Infrastructures routières : Lancement des travaux de réhabilitation

20

Décharge des Infrastructures et de l’Equipement. Cette volonté affichée de réformer le réseau routier s’est traduite par la réalisation d’infrastructures à travers le pays. En effet, dans le cadre de cette démarche de modernisation du secteur routier, le ministère des Infrastructures et de l’Equipement a programmé sur la période 2015-2019, un certain nombre de projets routiers.
C’est dans cette optique que le ministre, Mme Traoré Seynabou Diop, a procédé, mardi dernier, à la remise officielle du site à l’entreprise Razel chargée de l’aménagement en 2X2 voies de la voie reliant le 3ème Pont de Bamako à la route nationale 6 (RN6) sur une distance de 3,260 km. La construction d’un échangeur au croisement avec la «RN6» et la réhabilitation de la section Tour de l’Afrique-Yirimadio de la RN6 s’inscrivent aussi dans ce projet. Pour la circonstance, le ministre des Infrastructures et de l’Equipement était accompagnée du staff technique de son département et du directeur national des routes, Mamadou Nama Keita.

La réalisation de ce projet cadre avec les objectifs du Cadre stratégique pour la relance économique et du développement durable (CREDD). Le projet s’inscrit aussi en droite ligne de la vision du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta et de la Déclaration politique générale du Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga avant sa reconduction à la tête du gouvernement. Ce projet, à hauteur de 32 milliards FCFA, a été financé à 100% par le budget national pour un délai d’exécution de dix-huit mois. Attribué à la suite d’un appel d’offres ouvert national, le projet permettra de densifier le réseau routier et de supprimer des points de congestion. Il contribuera également à l’amélioration de la sécurité routière et du cadre de vie des populations grâce aux facilités d’accès aux centres socio-sanitaires, aux écoles et aux postes administratifs.

«Cette visite avait deux objets. Le premier était de faire la remise officielle du site du chantier qui doit bientôt démarrer, c’est à dire la route Tour de l’Afrique-Yirimadio et la construction d’un échangeur qui doit mener au 3ème pont.

C’est un grand projet qui a été lancé, car la remise du site marque déjà le premier pas de ce projet. Cette remise de site a été faite afin de donner la première consigne pour que le chantier, étant donné qu’il est dans la capitale, soit mené avec beaucoup plus d’attention et de professionnalisme. Le second objectif était de faire le constat des travaux de réhabilitation au niveau de la route Tour de l’Afrique-Yiramadio», a expliqué en substance le ministre des Infrastructures et de l’Equipement. En attendant le démarrage total du projet, Mme Traoré Seynabou Diop a instruit à l’entreprise d’améliorer un peu le passage pour que les voitures puissent rouler en toute sécurité.

S’agissant de la situation qui prévaut à Kati, elle dit avoir pris bonne note. «La route Kati-Didiéni est le tronçon le plus mauvais aujourd’hui. Nous en avons fait le constat lors d’une mission», a-t-elle signalé. Face à cette situation, le ministre Diop a donné l’assurance totale aux populations de cette localité que tout sera mis en œuvre pour que le tronçon soit réhabilité.
«J’ai entendu des mouvements d’humeur du côté des Katois, mais je veux les rassurer qu’ils ont défoncé une porte déjà ouverte, parce que le projet est déjà mûr. On attend juste la fin de l’hivernage en octobre, le site sera rendu à l’entreprise qui a eu le marché pour que les travaux puissent commencer», a annoncé le ministre.

Mme Traoré Seynabou Diop a précisé que la réhabilitation de cette route commencera du rond point du camp de Kati jusqu’à Didiéni, en passant par Kolokani. Aux populations de Kati, Didiéni et Kolokani, elle a donné l’assurance que la route sera totalement réhabilitée à la hauteur de la politique des infrastructures routières entreprise en 2015. «Ces genres de travaux nécessitent la mobilisation d’une grande somme, tout ce qui est en train d’être fait dans le cadre de la réhabilitation de nos réseaux routiers est financé sur le budget national. En effet, c’est la recherche des financements qui retarde souvent le démarrage de ces projets», a-t-elle tenu à souligner.
Baba B.
COULIBALY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here