Contre les dérives du régime en place : Le FSD, baptisé nouvelle arme de combat de l’opposition

127

Porté sur les fonts baptismaux samedi dernier, au désormais ex-QG de campagne du Chef de file de l’opposition, sis à l’ACI 2000, le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) aura pour mission principale aux dires de ses initiateurs « d’arrêter les dérives du régime en place ». Plusieurs responsables de partis politiques, syndicats, leaders d’opinion, associations, ayant en partage les idéaux de la démocratie et le respect des libertés individuelles ont pris part à la cérémonie de lancement de ce nouveau front de résistance.

Ce nouveau front remplace la direction de campagne de la plateforme d’alliance « Restaurons l’espoir ». En cette circonstance historique, le Chef de file de l’opposition politique, l’Honorable Soumaïla Cissé, accompagné de son épouse, avait à ses cotés le président du MPR, Dr Choguel Kokalla Maïga, Me Mohamed Ali Bathily, Me Assane Barry, Djibril Tangara de la FCD, Tiébilé Dramé, Djibril Tall du PDES, N’Diaye Ba, entre autres. Les membres de ce front, signataires d’une déclaration commune lue par Paul Ismaël Boro, sont constitués d’une trentaine de partis politiques parmi lesquels on peut retenir l’URD, le MPR, le CNID-FYT, le Parena, des syndicats, des acteurs de la société civile, des organisations faitières de la diaspora.

La lutte continue !

Dans leur déclaration, ils déplorent qu’au bout d’un quinquennat, le régime actuel n’a pu rétablir la paix, la sécurité, l’autorité de l’Etat, l’intégrité territoriale du pays et l’unité nationale. En outre, ces anciens candidats à la présidentielle de 2018, se disent également alarmés par les fraudes et les nombreuses irrégularités, les bourrages d’urnes et les falsifications de résultats. En effet, les préoccupations des initiateurs du FSD se rapportent aux risques liés aux libertés publiques et les atteintes aux droits humains fondamentaux notamment : « les enlèvements, arrestations,
détentions extrajudiciaires, tortures, et traitements cruels, inhumains ou dégradants survenus tout au long du processus électoral ».

Toujours dans la déclaration, les signataires s’indignent contre « la corruption à ciel ouvert, la dilapidation des deniers publics, l’accroissement du chômage des jeunes et des inégalités de l’accès à l’emploi ». A tout ceci, s’ajoutent aussi « les violence meurtrière des terroristes, les conflits intercommunautaires qui engendrent quotidiennement des victimes civiles et militaires, ainsi que la non prise en compte des revendications légitimes des catégories socioprofessionnelles et le non respect des engagements pris par le gouvernement.

C’est pourquoi, face à tous ces griefs contre le Gouvernement, les responsables du FSD ont exprimé leur détermination à défendre les libertés constitutionnelles et la démocratie malienne conquise au prix du sang. Toutefois, ce nouveau front se fixe comme objectif de « rassembler les forces vives des partis et mouvements politiques, des syndicats et organisations populaires et celles de la diaspora, des personnalités et leaders d’opinion ainsi que des activistes pour sauvegarder la démocratie contre les dérives du régime en place ».

Mettre en « échec le régime de facto d’IBK »

Le président du Parena, Tiébilé Dramé, non-moins ancien directeur de campagne du candidat Soumaïla Cissé, a souligné qu’il s’agit là d’une coalition de lutte, une organisation née avec des dents et des griffes. Il a ensuite ajouté que le combat n’est pas terminé. Il a souligné que la lutte doit continuer pour faire respecter le choix du nouveau Mali. Selon lui, tous les signataires seront représentés dans le bureau du FSD. A en croire le chef du parti du bélier blanc, le front aura des représentations régionales locales et à l’extérieur. A ses dires, un des points essentiels de ce front, c’est de mettre en « échec le régime de facto d’IBK ». Pour lui, « IBK n’a jamais gagné les élections ».

Prenant la parole, à la suite des représentants de Karoual et des jeunes musulmans, Mme Diakité Kadiatou Fofana a laissé entendre que « le Mali est devenu un club de soutien ».

Selon Me Mohamed Ali Bathily des APM, « il est temps qu’IBK écoute les Maliens ». Il dira qu’IBK ne peut pas intimider tous les Maliens. A ses collègues, il fera comprendre que ceux qui ont peur pour la lutte peuvent dès à présent restés à la maison.

Jean Goïta

SOUMAILA CISSE, PRESIDENT DE L’URD

« Depuis 2 mois « la démocratie malienne est piratée et manipulée »

Le clou de la cérémonie de mise en place officielle du FSD aura été incontestablement le discours tant attendu du Président de l’URD, honorable Soumaïla Cissé, Chef de file de l’opposition politique.

D’entrée de jeu, il a soutenu que : « le FSD est un appel à la liberté et un ouvrage de combat de résistance contre l’ignominie, l’indignité, l’insécurité, la précarité, la duplicité, et la trahison ». Selon Soumi champion, ce front « est une flamme. Le Mali ne peut pas s’infliger à perpétuité des souffrances civiles, économiques, territoriales, encore moins accepter d’être impunément dépecé et écartelé ».

Le député de Niafunké qui n’a jamais reconnu la réélection du Président IBK a poursuivi en affirmant que depuis 2 mois « la démocratie malienne est piratée et manipulée par un régime dont la légitimité est plus que jamais contestée tant au pays qu’à l’extérieur. Le Chef de file de l’Opposition a précisé que « la République du Mali est menottée et emprisonnée par un pouvoir dont les pratiques autocratiques relèvent du non-droit le plus terrifiant ». A l’en croire, « la nation se couvre d’un ridicule institutionnel international que le président sorti de la machine à frauder entretient, avec une désinvolture coupable, par son absence de vision et sa propension à privilégier, avec outrance et dans le luxe, son destin personnel et familial ».

Une patrie sacrifiée et oppressée

Le président du parti de la « poignée de main » a signalé que la patrie est « sacrifiée et oppressée par des violations des droits de l’homme, par des assassinats ou des attaques meurtrières, des humiliations sociales et catégorielles, des montées de haine, des conflits intercommunautaires, des abus d’autorité, des lâchetés administratives et des compromissions mafieuses claniques ». Il a déploré que « durant les trois derniers mois, il y a eu 58 attaques terroristes, 287 morts et plus de 5000 déplacés ».

A cet effet, Soumaïla a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence en la mémoire de toutes les victimes de la crise du nord. Le président de l’URD a lancé que : « Nous sommes des milliers, aucune crainte ne peut nous envahir. Notre Mali ne sera plus notre Mali si nous courbons l’échine devant la loi taillée sur mesure pour et par une minorité prédatrice ». Pour lui, notre Mali ne sera plus le Mali si nous nous couchons devant la perversion orchestrée de notre démocratie, devant le totalitarisme économique d’une minorité qui n’a d’obsession que son profit, devant la soumission de cette même classe dirigeante à des intérêts terroristes ou indépendantistes qui vont dépecer notre pays. Enfin, il a remercié le Cardinal de l’Eglise Catholique pour son implication personnelle des détenus politiques et pour son sens élevé de l’écoute.

Jean Goïta

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here