, philosophes, écrivains, avec son humanisme soudanais !
Bâtissons ce Mali nouveau où l’essentiel n’est pas ce que cette Nation accomplit pour chacun mais ce que tous, ensemble, dans l’unité et par le travail, nous faisons pour faire de ce pays, le plus beau pays et la plus grande Nation de la terre.
Vive le Mali !
Vive la République !
Qu’Allah bénisse le Mali

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here