Pour casser la grève des DFM, DRH et CPS : La ministre Racky Talla remet en cause la légalité syndicale de la coordination

4

La coordination des Comités syndicaux de la DAF, des DRH, des CPS et des DFM, de la primature et des Départements ministériels est déterminée à observer sa grève de 48h à compter du lundi 15 Octobre 2018. La légalité du syndicat remise en cause par le ministre du travail et de la Fonction Publique Racky Talla ne sapera pas le moral de la troupe de l’inspecteur du trésor Issa Sinayoko qui se sont dressés contre l’injustice commis en leur égard suite à l’octroi des primes alloués aux agents de la Direction générale du Budget, de la Direction nationale de la planification et du Développement ainsi que de la Direction nationale du contrôle financier.

Après les magistrats, c’est au tour des agents de la coordination des comités syndicaux de la DAF, des DRH, des CPS et des DFM de la primature et des départements ministériels de taper du point sur la table dans le but d’obtenir un meilleur cadre de travail. La coordination a déposé un préavis de grève sur la table du ministre de la fonction publique. Logiquement après un tel préavis, le département devrait mettre en place une commission de conciliation pour accorder les violons dans le but de désamorcer la bombe qui couve. Mais paradoxalement aucune disposition n’a été prise dans ce sens, déplore un membre de la coordination. Mieux la ministre a adressé une lettre à la coordination pour lui notifier son illégitimité car pour elle, la coordination n’est pas un syndicat au sens réel du terme. C'est-à-dire que la dite coordination devrait passer par la syntade. Cette lettre de la ministre n’a eu aucun effet sur la volonté affichée et déterminée des DFM et des DRH à aller en grève le lundi prochain. A cet effet, la coordination a même terminé la mise en place des comités syndicaux dans les différentes DFM, DRH, Cellule de la planification et de la statistique et des DFM des départements ministériels, de la primature et de la présidence a rappelé le membre de la coordination. Quelles sont les revendications de la coordination ? Signalons que tout est parti de l’octroi des primes allouées aux agents de la Direction Générale du Budget, Direction Nationale de la Planification du Développement, de la Direction Nationale du Contrôle Financier. Estimant que les trois services accompagnent les DAF et les DFM dans la procédure d’exécution des dépenses publiques, considérant que les DFM encourent plus de risque dans l’exécution du budget que ces trois services ; considérant que les CPS ont les mêmes attributions que les DNPD ; considérant que les DRH ont les mêmes attributions que les services du ministre chargé de la fonction publique. La coordination des comités syndicaux de la DAF, des DRH, des CPS et des DFM de la primature et des départements ministériels demandent : que les contenus des décrets N 2018-0541 /P-RM du 05 Juillet 2018 soient en intégralité élargis aux personnels de la DAF, des CPS et des DFM de la primature et des départements ministériels. Que la prime de sujétion pour risque soit ramenée à 25% du salaire au lieu de 10% pour le personnel de la DAF et des DFM de la primature et des départements ministériels. Que les contenus du décret N 2018-0653 /P-RM du 08 Aout 2018 soient en intégralité élargis aux personnels des DRH sectorielles. A défaut de la satisfaction de ses revendications, la coordination décide d’observer une grève de 48H à partir du Lundi prochain. Au delà de ce premier mouvement de débrayage quelle stratégie adoptera ladite coordination ? Cependant, il est regrettable de faire le constat amer que le régime d’IBK fait face à une grogne sociale. Les magistrats sont en grève depuis plus de deux mois, les médecins s’apprêtent à récidiver leur débrayage ainsi que d’autres couches mécontentes du traitement qui leur sont réservés.

Moussa Samba Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here