Droits et Protection des Enfants et Protection civile: L’Ecole de Maintien de la Paix forme 51 stagiaires venant de onze pays africains avec le soutien financier de l’Allemagne

7

Le vendredi 14 Septembre 2018, a eu lieu à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioun Blondin Bèye (EMP-ABB), les clôtures des deux stages de formations : celles de Droits et protection des enfants (DPE2) et de la Protection civile (POC) dans la mission de soutien de la paix de l’ONU. C’était sous la présidence du représentant du Directeur général de l’EMP-ABB, Lieutenant colonel Issa Goita. Etaient à ses côtés, Simon Herchen, représentant de l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Mali, non moins financière des deux formations qui ont toutes durées cinq jours (10 au 14 septembre 2018), la représentante de l’Unitar, etc.

Selon le lieutenant colonel Abdoulaye Coulibaly, directeur de stage de la formation DPE2 de 2018 avait pour objectif pédagogique de faire acquérir aux participants les connaissances, et compétences nécessaires à la protection des enfants dans une situation de conflit et ainsi promouvoir au sein du personnel des opérations de maintien de la paix et du personnel potentiellement déployable des pratiques respectueuses de la dignité des enfants et de renforcer leur rôle de protection des enfants pendant la mission.

Afin d’atteindre ce but, dit-il, les thématiques suivants comme comprendre l’enfance et le développement de l’enfant ; la nature changeante des conflits armés et leurs conséquences sur les enfants ; les instruments juridiques de protection des enfants affectés par les conflits armés ; la communication du personnel des OMP avec les enfants affectés par les conflits armé ; le rôle des différentes composantes d’une opération multidimensionnelle vis-à vis des enfants ; la code de conduite et règle d’engagement vis-à-vis des enfants ; la collaboration avec les parties prenantes de la protection des enfants ; le mécanisme de surveillance et de communication des graves violations des droits de l’enfant, ont été développés durant les cinq jours avec les 24 participants venus des onze pays : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République Démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Sénégal et le Togo.

Parmi eux, a précisé le directeur de stage, se trouve deux officiers de police de la Minusma et un cadre civil de la MONUSCO. « La très bonne qualité des restitutions par les participants des solutions aux problématiques posées durant la formation, nous permettent de dire que les objectifs assignés à ce stage ont été atteints », s’est réjouit le lieutenant colonel Abdoulaye Coulibaly.

Sodji Rogatien, directeur de stage de POC, a souligné que cette formation a été organisée au profit de 27 points focaux des unités de police constituées venus de cinq pays d’Afrique de l’Ouest : le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal et le Togo. Parmi les 27 stagiaires, explique le Sodji, on n’a noté la présence de quatre personnels féminins, ce qui donne un taux de féminité avoisinant les 15%, objectif stratégique de l’ONU pour le déploiement des unités sur les théâtres d’opération de soutien de la paix.

Selon lui, les apprenant ont montré un intérêt et un enthousiasme lors de cette formation au cours de la laquelle plusieurs notions ont été abordées comme : conceptuel de la protection des civils, le cade juridique, la planification et l’exécution des tâches relevant de la PDC sans oublier les nombreux défis relatifs liés à cette problématique.
Les porte-paroles des deux formations, Djon Daniel pour le DPE et Bruno Kuila, capitaine de gendarmerie pour le POC, se sont réjouit d’avoir participé à ces formations, avant de promettre de restituer partout où ils sont appelés à servir.

Le représentant du DG de l’EMP, le lieutenant colonel Issa Goita, a axé son intervention sur trois points. Il a invité les participants de faire bon usage des notions apprises pour le bonheur des populations. Il a remercié les instructeurs pour leurs engagements, expertises qu’ils ont fait montre lors des cours. Avant de saluer fortement les partenaires notamment l’Allemagne, pour leur constance aux côtés de l’EMP-ABB dans l’exécution des ces programmes.
L’un des soucis de l’Allemagne, indique Simon Herchen, a toujours été de relever les défis sur le DPE et POC. « L’Allemagne ne ménagera aucun effort pour être aux côtés de l’EMP pour ces actions de soutien à la paix », a conclu Simon Herchen.

Hadama B. Fofana

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here