Point de presse du gouvernement : Le projet de budget 2019 et la libération de Ibrahima Kontao au menu

15

Le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne et porte-parole du gouvernement, Amadou Koïta, fraîchement reconduit a animé, jeudi dernier au Centre d’information gouvernementale du Mali (CIGMA), le traditionnel point de presse du gouvernement destiné à commenter les grandes décisions issues du Conseil des ministres du 18 septembre 2018.
Lors de la rencontre, il a évoqué la libération du coordinateur de l’ONG Al Farouk, Ibrahima Kontao.
En effet, cette réunion hebdomadaire des ministres a adopté un projet de loi relatif à la loi de finances 2019 qui, selon le ministre Amadou Koïta, s’inscrit dans la mise en œuvre du budget programme et s’articule autour de 145 programmes, 328 actions, 457 objectifs et 1097 indicateurs.
Pour l’année 2019, a-t-il rappelé, les recettes budgétaires sont évaluées à 2.023 milliards 150 millions de Fcfa contre 1.957 milliards 625 millions de Fcfa dans la loi de finances 2018 (soit une augmentation de 3,35%). Les charges, elles, sont évaluées à 2. 410 milliards 400 millions de Fcfa, contre 2.330 milliards 778 millions de Fcfa dans le budget de 2018, (soit une augmentation de 3,42%). Le projet de budget 2019, selon le ministre porte – parole du gouvernement, présente un déficit global d’environs 378 milliards. Ce déficit, a-t-il expliqué, sera financé par les ressources de l’aide extérieure et par l’épargne à travers des titres d’emprunt émis par le trésor.
Le ministre Amadou Koïta a ensuite indiqué que cette loi de finances s’inscrit également dans la mise en œuvre des grandes lignes dégagées par le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, surtout la réalisation de son programme de société «Notre grand Mali avance ». La priorité, à en croire le ministre, sera donnée notamment à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger, au financement de la Loi d’Orientation et de Programmation militaire (LOPM).
S’y ajoutent, selon lui, la Loi de Programmation sur la Sécurité intérieure (LPSI), le financement du secteur agricole (à hauteur de 15% de subvention) et à la création massive d’emplois etc. « Bref, c’est tout ce qui participe au développement et à la promotion de notre pays », a résumé le ministre porte-parole du gouvernement.
En plus, le chef du département en charge de l’Emploi a cité et commenté les autres projets de texte adoptés par le Conseil des ministres. Il s’agit, entre autres, du projet de décret autorisant et déclarant d’utilité publique les travaux de construction d’un échangeur, d’un viaduc ainsi que l’aménagement de 10 km de voiries urbaines dans la ville de Sikasso et un projet de décret relatif à l’approbation du document de la politique nationale de solidarité.
Par ailleurs, le ministre Koïta s’est réjoui de la libération du coordinateur de l’ONG Al Farouk. « Ibrahima Kontao a été libéré hier (mercredi le 29 décembre 2018 – NDLR) par les forces de sécurité en collaboration avec les services de renseignement et l’appui de la population », a-t-il commenté. Toute chose, selon le ministre, qui prouve une fois de plus la pertinence de la LOPM et de la LPSI.
Et de préciser que les ravisseurs de M. Kontao ont été tous arrêtés. « Ils sont entre les mains de la justice qui est en train de faire son travail», a indiqué le porte-parole du gouvernement.
Pour Amadou Koita, quand ce genre de situation arrive dans notre pays, « nul ne doit essayer d’en tirer profit ou d’en faire un fonds de commerce ou un outil pour combattre …» « L’Etat est là pour la population et pour protéger les Maliens et leurs biens », a-t-il assuré.
Bembablin
DOUMBIA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here