Amadou Koïta, porte-parole du gouvernement au 18e briefing : Prorogation du délai de construction du seuil de Kourouba et du pont de Kayo

10

Le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne, Porte-parole du gouvernement, Amadou Koïta, a animé son 18e briefing le dimanche 7 octobre 2018 au siège du Centre d’information gouvernementale du Mali (Cigma). Les sujets abordés avaient trait à l’adoption des projets de Décrets et des communications issus du Conseil des ministres du vendredi 5 octobre 2018.

Selon le ministre Porte-parole du gouvernement, le premier projet de Décret par le Conseil des ministres concernait le Décret portant approbation l’Avenant n°1 au Marché n°0091/DGMP-DSP 2012 relatif à l’étude, au contrôle et à la surveillance des travaux de construction du Seuil de Kourouba présenté par le ministre de l’Economie et des Finances. Cet avenant, aux dires du Porte-parole du gouvernement, est conclu entre le Gouvernement du Mali et le Groupement Egis international/Coyne et Bellier/Betico pour un montant hors taxes et droits de douane de 80 223 695 FCFA et un délai d’exécution de 4 mois. “La conclusion de cet avenant porte sur le réajustement de la durée des prestations du bureau de contrôle en fonction du délai des travaux de construction du seuil de Kourouba. La réalisation du seuil de Kourouba contribuera à l’augmentation de la production rizicole et des autres productions agro-sylvo-pastorales et piscicoles”, a souligné le ministre Koïta.

Le 2e projet de décret commenté par le Porte-parole du gouvernement porte sur l’approbation de l’avenant n°3 au marché n°0440/DGMP-DSP-2015 relatif aux travaux de construction du pont de Kayo à Koulikoro et ses voies d’accès. Cet avenant est conclu entre le Gouvernement du Mali et l’Entreprise Covec/HNRB. “Cet avenant a pour objet de proroger de 5 mois le délai d’exécution du marché initial qui était de 30. La conclusion de cet avenant est sans incidence financière sur le montant du marché initial”, a affirmé le ministre.

L’adoption du projet de Décret

de dotation de la Direction

des Ressources humaines du Secteur du Développement rural

en personnel nécessaire pour l’exécution de ses missions

Au titre du ministère de l’Agriculture, le conseil des ministres a adopté un projet de décret fixant le cadre organique de la Direction des Ressources humaines du Secteur du Développement rural. Selon les explications du ministre Koïta, la Direction des ressources humaines du secteur du développement rural a pour mission d’élaborer les éléments de la politique nationale dans le domaine de la gestion et du développement des ressources humaines pour les ministères chargés l’Agriculture ; de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable ; de l’Elevage et de la Pêche. ” L’adoption du présent projet de décret vise à doter, pour les cinq prochaines années, la Direction des Ressources humaines du Secteur du Développement rural, en personnel nécessaire pour l’exécution de ses missions “, a expliqué le ministre.

Plan stratégique de Développement de la Météorologie et son Plan d’Actions 2018-2022 adoptés

Au chapitre des communications, le ministre Koïta a informé les journalistes de l’information du conseil des ministres de l’attribution du Prix Nobel de la Paix 2018 au Docteur Denis Mukwege et Nadia Murad. Selon le ministre, le conseil des Ministres a adressé ses vives félicitations aux deux lauréats et a remercié le Docteur Denis Mukwege, pour sa participation aux activités commémoratives du 58e anniversaire de l’indépendance du Mali.

Au titre du ministère des Transports et sur le rapport du ministre des Transports, le Conseil des ministres a pris acte d’une communication écrite relative au Plan stratégique de Développement de la Météorologie et son Plan d’Actions 2018-2022. D’après le ministre, le Plan stratégique de Développement de la Météorologie vise à faire de l’Agence nationale de la Météorologie un service de référence pour la fourniture d’appuis techniques fiables et adaptés au développement socio-économique du pays. “Il est articulé autour des axes stratégiques de renforcement des capacités humaines, techniques et organisationnelles ; la mise en place de mécanismes de financement innovants ; le renforcement du système de communication et des relations avec les usagers. Le Plan stratégique de Développement de la Météorologie est assorti d’un plan d’actions 2018-2022 dont le financement sera assuré par l’Etat et les partenaires techniques et financiers. Sa mise en œuvre contribuera au développement des services météorologiques et climatologiques en vue de prévenir les risques de catastrophes”, a déclaré le ministre.

