Acquisition de biens et services à l’ANTIM : Un trou de 342 millions de francs CFA dans la caisse

1

Les fouilles « archéologico-financières » réalisées pendant la période 2017 à l’Agence Nationale de Télésanté et d’Informatique Médicale (ANTIM) sont sans appel : surfacturations à la pelle, vols et détournements de fonds. Auxquels s’ajoutent des dépenses injustifiées et le changement des règles de la comptabilisation, d’une année à l’autre. Autant de pratiques qui selon le Contrôle Général des Services Publics (CGSP) ont précipité l’ANTIM dans l’abîme. Avec à la clé, 342 millions de francs CFA qui ont pris une destination, jusque-là, encore inconnue.

Le gouffre financier creusé en 2017 à l’ANTIM dépasse l’entendement. D’où la paralysie de la structure à tous les niveaux. Ou presque. L’ANTIM dans son histoire n’a jamais connu une telle hémorragie financière. Pire, elle n’a jamais été confiée à une personnalité, aussi controversée que le Directeur Général, le médecin Colonel, Dr Ousmane Ly: pendant des lustres, les caisses ont coulé. Comme le fleuve Niger dans son lit.
La preuve des épreuves

L’audit réalisé à l’ANTIM pendant la période de 2017, a mis à nu plusieurs anomalies dans l’exécution des états financiers.

Selon le dernier rapport annuel d’activités du Contrôle général des services publics, la gestion des moyens mis à la disposition de l’ANTIM, jure avec l’orthodoxie financière. Concernant la vérification de l’existence et de l’application des textes législatifs et réglementaires, la mission a relevé, entre autres, l’ouverture de comptes bancaires sans l’autorisation du Ministre de l’Économie et des Finances en violation des dispositions de l’article N°61 du décret n°2014-0349/P-RM du 22 Mai 2014 portant Règlement Général sur la comptabilité Publique. Vient ensuite, l’absence d’un règlement intérieur validé par le Conseil d’Administration ; la non-prise d’un acte administratif fixant le cadre organique de l’ANTIM; et la non-prise d’Acte administratif fixant la nature et le taux des prestations de services conformément aux dispositions de l’article n°2 de l’ordonnance n°08-007/P-RM du 26 septembre 2008 portant création de l’Agence nationale de télésanté et d’informatique médicale.

Des dépenses non justifiées

S’agissant de la vérification de l’exhaustivité des ressources, l’enquête a relevé un écart de 17 696 411F CFA entre le montant des factures émises (151 342 176 F CFA) et celui des certificats d’encaissement (169 038 587 F CFA) qui s’explique d’une part, par l’encaissement de recettes sans émission de factures et d’autre part, par l’existence de restes à recouvrer. En outre, les auditeurs ont constaté le recouvrement par l’ANTIM de ses ressources sans quittances du Trésor.
Source Nouveau Réveil

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here