Elections : Les prémices du report des législatives du 28 octobre sont là

2

Dans un communiqué rendu publique mercredi, le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a repoussé la date de dépôt des candidatures aux législatives à une date ultérieure. Outre la raison évoquée, ce communiqué peut être annonciateur d’un report prochain de la date des élections législatives du 28 octobre prochain.

ISIM SCHOOL
Optimisation de la Fonction de Secrétaire et d'Assistant(e) de Direction

Le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a annoncé le rallongement de la date de dépôt à une date indéfinie pour l’inaccessibilité de certains documents constitutifs du dossier de candidature. “Le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a l’honneur d’informer les candidats à l’élection des députés à l’Assemblée nationale du 28 octobre 2018 qu’en raison de l’impossibilité d’obtenir certains document administratifs constitutifs du dossier de candidature, la date limite de dépôt des dossier de candidature initialement prévue le jeudi 13 septembre 2018 est repoussée à une date ultérieure”, annonce le communiqué.

Cette perturbation dans le calendrier du département de l’Administration territoriale et de la Décentralisation est l’une des conséquences directe de la grève illimitée des magistrats, déclenchée depuis un mois. “Cette situation était prévisible ! Tant que la grève des magistrats continue, le problème d’accès à des documents administratifs comme la nationalité, le casier judiciaire, demeurera”, regrette Moulaye Diarra, un citoyen.

Une situation qui va certainement chambouler la date du 28 octobre 2018, jusque-là, retenue pour la tenue des élections législatives au Mali, malgré les impossibilités évoquées par des parties prenantes à cette échéance et les observateurs politiques.

“Si les élections législatives se tiennent à la date prévue, l’Assemblée nationale du Mali ne sera pas une représentativité de tous les localités. Je pense que la question de découpage administratif des nouvelles régions créées doit précéder ces élections”, selon Mamadou Traoré de la société civile.

Avec le prolongement de la date de dépôt des dossiers, et conscient de tous ces paramètres, le gouvernement devra revenir à la raison et élaborer un nouveau calendrier pour ces échéances électorales.

Y.C.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here