Syndicalisme : L’Alliance pour la Police nationale voit le jour

0

Le comité syndical de l’Alliance pour la police nationale (APN), dirigé par son Secrétaire général, Yaya Fofana, en partenariat avec le Syndicat autonome de la magistrature (SAM), a animé un point presse le mercredi 25 octobre, au siège du SAM.

Cette rencontre avait pour but, d’éclairer l’opinion nationale, de l’existence désormais d’un mouvement syndical dénommé : «Alliance pour la police nationale.

C’était en présence du président par intérim du SAM, Aliou Badra Nanacassé, du secrétaire général adjoint de l’APN, Sidi Tamoura.

Composé de 29 membres, ce bureau provisoire aura la lourde tâche de défendre les intérêts matériels et moraux de l’ensemble de la Police nationale du Mali.

Selon le conférencier, ce syndicat est crée à la suite d’un mécontentement de la mauvaise gestion constatée de la part des autres comités syndicales. Il s’agira alors de donner une clairvoyance à la gestion de la Police nationale et permettre aux agents policiers, de bénéficier de tous leurs droits.

Mais bien avant, le Comité syndical avait adressé une correspondance au ministre en charge de la Sécurité et de la Protection civile dont le contenu est libellé comme suit : « Vu notre engagement pour la consolidation des acquis démocratiques, nous avons sagement réfléchi à la création d’un nouveau syndicat dénommé Alliance pour la Police Nationale (APN). Au regard du passé, on vous avait promis un mouvement modéré et sage en créant le SAP, Mais malheureusement, cela a été un parcours plein de divergences d’idées. Ce qui montre une vague de démissions de nos cadres et fondateurs du SAP. »

Selon le Secrétaire général adjoint, l’APN n’est pas un nouveau syndicat, c’est seulement l’appellation qui a changé. La Police étant un auxiliaire de justice, il est nécessaire de lier le partenariat avec la justice, car ces deux corps ne peuvent pas travailler l’un sans l’autre. Elle ne veut plus être manipulée par qui que ce soit, elle a atteint sa maturité, pour ne plus se laisser faire, a laissé entendre M. Tamoura.

Le Secrétaire général de l’APN ajoutera que son comité a crée ce syndicat parce qu’il y’a d’énormes défis à relever. Aujourd’hui, tous les policiers sont conscients des mauvaises conditions de travail de la Police. Mais, le syndicat parviendra à relever ces défis avec l’appui des autres comités syndicales, tels que le SAM.

Dévoué pour la cause de la justice, le président intérimaire du SAM expliquera qu’au sortir de la grève de 2016, compte tenu des soubresauts que le SAM a connus, les membres du comités syndical ont été obligés d’aller à un congrès extraordinaire pour prendre des mesures disciplinaires contre Check Chérif Mohamed Koné et Dramane Diarra. Et M Nanacassé s’est vu consigner la tâche de prendre la destinée du SAM, qu’il épaulera jusqu’au prochain prévu en décembre.

Il a également expliqué qu’il a été démarché par le nommé Tamoura pour la liaison d’un partenariat entre les deux syndicats. Et il s’est dit particulièrement heureux de retrouver ce même Tamoura à la tête d’une délégation. Il dit être agréablement surpris d’entendre dire que l’APN a jeté son dévolu sur le SAM, la police étant un bras séculaire de la justice, ils sont intimement liées dans le travail.

Adama Bamba

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here