Grève des magistrats au Mali : Les syndicats burkinabè affirment leur soutien

169

Dimanche 7 octobre 2018, les syndicats de magistrats du Burkina Faso ont produit un communiqué dans lequel ils affirment leur soutien inconditionnel aux magistrats du Mali en grève depuis un bon bout de temps. Dans ce communiqué, ils rassurent que les syndicats maliens mènent un combat pour l’honneur de tout le Mali, mais regrettent le traitement que subissent les magistrats dans ce pays, preuve que les gouvernants n’accordent pas trop de crédit à l’État de droit. Ce communiqué confirme la solidarité professionnelle entre les corporations de travail en Afrique.

Dans un communiqué conjoint co-signé par le secrétaire général du syndicat Autonome des Magistrats du Burkina Faso (SAMAB), Emmanuel Ouédraogo ; du secrétaire général du syndicat des Magistrats Burkinabè (SMB), Christophe Compaoré ; du secrétaire Général du syndicat des Magistrats, Moriba Traoré ; toute la magistrature burkinabè s’engage à accompagner indéfectiblement leurs collègues maliens dans la lutte noble, disent-ils, qu’ils mènent sans faille depuis déjà quelques mois.

Dans ledit communiqué, les syndicats burkinabè reconnaissent que cette lutte ne visant que l’amélioration des conditions de travail et surtout en termes d’indépendance de ladite institution, ainsi que de sa soustraction de certaines difficultés « calculées, cultivées et entretenues sous nos cieux par les adeptes d’une justice sous influence », disent-ils, avant de promettre tout leur soutien à leurs frères du Mali : « Les syndicats de magistrats du Burkina Faso voudraient, par le présent communiqué apporter leur plein soutien aux syndicats frères du Mali et les assurer de leur parfaite disponibilité là où ils pourront être d’un certain appui. »

Les syndicats Burkinabè, tout en reconnaissant que chaque magistrat malien saura accomplir convenablement son devoir à hauteur de souhait, ne font aucun doute que le traitement fait aux acteurs de la justice ainsi qu’à la justice dans un pays renseigne à suffisance sur l’attachement des gouvernants de ce pays à l’État de droit. Cela ne voudrait-il pas signifier que la situation des magistrats maliens constitue une preuve intangible que les dirigeants maliens ne sont pas trop attachés à l’État de droit dans ce pays ?

Pour finir, la magistrature burkinabè rassure que le combat de leurs confrères maliens va au-delà de leur personne pour concerner les Maliens dans leur ensemble, voire du Mali dans son entier. L’État a alors tout intérêt à trouver des solutions rapides à cette situation qui n’a que trop duré.

Fousseni TOGOLA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here