Promotion des droits humains : Amnesty international Mali outille des journalistes

2

Pour permettre aux hommes de médias de comprendre les questions de défense des droits humains, Amnesty International Mali (AI Mali) a outillé des membres du Réseau des journalistes AI Mali.

En organisant cette formation, les objectifs visés par l’Amnesty International Mali étaient de mieux faire connaitre Amnesty International en tant qu’organisation de défense des droits de l’Homme par les membres du Réseau des journalistes Amnesty Mali tout en les dotant d’outils et techniques/stratégies rédactionnelles appropriées à la défense des droits humains. Il s’agissait aussi de les informer des textes et mécanismes de défense des droits humains.

Après avoir pris connaissance de l’historique, la structure et le fonctionnement de l’AI, les participants ont pu cerner durant les deux jours de formation, les stratégies, les domaines d’intervention et les limites du mouvement des défenseurs des droits humains.

“Cette formation permettra aux participants d’améliorer davantage leurs connaissances de défenseurs des droits humains et leur façon de produire des articles de presse sur le sujet”, a précisé Mariam Koné, coordinatrice du Réseau journaliste d’AI Mali.

Aux termes de la formation, les participants ont été documentés pour mieux comprendre les caractéristiques d’une violation des droits humains. Elle a permis aux membres du Réseau de renforcer leurs capacités d’analyse des violations des droits humains en s’appuyant sur les instruments internationaux, régionaux et nationaux de protection des droits humains, d’utilisation de différentes expériences, techniques et outils.

Les membres du Réseau journalistes d’Amnesty International Mali ont cerné des concepts et activités concernant la collecte des faits, la documentation et la rédaction dans le cadre des droits humains.

Comme dans les plus de 150 pays où il est présent, AI Mali se bat quotidiennement pour la protection des droits humains. Ce combat est mené en fonction d’un plan d’action annuel. Ce plan lui permet, selon le coordinateur campagne et mobilisation d’AI Mali, Salif Fofana, de faire des campagnes pour prévenir et faire cesser les graves violations des droits à l’intégrité physique et mentale, à la liberté de conscience et d’expression et à la protection contre toute discrimination.

Youssouf Coulibaly

Encadré

A quand l’application de la loi n°2018-003

Adoptée par l’Assemblée nationale le 13 décembre 2017 et promulguée par le président de la République, le 12 janvier 2018, la loi n°2018-003 attend toujours son décret d’application pour être fonctionnelle.

Avec l’ancien ministre de la Justice, Mamadou Ismaël Konaté, les défenseurs des droits de l’Homme au Mali ont eu droit à une loi qui fixe les règles et les modalités les concernant. Cette loi reste sans effet une année après sa promulgation par le président de la République. La raison est toute simple, la loi des défenseurs des droits humains attend impatiemment son décret d’application.

Malgré leur engagement et détermination, les organisations de défenseurs des droits de l’Homme au Mali envient les autres pays membres d’AI pour les textes régissant le domaine. Après plus de 20 ans d’existence, elles relèvent toujours de la loi n°04-038 du 05 août 2014 qui régit les associations au Mali.

En plus de définir des concepts des droits de l’Homme, la loi 2018-003 fixe les droits et devoirs des défenseurs des droits de l’Homme, les obligations de l’Etat dans le cadre de la promotion et la protection des droits de l’Homme et des défenseurs des droits de l’Homme.

Cette loi une fois son décret d’application signé permettra aux défenseurs des droits de l’Homme de faire leur travail dans un cadre bien organisé.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here