Sahel : la gestion des ressources productives au cœur des débats

7

La fondation Konrad Adenauer à travers son programme Un seul Monde sans Faim a lancé hier lundi 18 septembre 2018 un atelier d’échange sous régional sur  Comment assurer une bonne gouvernance des ressources productives dans des contextes de crises multidimensionnelles au sahel en général et au Liptaco Gourma en particulier ? .

 

Placé sous la présidence du ministre-Commissaire à la Sécurité Alimentaire, Oumar Ibrahim Touré qui avait à ses côtés, le directeur Programme Sahel  de la Fondation Konrad Adenauer, Thomas Schiller et de la coordinatrice du programme ” Un Seul Monde Sans Faim”, Dembélé Hawa Sow Cissé et les représentants du Burkina Faso, de la Mauritanie,  du Niger et  de la Guinée.

L’objectif principal de cet atelier de deux jours est de créer un espace pour des analyses partagées et la mobilisation des acteurs du Sahel autour du programme de transformation profonde de l’agriculture et de l’agenda de la souveraineté alimentaire grâce à une meilleure compréhension commune des causes profondes des inégalités multidimensionnelles liées à l’accès sécurisé aux ressources productives(terre, eau, énergie, biodiversité…) gage d’une bonne gouvernance de la sécurité alimentaire et nutritionnelle”.

 

Ces dix dernières années, des crises alimentaires ont été ressenties dans le Sahel mais aussi dans d’autres parties de l’Afrique et du monde.” La faim et la Famine sont des phénomènes récurrents avec des causes multiples. Pour des années difficiles comme celle de la campagne 2016-2017, les pays du Sahel  en général incluant le Mali, le Burkina Faso, le Niger doivent gérer chaque année entre 3 et 5 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire. Les  taux de malnutrition aiguë global(MAG) dépassent le seuil d’alerte de 10% au moins depuis quinze ans , selon plusieurs rapports.

A en croire Mme la coordinatrice, “le projet “Un monde sans faim” a pour objectif de prévenir les crises, de promouvoir des principes de bonne gouvernance, de permettre à la société civile, aux partis politiques d’entreprendre des actions de plaidoyer dans le domaine  de la sécurité alimentaire”.

Pour le ministre-commissaire à la Sécurité Alimentaire, M.Touré, des crises alimentaires s’installent dans certains pays Sahéliens  dans la durée et cela modifie la carte alimentaire et nutritionnelle du Sahel. ” Lorsque la crise alimentaire mondiale a frappé en Afrique en 2008, les couches les plus vulnérables ont été les plus touchées à causes du démantèlement des systèmes de production Agricoles et agroalimentaires qui empêchent  les plus pauvres de se nourrir”, a-t-il ajouté.

Le ministre-Commissaire a salué la fondation Konrad et l’ensemble des pays qui ont pris part à cette rencontre et fonde un grand espoir sur des propositions concrètes qui sortiront des travaux de ces deux jours.

Awa Sogodogo

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here