Accord pour la Paix et la Réconciliation Nationale au Mali : Le diagnostic sans complaisance de la CCSC-PURN !

5

Pour la mise en œuvre effective de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation Nationale au Mali, issu du Processus d’Alger, la Coalition Citoyenne de la Société Civile pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation Nationale (CCSC-PURN) a mis en place un rapport d’alternatif citoyen dont la cérémonie de présentation a eu lieu samedi dans la matinée à l’hôtel Laico Al Farouk de Bamako.

Sous la présidence de son président Ahmed Mohamed Ag Hamani, ancien Premier ministre et de Philipp Goldberg de la Fondation Friedrich Ebert et devant le président du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur, Habib Sylla, de la représentante de la maire de la commune III et d’autres personnalités distinguées, la Coalition Citoyenne de la Société Civile pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation Nationale (CCSC-PURN) a fait part à l’opinion nationale et internationale son rapport d’alternatif citoyen pour la mise en œuvre de l’accord pour la Paix et la Réconciliation Nationale au Mali, issu du processus d’Alger ce samedi à l’hôtel Laico Al Farouk.

L’objectif général de ce document est spécifiquement de : faire l’état des lieux à travers l’analyse des différents axes ou piliers de l’accord, identifier les éléments de blocage et suggérer des propositions adéquates afin d’imprimer une nouvelle dynamique à la mise en œuvre de l’accord.

Lors de cette cérémonie, Ahmed Mohamed Ag Hamani, a fait savoir que ce rapport est le fruit de réflexions approfondies de sa coalition sur la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Selon lui, c’est parce qu’en tant que citoyens et patriotes, nous sommes interpellés d’abord par la situation dramatique de notre pays et pour répondre à l’appel lancé par les signataires de l’Accord, à la classe politique et à la Société Civile entre autres. Cela pour apporter leur plein concours à la réalisation des objectifs dudit Accord. Pour Ag Hamani ces raisons font partie du fondement de l’investissement de la Coalition Citoyenne dans la reconstruction de la paix et de la concorde nationale.

D’après l’ancien PM, l’installation des autorités intérimaires, le Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC), l’opérationnalisation des régions de Ménaka, de Taoudénit sont certes, des pas importants dans l’application de cet Accord, mais les plus déterminants auraient été les résolutions des questions institutionnelles et politiques. Des questions relatives à la justice, à l’humanité et à la réconciliation ainsi que celles relatives aux garanties internationales.

« Cette approche qui occulte ainsi des questions essentielles est à l’origine de nombreuses préoccupations des citoyens et de la Communauté Internationale, quant à la volonté réelle des parties engagées dans l’Accord d’aller à la Stabilisation politique et sécuritaire devant conduire à la paix et au développement », a – t – il fait savoir.

Pour M. Ag Hamani, face à cette pathologie politicienne, la Coalition Citoyenne de la Société Civile, à travers des écoutes, des analyses approfondies menées en séminaires, en panels et en foras, a suggéré dans ce rapport des solutions alternatives. Cela, après avoir souligné sans complaisance ni turpitudes les obstacles à la mise en œuvre de l’Accord. A cet effet, il a expliqué que ce rapport est donc la preuve matérielle de l’engagement de la Coalition Citoyenne dans la recherche de la paix et de la cohésion sociale au Mali.

Pour le président du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur, Habib Sylla, ce rapport sera un profit pour éviter de subir ce qu’on a vécu. Il a profité de l’occasion pour remercier SE Ahmed Mohamed Ag Hamani pour avoir permis que les maliens de l’extérieur soient dans cette coalition. Selon lui, la paix, l’unité et la réconciliation est gage du développement de tous les pays. C’est pourquoi, il a fondé l’espoir que tout le monde y adhère.

Par Mariam SISSOKO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here