Situation de nos compatriotes en Angola: les assurances du ministre Yaya Sangaré

1

Le ministre de la Jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne, Amadou KOITA, a animé, le samedi 3 novembre, sa traditionnelle conférence de presse pour éclairer l’opinion nationale sur les grandes décisions issues du Conseil des ministres, tenu la veille vendredi et se prononcer sur les questions d’actualité. Pour la circonstance, il était accompagné par son homologue des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, Yaya SANGARE, qui a fait le point sur la situation de nos compatriotes en détresse en Angola.

Le ministre KOITA a décortiqué les projets de texte, adoptés lors du Conseil des ministres du vendredi 2 novembre et autres question d’actualité.
Quant au ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, Yaya SANGARE, il a largement parlé des mesures en cours pour venir en aide à nos compatriotes en détresse en Angola.
Aussi, a-t-il noté, la situation qui prévaut actuellement en Angola fait suite à un communiqué du gouvernement de ce pays qui a décidé de « nettoyer les zones aurifères et le secteur du commerce informel».
Pour lui, cette opération est une décision de souveraineté entreprise par le régime en place en Angola pour assainir les finances publiques.
Le ministre des Maliens de l’extérieur a fait savoir que cette opération concerne à la fois les nationaux et les étrangers. Pour lui, la situation est certes préoccupante, mais est loin d’être ce que les rumeurs font croire.
Selon le ministre SANGARE, les étrangers se trouvant en Angola ont été paniqués par le fait que le communiqué en question demande aux Angolais de dénoncer tout étranger irrégulier sur leur territoire.
Il ressort des explications du ministre SANGARE que les premières arrestations opérées ont concerné en grande partie les ressortissants congolais.
Le conférencier a fait savoir que les autorités maliennes, en premier lieu, le Président IBK, ont décidé de gérer cette situation de façon collégiale.
Pour ce faire, a-t-il révélé, le chef de l’Etat a opté pour une gestion collective de la situation en Angola en contactant ses pairs de la sous-région afin de trouver ensemble une solution.
M. SANGARE a rassuré que les autorités suivent de très près cette situation. Pour preuve, il a noté que l’ambassade de notre pays en Angola est sur pied d’œuvre pour apporter assistance aux 63 Maliens qui sont arrêtés depuis le début de l’opération.
«Beaucoup de rumeurs ont circulé sur la situation en Angola. Après vérification ces rumeurs n’étaient pas fondées. Au jour d’aujourd’hui, les Maliens arrêtés en Angola ne dépassent pas 65 personnes. Ils sont dans les Centres de détention et d’ailleurs certains ont déjà payé leurs billets pour être rapatriés», a rassuré le ministre des Maliens de l’extérieur.
Il a profité de l’occasion pour faire savoir que les autorités maliennes sont dans la logique de prendre toutes les dispositions nécessaires afin d’envoyer des avions pour rapatrier tous les compatriotes qui désirent rentrer au bercail.
Selon lui, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) est prête à soutenir le Mali dans cette opération une fois que ceux qui sont prêts à rentrer au pays seront recensés.
Selon le ministre SANGARE, à part le Mali, aucun autre pays n’a mis en place un mécanisme pour venir au secours de ses compatriotes en détresse en Angola.
En attendant le rapatriement des compatriotes qui désirent rentrer au pays, le ministre Yaya SANGARE a affirmé que des messages ont été envoyés à tous nos compatriotes afin qu’ils limitent les déplacements et à aller sécuriser leurs documents et autres biens au niveau de l’ambassade.
« Les Maliens résidents en Angola sont estimés entre 32 000 et 34 000 personnes. Ceux qui ont des documents officiels sont entre 7 000 et 8 000 personnes et environ 85% n’ont pas de papiers Angolais », a souligné le ministre des Maliens de l’extérieur.
Il a informé que l’opération de dénonciation des étrangers a été repoussée par les autorités angolaises.
Aux dires du ministre SANGARE, les autorités angolaises ne seraient plus dans la logique de refoulement des étrangers, mais plutôt leur identification afin qu’ils sortent de l’informel pour contribuer au développement du pays.
En attendant, le ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine a rassuré que les autorités suivent la situation de près et ne ménageront aucun effort pour venir en aide à nos compatriotes et à tous ceux qui sont en difficultés en Angola, conformément aux fortes recommandations du Président Ibrahim Boubacar KEITA.
PAR MODIBO KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here