Lutte contre la corruption: la société civile au front

8

La Coalition des organisations de la société civile pour la lutte contre la corruption et la pauvreté a initié une semaine d’actions de lutte contre la corruption au Mali. La cérémonie de lancement des activités a eu lieu, ce lundi 15 octobre, à l’hôtel Olympe. Elle était présidée par Madame Safia BOLY, ministre de la Réforme de l’administration et de la transparence de la vie publique.
Ont également pris part Souleymane DEMBELE, le président de la Coalition des organisations de la société civile pour la lutte contre la corruption et la pauvreté; le Dr Aristide NONOSI, chef de mission du projet JUPREC (Justice, prévention et réconciliation au Mali) ainsi que les responsables de plusieurs structures chargées de la lutte contre la corruption.
Au cours de cette semaine d’actions de lutte contre la corruption, la Coalition prévoit plusieurs activités dont des rencontres d’information et de sensibilisation de tous les acteurs ; des séances de partage des rapports du Bureau du vérificateur général et d’autres organes de contrôle, des débats télévisés et radiophoniques, des articles de presses…
Dans son intervention, Souleymane DEMBELE, le président de la Coalition des organisations de la société civile pour la lutte contre la corruption et la pauvreté, a réaffirmé l’engagement de la coalition pour la promotion et le renforcement des mesures, visant à prévenir et à combattre la corruption. Il a qualifié la corruption de mal insidieux dont les effets sont tout aussi multiples et délétères. C’est un fléau qui sape les principes de la démocratie, de l’état de droit, entraîne des violations des droits de l’homme, nuit à la qualité de la vie et crée un terrain propice à la criminalité organisée, au terrorisme et d’autres phénomènes d’insécurité.
«Aujourd’hui, la corruption est arrivée à un tel stade au Mali que pour lutter avec efficacité contre ce fléau, il faut une éducation citoyenne active afin d’amener tous les citoyens à appréhender le phénomène sous toutes ses formes et le combattre à tous les niveaux. Cela ne peut aboutir sans une réelle volonté politique et l’instauration d’un contrôle systématique suivi de sanctions efficaces», a assuré M. DEMBELE.
Il a déploré le fait que les différents rapports des structures de contrôle, dont les recommandations et les inégalités relevées, restent sans suite et les acteurs cités demeurent impunis. Le président de la Coalition a déclaré que ces actes constituent des créneaux favorables et des opportunités de mobilisation, d’actions et de dénonciation.
Pour sa part, le chef de mission du projet JUPREC (Justice, prévention et réconciliation au Mali), le Dr Aristide NONOSI, a ajouté que la lutte contre la corruption demeure un axe majeur du projet JUPREC. Selon lui, le projet s’articule autour de six volets, dont la justice transitionnelle, les violences basées sur le genre, le dialogue social, la gouvernance, la lutte contre la corruption…
A son tour, le ministre de la Réforme de l’administration et de la transparence de la vie publique, Safia BOLY, a soutenu que l’amélioration de la gouvernance institutionnelle et financière reste une préoccupation importante des autorités de notre pays. Elle a rappelé que dans son programme ‘’Ensemble pour la paix et le progrès’’, le président Ibrahim Boubacar KEITA a fait de la bonne gouvernance un axe prioritaire pour le quinquennat qui vient de démarrer.
Elle a déclaré que le président de la République exhorte tous les citoyens à combattre avec détermination la corruption et à consolider l’état de droit. ‘’Il s’agira pour nous de redoubler d’efforts pour contribuer au quotidien à l’amélioration de l’efficacité des institutions pour offrir des services de qualité aux populations, d’instaurer une nouvelle culture managériale sensible au genre et prenant en compte la dimension humaine, la motivation, le changement d’attitude et de comportement et une lutte sans merci contre la corruption et la délinquance financière’’, a expliqué madame le ministre.
Elle a déploré le fait que la corruption soit un véritable fléau qui sape le développement économique et social de la société et nuit à toutes les initiatives citoyennes. Pour éradiquer ce phénomène, elle propose l’amélioration de la bonne gouvernance à tous les niveaux étatiques et non étatiques.
« Les organisations de la société civile ont un rôle clé à jouer. Celles-ci doivent participer à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation des politiques publiques de l’Etat. Elles doivent également jouer un rôle d’appui aux comportements des organismes publics et de la société civile elle-même, tout en collaborant à l’effort national de développement», a souligné madame le ministre.
Pour obtenir satisfaction dans la lutte contre la corruption, soutient Mme Safia BOLY, la société civile doit se doter de capacités pour détecter, surveiller et rapporter les faits et pratiques de corruption aussi bien en leur sein que dans les services publics et privés.
Elle a saisi l’occasion pour saluer la mise en place de la Coalition des organisations de la société civile pour la lutte contre la corruption et la pauvreté et l’organisation d’une semaine d’actions contre la corruption.

PAR MODIBO KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here