Décrispation du front social : La rencontre entre le Premier ministre et les centrales syndicales qui rassure

4

Le second mandat du Président Ibrahim Boubacar Keïta se heurte à une ébullition du front social qui devenait de plus en plus inquiétante. Mais, ces derniers temps, les efforts du gouvernement sont perceptibles. La rencontre entre le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga et les centrales syndicales en témoigne.

Homme de défis et des situations difficiles, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a de la matière. Au fils du temps, il prouve que son équipe gouvernementale a du jus pour transcender les épreuves qui s’imposent au pays.

Après l’obtention de la suspension de la grève illimitée des magistrats sans la moindre incidence financière sur le budget national, le gouvernement passe à l’offensive. L’opération de séduction du chef de l’équipe gouvernementale est porteuse d’espoir. Il s’agit de la multiplication des rencontres avec les forces vives de la nation et les centrales syndicales.

Faut-il le rappeler, en vue d’anticiper sur les préavis de grève devenus à la mode dans l’administration publique, Soumeylou Boubèye Maïga amorce le dialogue social avec les forces vives de la Nation. Ce, conformément à la ligne de conduite instruite par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. Dans ce registre, le Chef du Gouvernement a initié une série de rencontres avec les partenaires sociaux.

Le jeudi 1er novembre 2018, il a successivement rencontré les représentants de l’Union Nationale des travailleurs du Mali (UNTM), la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM), la Confédération malienne des travailleurs (CMT) et la Centrale démocratique des travailleurs du Mali (CDTM).

A en croire des sources proches de la Primature, ces rencontres se sont déroulées en présence de la ministre du Travail et de la Fonction Publique, Chargée des Relations avec les Institutions, Diarra Racky Talla. A ces occasions, précisent les mêmes sources, le Premier ministre a expliqué aux responsables syndicaux la volonté du Gouvernement d’organiser à la mi-janvier 2019, une conférence sociale qui va être axée sur l’examen des conditions de travail, de rémunération et de statut des salariés du secteur public comme du secteur privé. Et c’est pour solliciter les contributions, observations et commentaires des uns et des autres pour une meilleure organisation de cette conférence que le Premier ministre a décidé de rencontrer les partenaires sociaux.

A la fin des rencontres, le Chef du Gouvernement a déclaré à la presse que c’est conformément aux instructions du Président de la République, Chef de l’Etat de travailler à l’apaisement du climat social que le gouvernement va organiser cette conférence sociale autour des «questions relatives à la rémunération des travailleurs, à la gestion des ressources humaines, au déploiement des agents dans les différentes régions. L’objectif, c’est d’aboutir à une situation où les fruits de la croissance et la richesse que le Gouvernement a créée puissent bénéficier à l’ensemble des composantes du pays».

Cette démarche inattendue par les responsables des centrales syndicaux a été saluée et encouragée. Partant, les représentants des syndicats ont témoigné au Premier ministre leur adhésion à l’esprit du projet de conférence sociale du Gouvernement. Les patrons des centrales syndicales n’ont pas manqué de rassurer le Premier ministre de leur disponibilité à participer de façon active à l’organisation et à la tenue des travaux de ladite conférence sociale.

D’ores et déjà, dans les rues de Bamako, les plus sceptiques qui avaient, toute affaire cessante, consacré leur vie à comptabiliser les préavis de grève se ravisent. Les rencontres de la semaine dernière entre le gouvernement et les partenaires sociaux rassurent davantage les citoyens sur le fonctionnement correct de l’administration et le renforcement des institutions de la République.

Oumar KONATE

Source : La Preuve

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here