Assemblée nationale : La session budgétaire s’ouvre sans le projet de loi

5

Exclusivement budgétaire, la dernière session de la législature en cours s’est ouverte ce lundi à Bamako. Mais la Commission des Finances et de l’Economie de l’Assemblée nationale n’a pas encore reçu la mouture du projet de loi.

Dans les couloirs de l’hémicycle, l’étonnement est total. Ce lundi 1er octobre, alors que s’ouvrait officiellement la session budgétaire, les députés de la Commission des Finances et de l’Economie se sont retrouvés sans document de travail. Une situation qui provoque la colère chez le vice-président, Samba Yattassaye : « Ce n’est pas normal que le projet de loi ne soit pas encore sur notre table. »

Le projet de loi des Finances devrait parvenir à l’Assemblée nationale au moins deux semaines avant l’ouverture officielle de la session. « Soit l’administration de l’Assemblée nationale traine les pieds, soit le gouvernement a encore des retouches à faire avant de nous l’envoyer », poursuit M. Yattassaye, élu de Mopti.

Dans les couloirs, Yacouba Michel Koné, rapporteur de la Commission, ne savait même pas que la session budgétaire s’ouvrait ce lundi. « Je me suis retrouvé à l’Assemblée nationale par un pur hasard et je suis tombé sur cette cérémonie d’ouverture de la session budgétaire, en présence du Premier ministre et d’une pléiade de membres du gouvernement », se justifie l’élu de Sikasso.

Que dit le gouvernement ?

Dans son discours d’ouverture, le président de l’Assemblée nationale, Issaka Sidibé, a pourtant exhorté la Commission des Finances «à examiner minutieusement le projet de loi».

Où est passé alors le texte ? Du côté du gouvernement, son porte-parole, Amadou Koïta, rassure que « tous les députés, sans exception ont reçu le projet de loi ».

La seule certitude, c’est que le gouvernement avait annoncé l’adoption du projet de loi pour l’exercice 2019 lors de la dernière session ordinaire du conseil des ministres. Il s’élèverait à 2 023 milliards de francs CFA, soit une augmentation de 3,37% par rapport à l’année dernière.

Harber MAIGA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here