Grogne sociale: Les travailleurs de l’API Mali menacent d’aller en grève illimitée le 22 octobre prochain

76

Vitrine du Mali pour attirer les investisseurs, l’Agence pour la promotion de l’investissement au Mali (API-Mali) est dans l’œil du cyclone. Le comité syndical s’insurge contre des pratiques inadmissibles, pointant un doigt accusateur sur le directeur de l’agence. Dans un préavis de grève déposé le 8 octobre 2018 auprès du ministre en charge du Travail et de la Fonction publique, le comité syndical entend aller en grève de 72 heures le 22 octobre 2018.

La grève pourrait reprendre pour une durée illimitée, à compter du 6 novembre 2018, s’il n’y a pas une solution définitive. Le comité syndical a souligné dans son préavis avoir mené plusieurs luttes antérieures dont la pétition « pour dire non au déclassement du personnel à la date du 14 août 2018 ». Il a dénoncé « la menace verbale de licenciement proférée à l’encontre des nouveaux recrus » et contre certains membres du syndicat par le directeur général de l’API-Mali à la date du 4 octobre 2018 à 10 heures.

Les travailleurs dénoncent aussi la menace verbale de licenciement proférée à l’encontre de tous les membres du comité syndical « lors d’une réunion syndicale relative à la grille des salaires par le directeur général de l’agence à la date du 30 juillet 2018 à 16 heures 30 minutes ». Les syndicalistes ont également rappelé que le dernier conseil d’administration tenu le 12 juillet 2018 a recommandé l’élaboration d’une grille consensuelle entre le directeur général de l’API-Mali et le Syndicat des travailleurs.

Le plus important, selon les travailleurs, est que le syndicat renouvelle sa volonté de voir s’ouvrir de véritables négociations en vue du règlement revendications. Les travailleurs demandent, entre autres, le non déclassement du personnel dans le nouveau projet de grille des salaires, conformément aux dispositions de l’accord d’établissement en vigueur à l’API-Mali. Ils veulent le respect du projet de grille des salaires déjà validé par le ministère (MPISP) représenté par son secrétaire général, le syndicat des travailleurs et la direction générale de l’API-Mali à la date du 2 juillet 2018.

Les travailleurs demandent aussi la classification des « nouveaux recrus » dans leurs catégories conformément à la classification de l’accord d’établissement ; ils veulent l’octroi au personnel le bénéfice des avantages liés à chaque catégorie de la nouvelle grille des salaires ; la fixation des primes et indemnités des fonctionnaires dans le nouveau projet de la grille des salaires ; l’établissement d’un plan de carrière pour les travailleurs de l’agence.

Autres doléances, la mise en place du comité de gestion pour la bonne utilisation des ressources de l’agence, conformément aux dispositions de la LOI 90-110 régissant les EPA en République du Mali, du décret N 056427/P-RM du 26 septembre 2005 fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement de l’API-Mali et l’accord d’établissement en vigueur depuis 2013.
Enfin, le syndicat veut la réalisation d’une mission d’audit comptable et financier sur les ressources propres générées par API-Mali et les subventions pour la pérennisation des ressources de l’agence. « Ce point est une recommandation du Conseil d’administration du 28 avril 2018 », indique le préavis de grève.

Le comité syndical de l’API-Mali, membre du Syndicat national des travailleurs des administrations d’Etat (SYNTADE), affilié à l’UNTM, compte mettre en avant son droit à la grève. « Sous réserve d’une solution satisfaisante », les syndicalistes promettent d’aller jusqu’au bout. Et la « cessation concertée du travail prendra effet à 0 heure, le lundi 22 octobre 2018 pour 72 heures.

Soumaila T. Diarra

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here