La Politique nationale de développement du commerce et son plan d’actions 2018-2022 et le programme de développement à l’exportation de la viande du Mali et son plan

d’actions 2018-2022 adoptés

Sur le rapport du ministre du Commerce et de la Concurrence, le Conseil des Ministres a pris acte d’une communication écrite relative au document de politique nationale de développement du commerce et son plan d’actions 2018-2022. Aux dires du ministre, la politique nationale de développement du commerce vise à faire du commerce une des branches motrices de la croissance du Mali tout en contribuant à la réduction de la pauvreté. “Les objectifs et axes de cette politique sont déclinés en plan d’actions dont la mise en œuvre permettra entre autres le renforcement de l’ancrage du secteur au système commercial multilatéral ; l’amélioration de la balance commerciale du pays ; l’accroissement de la part du commerce dans le produit intérieur brut ; le renforcement de l’articulation entre le commerce et les autres secteurs de l’économie. Le financement des actions préconisées par la politique nationale de développement du commerce sera assuré par l’Etat, les partenaires techniques et financiers et le secteur privé”, a commenté le ministre.

La 2e communication écrite est relative au programme de développement à l’exportation de la viande du Mali et son plan d’actions 2018-2022. Selon le ministre Koïta, les statistiques prouvent que le Mali est le 1er pays d’élevage dans l’espace Uémoa avec 10 millions de bovins, 15 millions d’ovins, 22 millions de caprins, 549 000 équins, 997 000 assains, 1 millions de camelins, près de 83 000 porcins. Le Mali est le 2e pays d’élevage dans la zone Cédéao après le Nigeria. “Cette politique vise à créer à ajouter de la valeur ajoutée pour rendre la viande rouge malienne compétitive aux marchés sous-régional, régional et africain”, a précisé le ministre Koïta.

Le programme de développement à l’exportation de la viande du Mali a pour objectifs de renforcer les capacités institutionnelles et organisationnelles des éleveurs ; de construire de nouveaux abattoirs et usines répondant aux normes internationales ; de mettre en place un système de traçabilité, une démarche qualité et de certification pour les entreprises du sous-secteur de la viande ; de développer les techniques d’ensachage ou d’empaquetage de la viande et les équipements de la chaîne de froid pour une meilleure conservation ; de mettre en place un système approprié et performant pour le transport de la viande ; d’organiser le circuit de commercialisation de la viande.

La réalisation des objectifs de ce programme favorisera l’émergence et le développement de la filière bétail et viande du Mali. Le financement des actions préconisées par le programme sera assuré par l’Etat, les partenaires techniques et financiers et le secteur privé.

L’élaboration du schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme pour la ville de Bamako et environs

Sur le rapport du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, le Conseil des ministres a pris acte d’une communication écrite relative à l’élaboration d’un schéma directeur d’urbanisme pour la ville de Bamako et environs. La ville de Bamako et environs dispose, depuis 1981, d’un schéma d’aménagement et d’urbanisme, révisé en 1990 et en 1995. La mise en œuvre de ce schéma n’a pas permis de répondre aux objectifs de développement poursuivis. Il est donc apparu nécessaire d’élaborer un nouveau schéma directeur d’urbanisme de la ville de Bamako et environs.

Ce nouvel outil de planification urbaine prendra en compte un certain nombre d’enjeux de développement notamment l’aménagement des servitudes du fleuve Niger dans le District de Bamako ; la libération et l’aménagement des collecteurs naturels ; la délocalisation de certaines casernes des forces de défense et de sécurité ; la poursuite des programmes de réalisation des logements sociaux ; la réalisation d’équipements et d’infrastructures adéquats ; l’organisation du transport pour assurer la mobilité urbaine ; la réalisation de projet de création de villes-lisières en continuum du District de Bamako ; la protection de l’environnement et la gestion des déchets.

