CAN 2019 : BURUNDI-MALI, Rachat Obligatoire pour les Aigles

0

Tenus en échec 0-0, le vendredi 12 octobre au stade du 26 Mars, le capitaine Abdoulaye Diaby et ses coéquipiers ont impérativement besoin d’un résultat positif, aujourd’hui pour préserver intactes leurs chances

de qualification pour la phase finaleLa 4e journée des éliminatoires de la CAN, Cameroun 2019 a débuté dimanche avec les matches Kenya-Ethiopie (3-0) et Guinée Bissau-Zambie (2-1). Les autres rencontres sont prévues ce mardi et les spectateurs maliens suivront particulièrement le déplacement des Aigles au Burundi. Une rencontre qui s’annonce comme une finale à ne pas perdre pour les deux pays qui se sont séparés dos à dos (0-0), le vendredi 12 octobre au stade du 26 Mars, au compte de la troisième journée.

Après trois journées de débats, Maliens et Burundais occupent, respectivement les première et deuxième places de la poule avec 7 et 5 points et semblent les mieux placés pour se qualifier pour la phase finale. Mais le Gabon (4 points) reste en embuscade et une contreperformance des Aigles ou des Hirondelles du Burundi, lors de cette quatrième journée pourrait permettre aux Panthères-quasiment assurés d’engranger trois nouveaux points face au petit poucet de la poule, le Soudan du Sud-de se retrouver dans le pelolton de tête.

C’est dire toute l’importance de cette quatrième journée pour les Aigles, les Hirondelles et les Panthères. Le Soudan du Sud lui, semble déjà hors course et devra encore patienter, au moins jusqu’à la prochaine campagne (CAN 2021) pour prétendre à une phase finale.

Pour revenir à la confrontation entre le Mali et le Burundi, prévue cet après-midi au stade Prince Louis Rwagasore, elle sera place sous le signe du rachat pour le capitaine Abdoulaye Diaby et ses coéquipiers qui ont impérativement besoin d’un résultat positif pour préserver toutes leurs chances de qualification. En tout cas, la défaite est interdite pour la sélection nationale et tout le monde attend une réaction de l’équipe.

Le nul 0-0 concédé la semaine dernière au stade du 26 Mars a complètement changé la donne dans le groupe et tout reste désormais possible pour les trois sélections qui se disputent les deux tickets qualificatifs, à savoir le Mali (7 points), le Burundi (5 points) et le Gabon (4 points). Et ce qui est embêtant pour les Aigles, c’est le calendrier qui prévoit deux déplacements périlleux au Burundi et au Gabon, c’est-à-dire chez les deux concurrents directs. La victoire très probable contre le Soudan du Sud, lors de la dernière journée ne pourra suffire que si les protégés du sélectionneur Mohamed Magassouba engrangent, au moins deux points dans les confrontations face au Burundi et au Gabon.

Pour l’arrière gauche, Hamari Traoré et ses partenaires, le salut passe donc par une victoire ou à défaut, un nul contre le Burundi, aujourd’hui au stade Prince Louis Rwagasore. La jeune garde des Aigles a les moyens de réaliser un bon résultat au Burundi, mais à condition que l’équipe se montre plus efficace devant et hausse le niveau de son jeu. La semaine dernière, non seulement le capitaine Abdoulaye Diaby et ses coéquipiers ont étalé des lacunes dans la production du jeu (un seul tir cadré en deuxième période, aucun centre en 90 minutes, manque de vitesse dans le jeu et de lucidité dans les trente derniers mètres), mais ils ont également obtenu peu d’occasions nettes de but.

Le milieu de terrain Amadou Haïdara l’a d’ailleurs avoué à l’issue de la rencontre, avant d’afficher sa détermination pour la manche d’aujourd’hui. «Nous avions les moyens de gagner ce match devant notre public mais malheureusement nous avons été accrochés. Nous avons manqué d’efficacité devant le but, il faut penser à préparer le match retour pour pouvoir aller faire un bon résultat au Burundi», a déclaré le joueur de 20 ans.

Son coéquipier Mamadou Fofana abondera dans le même sens, en insistant sur la nécessité pour le groupe de rester concentré. «On reste concentrés pour aborder le match retour avec beaucoup de sérieux et d’engagement. Nous avons certes une bonne équipe en face mais nous sommes déterminés à aller chercher la victoire mardi prochain au Burundi» (aujourd’hui, ndlr), a-t-il martelé. Il est clair que pour cette deuxième manche que les Hirondelles évolueront dans un environnement favorable, avec un public totalement acquis à leur cause et qui fera tout pour mettre la pression sur les arbitres.

En outre, les Burundais savent qu’ils ont un coup à jouer et qu’un succès face aux Aigles les mettrait sur orbite dans la course à la qualification. Au match aller, la sélection burundaise a surtout joué pour ne pas perdre et n’a pas beaucoup attaqué. Il faut s’attendre à voir des Hirondelles plus offensives cet après-midi et on sait, jugées à travers le parcours réalisé ces dernières années par cette sélection, qu’elle peut embêter n’importe quel adversaire lorsqu’elle évolue à son meilleur niveau. Les Aigles sont donc avertis.

Ladji M. DIABY

Mardi 16 octobre au stade Prince Louis Rwagasore (Burundi)

13h : Burundi-Mali

Arbitrage du Mozambicain Celso Alvacao, assisté de ses compatriotes Arsénio Chadreque Marengula et Olivio Saimone.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here