Visite du Premier ministre SBM à Mopti : 197 écoles rouvertes sur 466

11

Elles avaient été fermées suite aux menaces des jihadistes qui faisaient leur loi dans cette région

Tôt ce mardi 2 octobre, le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga (SBM), à la tête d’une forte délégation s’envole pour Sevaré, dans le cadre de la réouverture des écoles fermées par des terroristes, pour l’année scolaire 2018-2019.

Composée du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Tiénan Coulibaly, des Honorables Abdrahamane Niang, président de la Haute cour de justice, Belco Bah, membre du bureau de l’Assemblée nationale, Issa Togo, président du groupe parlementaire ADEMA, Mme Diallo Aïssata Touré, présidente de la Commission affaires étrangères de l’Hémicycle et de plusieurs autres, tous élus de la région de Mopti, la délégation, très enthousiaste, salue cette belle initiative

Le conseiller spécial du Premier ministre, en charge de l’éducation, Bartelémy Togo, l’ancien ministre, Zahaby Ould Sidi Mohamed et le général Poudiougou, tous deux, responsables du programme du DDR et le jeune Cheick Oumar Coulibaly, chargé de communication à la Primature, font partie de la mission.

Après 1h15 de vol, le chef du gouvernement atterrit à l’aéroport Ambadédjo de Mopti. A l’accueil le ministre de l’Education nationale, Pr AbinouTemé et le général Sidi Touré, gouverneur de la région. Honneurs militaires, salutations des jeunes qui brandissent des banderoles pour glorifier IBK et SBM. Ensuite, suivent les danses folkloriques, la haie d’honneur et la salutation des chefs des services régionaux.

Sans tarder, la délégation s’engouffre dans les véhicules, à destination de Moussawal, commune de Bassiro, Académie Mopti, composé de six villages, situé à environ 20 km de Sevaré. Tout au long du parcours, les écoliers et leurs maitres sortent pour saluer le chef du gouvernement. A l’arrivée, les 141 élèves de l’établissement, leurs parents et leurs maitres ne tarissaient pas d’applaudissements, en scandant le nom de l’illustre hôte. Le bonheur se lit sur certains visages, notamment les maitres qui avaient fui l’école un certain 2 novembre 2017. Ils avaient été tabassés devant leurs élèves, chassés avec de menaces sérieuses, s’ils remettaient encore les pieds dans cette école. L’école est fermée à partir de ce jour.

Première action : SBM plante un arbre, avant de visiter les salles de classe, d’échanger avec les enseignants et les parents d’élèves. Cerise sur le gâteau : Il distribue des kits scolaires aux enfants.

Dans son message, il explique l’importance de l’école, insiste sur la scolarisation des filles, demande aux parents de scolariser tous les enfants, en affirmant que « c’est obligatoire et gratuit ». Il les invite à combattre ceux qui empêchent leur progéniture à aller à l’école, avant de jurer la main sur le cœur que l’Etat joue sa partition.

L’annonce faite par le Premier ministre d’instituer une cantine dans cette école a été fortement applaudie par les parents d’élèves. Une manière pour le chef du gouvernement d’attirer les enfants vers l’école et surtout d’atténuer leurs fatigues pour la simple raison que certains marchent 3, voire 4 km pour se rendre à l’école, matin et soir.

A Moussawal, notre constat est que les filles sont plus nombreuses que les garçons dans les classes visitées. En 6ème année, tenu par l’enseignant Mamadou Sanogo, sur un effectif de 36, on dénombre 28 filles. En 5ème année, le maitre Hamidou Temé nous dit que sur un effectif de 22 élèves, il y’a 15 filles.

« Le CAP et l’Académie nous a rassurés de reprendre les cours. Le Premier ministre vient de répéter la même chose. Nous y croyons et nous voici au travail, espérant qu’il aura plus de sécurité que l’année précédente ».

Seconde étape de cette mission, Thiaboly, commune de Fatoma, à 15 km de Sevaré. Même accueil, même dispositif, même discours. C’étaient les mêmes raisons qui ont conduit à la fermeture de cette école aussi.

Le maire Amadou Sow a offert un taureau au PM tandis qu’à Moussawal, c’est un gros bélier qu’on lui a donné. Dans les deux établissements, il remet les animaux à l’administration scolaire pour le commencement de la cantine.

Rappelons qu’à l’école de Moussawal, l’ensemble de l’effectif est de 141 élèves dont 71 filles, tandis qu’à Thiaboly, ils sont 127 pour 63 filles. Les deux écoles étaient fermées le même jour, le 2 novembre 2017, suite à une attaque djihadiste.

Selon les responsables de l’éducation de Mopti (Cap et Académie), 466 écoles étaient fermées suite aux nombres attaques. Cette année, compte tenu de la carte sécuritaire et des raisons objectives, 197 rouvrent. Le reste pourrait rouvrir progressivement au cours de l’année ou ultérieurement.

Elhadj Chahana Takiou

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here