Sur les questions d’actualité, le ministre Koïta a informé les journalistes de la participation du président Ibrahim Boubacar Kéita à la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. Au cours de cette session, le président IBK, au nom du Mali, a félicité les Nations unies pour leur engagement aux côtés du Mali en faveur de la paix, la sécurité et la stabilisation à travers la Minusma. IBK a remercié toutes les forces qui appuient le Mali dans la lutte contre le terrorisme. IBK, aux dires du Porte-parole du gouvernement, s’est félicité du bon déroulement des élections présidentielles au Mali, des élections saluées par la Communauté internationale et qui ont été jugées d’élections inclusives, transparentes et crédibles. IBK a réitéré son engagement pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issue du processus d’Alger qui est la seule alternative à la paix et à la sécurité dans notre pays.

Le ministre Koïta a dit que c’était la première fois lors de la session de l’Assemblée générale que le Mali parle d’une seule voix. Parce que le président IBK était accompagné des délégués des mouvements signataires de l’accord, notamment la Plateforme, la CMA. Ce qui veut dire que la confiance est de retour, le processus de mise en œuvre de l’accord est en marche à travers la création des autorités intérimaires, l’opérationnalisation du MOC et le processus avancé du Désarmement, de la Démobilisation et de la Réinsertion (DDR).

“Les manifestations étaient une injure au peuple malien et non au président de la République. Ces manifestants ne sont pas des maliens”

Sur les manifestations d’un groupuscule de Maliens des Etats Unis contre le président IBK, le ministre Koïta a regretté ce comportement de ces Maliens. Car, à ses dires, le Mali, c’est d’abord des valeurs, le respect des aînés, le respect des institutions et du pays. “Le président IBK était parti aux Etats Unis représenter le Mali pour plaider sa cause. Les soi-disant maliens ont pensé se faire entendre. Ce sont des actes qui méritent d’être condamnés. Ce sont des actes ignobles qui doivent être condamnés par l’ensemble du peuple malien. Car ces manifestations étaient une injure au peuple malien et non au président de la République. Ces Maliens ne sont pas des Maliens. Les vrais maliens sont ceux qui sont à l’extérieur qui respectent leur pays, qui respectent le pays d’accueil, qui respectent les institutions du pays, qui travaillent jour et nuit pour le développement de leur pays, qui respectent leurs institutions, mais qui ne se mettent en spectacles affreux. Nous condamnons ces manifestations. Ce groupuscule de maliens se trompe de combat et d’adversaires. Le seul adversaire que les maliens ont aujourd’hui, c’est le terrorisme. L’ennemi du Mali, ce sont les terroristes. Ensemble, donnons-nous la main le développement, la stabilité, la cohésion sociale et le vivre ensemble au Mali. On ne peut pas se dire démocrate, républicain et ne pas respecter son pays et ses institutions, les règles du jeu”, a laissé entendre le ministre Koïta.

Les bons points du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga

Le Porte-parole du gouvernement a informé la presse de la visite du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga dans la région de Mopti où il s’est rendu compte du retour des services sociaux de base dans le contexte de la rentrée scolaire. A Bandiagara, le Premier ministre a visité les deux sites qui doivent abriter la construction de l’université de cette localité et instruit l’extension des cantines scolaires pour que les enfants puissent rester à l’école et apprendre. Il a instruit pour que l’année scolaire se déroule normalement. Le Premier ministre a lancé la création de l’Académie de l’enseignement de Bandiagara où il a remis un chèque de 50 millions Fcfa à l’Association des anciens élèves de Bandiagara.

Le Premier ministre a reçu les forces vives de Mopti dont les communautés Peulh et Dogon qui ont décidé à l’issue de cette rencontre de sceller la paix des braves et s’instruire dans le processus de réconciliation et de dialogue initié par le gouvernement du Mali. “Nous nous réjouissons de cette paix annoncée par ces communautés. Il n’y a pas de conflit communautaire car les Dogons et les Peulhs ont toujours vécu ensemble dans l’harmonie. Le Premier a rassuré ceux qui n’ont pas de sang sur leurs mains qu’ils seront intégrés dans le processus de DDR”, a soutenu le ministre Koïta.

Siaka DOUMBIA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here