Intox et désintox: les contradictions abyssales de l’opposition

5

Les contradictions abyssales
Entre contradictions abyssales, mensonges horrifiques, et alternatives plus ou moins crédibles, ‘’les petits messieurs’’ tirent à vue sur le régime à propos de la question du redécoupage administratif.
Face à l’INTOX de destruction massive, nous vous proposons la DESINTOX de construction massive.
Lisez les croustillantes PEPITES de la semaine.

L’aberration
INTOX
À ce propos, Soumi champion soutient : « ce découpage n’a rien à voir avec l’accord d’Alger, il déstabilisera durablement le Mali s’il ne fait pas l’objet d’un large consensus ».
DESINTOX
C’est trop facile. Derrière des textes, il y a toujours une interprétation. C’est pourquoi l’article 60 de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali dispose : ‘’assurer l’interprétation des dispositions pertinentes de l’Accord en cas de divergences entre les Parties;
– concilier, le cas échéant, les points de vue des Parties (…)’’.
En soutenant que le découpage n’a rien à voir avec l’Accord, Soumi champion ne fait que conter fleurette. Et pour cause : l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, en son article 5, dispose :
‘’des mesures destinées à assurer une meilleure gouvernance.
Outre les mesures visées ci-dessus, le règlement définitif du conflit nécessite une gouvernance qui tienne compte des spécificités locales et qui s’articule autour des éléments suivants:
– la mise en place d’une architecture institutionnelle fondée sur des Collectivités territoriales dotées d’organes élus au suffrage universel et de pouvoirs étendus;
– la gestion par les populations des régions concernées de leurs propres affaires sur la base du principe de la libre administration;
– une plus grande représentation des populations du nord au sein des institutions nationales (…)’’.
Scrutons la clé de répartition actuelle des députés par région du Nord :
Région de Tombouctou :
Circonscription de Tombouctou : 1 ; circonscription de Gourma-Rharouss : 1 ; circonscription de Goundam : 2 ; circonscription de Niafunké : 2. Ce qui représente un total de 7 députés pour l’ensemble de la région de Tombouctou
Région de Gao
Circonscription de Gao : 3 ; circonscription de Bourem : 2 ; circonscription de Ménala : 1 ; circonscription de Ansongo : 2. Ce qui représente un total de 8 députés pour la région de Gao.
Région de Kidal
Circonscription de Kidal : 1 ; circonscription de Tin-Essako : 1 ; circonscription de Abeïbara : 1 ; circonscription de Tessalit : 1. Ce qui fait un total de 4 députés pour la région de Kidal.
Le nombre total de députés pour l’ensemble des trois régions du Nord (abstraction faite de Ménaka et Tessalit) est de 19 députés sur les 147 que compte l’Assemblée nationale.
Cette clé de répartition obéit à la LOI N°02-010/ DU 05 MARS 2002, portant loi organique fixant le nombre, les conditions d’éligibilité, le régime des inéligibilités et des incompatibilités, les conditions de remplacement de membre de l’Assemblée nationale en cas de vacance de siège, leurs indemnités et déterminant les conditions de délégation de vote qui stipule : ‘’la répartition des députés entre les cercles et les communes du District de Bamako est faite sur la base du recensement administratif de 1996 à raison d’un député par fraction de 60 000 habitants.
Il est attribué un siège supplémentaire de députés pour toute tranche comprise entre 40.000 et 60.000 habitants.
Toutefois les circonscriptions électorales de moins de 40.000 habitants ont droit à un siège de député (…)’’.
En signant l’Accord, les Parties ont pris l’engagement de l’appliquer de ‘’bonne foi’’. Or, cet Accord prévoit une plus grande représentation des populations du Nord au sein des Institutions nationales. Comment alors accorder à Kidal une meilleure représentativité au sein de l’Institution parlementaire, sans augmenter le nombre de circonscriptions électorales ? Faudrait-il violer la Loi organique ci-dessus citée ? Faudrait-il nommer par décret présidentiel des députés des régions du Nord ? Franchement, nier le lien de cause à effet entre l’Accord et le découpage administratif est une aberration.
La vaticination
INTOX
Sa suprême tigregie vaticine : « pour qui observe bien et avec attention les faits et gestes des autorités, on voit en filigrane qu’elles sont en train de mettre en place, en douceur, par doses homéopathiques, les instruments politiques et administratives pour rendre irréversible le processus qui conduira à l’Autonomisation des régions du nord, avec comme finalité à moyen et long terme la Partition pure et simple du Mali »
DESINTOX
Il serait plus juste de dire un anti bien-pensant animé de malveillance qui excelle dans les prophéties de malheur. Les sinistres fariboles prospéreront difficilement face à l’implacable réalité des textes. L’article 1er de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali stipule : ‘’les Parties, dans l’esprit de la Feuille de route, réitèrent leur attachement aux principes ci-après: a) respect de l’unité nationale, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’État du Mali, ainsi que de sa forme républicaine et son caractère laïc (…)’’.
Cette disposition plonge sa racine dans la Constitution du 25 Février 1992 qui dispose en son article 25 : ‘’le Mali est une République indépendante, souveraine, indivisible, démocratique, laïque, et sociale.
Son principe est le Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple’’.
Au regard de ces deux dispositions, en quoi les autorités sont-elles en train de faire le lit à une partition du pays ? C’est cela le procès en sorcellerie des sorciers.
La paranoïa
INTOX
Pour le Bélier en chef: « les «concertations régionales» annoncées par le Gouvernement sont une fuite en avant ».
DESINTOX
En considérant que la fuite en avant est une réaction qui, chez certaines personnes, consiste en un réflexe à se dérober dès lors qu’un problème se présente, l’on est en présence d’une dénonciation calomnieuse. Parce que, si le Gouvernement était resté cachottier sur son avant-projet de découpage administratif, dès les premières contestations, il a été contraint à jouer la carte de la transparence et de l’inclusivité, en annonçant des concertations régionales, d’abord du 6 au 10 novembre, maintenant du 13 au 17 novembre. Où est la dérobade des autorités ? Le Bélier tourmenté doit avoir un tournis assimilable à un délire hallucinatoire.
La critique est toujours facile, mais franchement, nous atteignons en ce moment des records en matière d’emploi de langue fumeux en politique politicienne.

