Bocari Tréta dans de beaux draps au du RPM: Le directeur de campagne d’IBK mérite-t-il ce sort?

3

Le président du Rassemblement pour le Mali, RPM, et non moins directeur de campagne d’IBK lors de la dernière présidentielle, fait la Une de la presse nationale. Bocari Tréta, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est dans une véritable tourmente politique à cause des ambitions démesurées de certains caciques du parti des Tisserands. Il fait aujourd’hui l’objet d’une humiliation sans précédent pour un chef de parti et, de surcroit, membre-fondateur, quand il a muri l’ambition d’être député.

Depuis plus d’un mois, le président du RPM est dans l’œil du cyclone au sein de sa propre formation. Son seul tort serait de nourrir l’ambition de devenir député après la composition du gouvernement post-élection. Est-ce un crime pour le président du plus grand parti de vouloir devenir un élu national après avoir mouillé le maillot pour la victoire à la présidentielle ? Le siège de député est-il au dessus de sa compétence ? La réponse à ces deux questions est que Non. Bocari Tréta serait victime des ambitions démesurées de certains caciques du RPM qui lorgnent déjà sur des postes stratégiques au sein de l’hémicycle et qui le soupçonnent de nourrir la même ambition.

Parmi les cadres du RPM qui s’opposent à l’ascension de Tréta, on pourrait citer Moussa Tembiné, premier vice-président de l’Assemblée Nationale et président de la jeunesse RPM, et Mamadou Diarrassouba, le questeur de l’Assemblée Nationale. Sont-ils de connivence avec le Président de la République ? Sinon, comment comprendre que Bocari Tréta soit dans le creux de la vague sans que son camarade et vieux compagnon politique, IBK ne lui vienne en aide ? Le Président de la République aura tort de laisser Bocari Tréta entre les mains de ses adversaires politiques dont le seul dessein est d’assouvir leurs ambitions personnelles.

Pour rappel, Bocari Tréta est l’un des membres fondateurs du RPM. Il fait partie des quelques rares cadres qui avaient accepté de suivre IBK lorsque ce dernier est tombé en disgrâce par son mentor Alpha Oumar Konaré en 1999. Ni les rapports personnels qu’il entretenait avec le Président Alpha Oumar, ni les intimidations, ni les menaces, encore moins le risque de perdre les avantages au sein de l’administration, n’ont dissuadé Tréta à de suivre IBK et bâtir le RPM. Qu’il ne soit pas exempt de reproches, il demeure quand bien même une icône au sein du parti or et vert. Il ne mérite pas le traitement qu’on est en train de lui infliger.

Youssouf Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here