Lutte contre la corruption : La mobilisation générale doit être de mise

0

Le ministre de la Réforme de l’Administration et de la Transparence de la Vie publique, Mme Safia Boly et son collègue de la Justice, Garde des Sceaux, Tièna Coulibaly, ont co-présidé, hier à l’hôtel Olympe, le lancement de la Semaine d’actions de lutte contre la corruption au Mali.

L’évènement était organisé par la Coalition des organisations de la société civile pour la lutte contre la corruption et la pauvreté (COSCLCCP), en partenariat avec AFAD/RLD et la Communauté de pratique en matière de lutte contre la corruption (CPLC). Il s’est déroulé en présence du président de la Coalition, Souleymane Dembélé, du représentant de JUPREC et de celui du maire de la Commune V et nombre de participants. La Semaine a bénéficié d’un appui technique et financier de la Fondation américaine OSIWA, du Projet canadien JUPREC et de la Coopération suisse à travers son programme PEGA. Cette rencontre visait à informer les acteurs de la société civile sur les missions du Bureau du Vérificateur général, du Pôle économique et financier, de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite et partager les rapports du Vérificateur général afin d’amener les acteurs à exiger la mise en œuvre des recommandations contenues dans ces rapports. Pour le président de la Coalition, la COSCLCCP est une initiative de l’Ong AFAD/RLD et regroupe une cinquantaine d’associations et organisations de la société civile malienne évoluant en synergie autour de la lutte contre la corruption. La Coalition est engagée dans la promotion et le renforcement des mesures visant à prévenir et combattre le phénomène de manière plus efficace conformément aux objectifs de la Convention des Nations unies contre la corruption que le Mali a ratifiée, a-t-il déclaré. Selon Souleymane Dembélé, la corruption est, aujourd’hui, un mal insidieux dont les effets sont aussi multiples que délétères. A cet égard, il urge de s’inscrire dans la mobilisation de tous pour débarrasser notre pays de ce fléau. Il a également rappelé que la Charte de Kouroukan Fouga, il y a plus de 550 ans avant la genèse des droits de l’Homme en France, stipulait dans son article 31 (titre II) qu’il y a cinq façons d’acquérir la propriété : l’achat, la donation, l’échange, le travail et la succession. Toute autre forme sans témoignage probant est équivoque. La ministre de la Réforme de l’Administration et de la Transparence de la Vie publique a remercié la COSCLCCP d’avoir choisi son département pour co-présider cette manifestation d’importance capitale pour la mobilisation citoyenne autour des enjeux de la bonne gouvernance. L’amélioration de la gouvernance institutionnelle et financière reste une préoccupation importante des autorités de notre pays, a-t-elle rassuré.

Par ailleurs, Safia Boly a fait savoir que dans le programme «Ensemble pour la paix et le progrès», le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta a fait de la bonne gouvernance un axe prioritaire pour le quinquennat qui démarre. «Il nous exhorte à combattre avec détermination la corruption et consolider l’Etat de droit», a-t-elle déclaré. Safia Boly a aussi indiqué que la corruption est un véritable fléau qui sape le développement économique et social et toutes les initiatives citoyennes. «Pour éradiquer ce phénomène, il faut améliorer la bonne gouvernance à tous les niveaux : étatique et non étatique», a-t-elle estimé.

Yaya DIAKITÉ

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here