Plein dans le mille
INTOX
« Les délais trop courts, l’effervescence dans tout le pays ne sont pas propices à la tenue d’assises fécondes ».
DESINTOX
En plein dans le mille. Là, le Bélier en chef dit vrai. Cette affaire de concertations régionales est sortie comme d’un chapeau pour contenir les appréhensions et les colères légitimes des organisations de la société civile qui sont vent debout contre ledit projet qui a fuité sur les réseaux sociaux. C’est à se demander s’il y avait vraiment un projet de concertation sur ‘’l’avant-projet’’ de redécoupage administratif. Parce que ce choix dilettante et quelque peu altier tranche nettement avec le contexte d’inclusivité dans lequel baigne le Mali depuis que le monde entier s’y est donné rendez-vous pour recoller les morceaux, en tout cas, prétend-on.
Le maximalisme
INTOX
« Le projet doit être retiré. C’est une provocation ».
DESINTOX
Voilà ! Le naturel revient au galop. À peine applaudit-on un moment de lucidité chez le Bélier en chef qu’il se remet à dérailler. Et ça, c’est du ‘’an te, a banna’’ (nous refusons, point barre) tout craché. Ce qui crée le désarroi, chez ce Bélier nostalgique des ruisseaux de miel, des prairies luxuriantes, c’est qu’il alterne les contradictions abyssales et les mensonges horrifiques. Mettre en application un projet qui sommeille dans les tiroirs depuis 2011 (l’annonce avait été faite par le Président ATT dans son discours de Nouvel An 2011), n’a rien d’une provocation. L’État c’est une continuité non ? Bien sûr que certains acteurs, à un moment donné, sont laissés à la touche. À force d’en souffrir, ils sombrent dans la démagogie, la mythomanie…
Le catastrophisme
INTOX
« Pas la tribalisation concoctée par le régime ».
DESINTOX
D’une bouche qui répand d’aussi purulents effluves, rien de bon ne peut sortir. Le chanteur disait : ‘’ a da magni, a da kasa bolè’’ (sa bouche n’est pas bonne, elle sent mauvais). Que peut-on attendre de quelqu’un qui, à tous les coups, jette le bébé avec l’eau du bain ? Il faut s’y résoudre : on ne tirera rien des discours de haine
Ce bélier en chef ne peut pas prédire mieux qu’un cataclysme pour le Mali, tant son ventre est noir, tant il ne supporte pas d’être sur la touche de la gestion du pouvoir. Il voit le diable partout. C’est à croire qu’il est en proie à un délire paranoïaque.
La tribalisation telle que l’augure le Bélier famélique, Dieu nous en préserve. Elle n’existe que dans le schéma machiavélique de ce prophète de l’apocalypse qui joue à fond sur la peur qu’inspire ce mot.
Le devoir
INTOX
« Une Mission de réorganisation territoriale est plus pertinente que des assises précipitées ».
DESINTOX
N’est-ce pas préférables les contributions constructives de ce genre que les bêleries ? C’est ce qu’on attend d’une opposition dite républicaine et démocratique, parce qu’après tout, personne ne se sauvera tout seul. ‘’Autant l’union fait la force, autant la discorde mène à une rapide défaite’’. (Oesope, Artiste, Ecrivain). De même faut-il méditer ce que disait le roi GUEZO du Dahomey, en son temps (il y a plus d’un siècle) : « la jarre trouée contient l’eau qui donnera au pays le bonheur. Si tous les enfants venaient, par leurs doigts assemblés à en boucher les trous, le liquide ne coulerait pas et le pays serait sauvé».

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here