Plaine Ouest de San : 12% de la production de riz affectée par un virus

0

Les producteurs de riz de la plaine de San ouest sont inquiets. 12% des 2335 ha de  la surface sont l’objet d’attaque d’un virus bactérien aux conséquences incalculables.  

 

La plaine de San ouest est aménagée pour 4500 hectares. Cette année, l’exploitation a concerné 2335 ha. Dans cette plaine, ce ne sont ni les oiseaux granivores ni les insectes qui s’attaquent aux plants de riz. Les destructeurs ont pour noms : veros, un virus bactérien qui s’attaque aux feuilles du riz. Ce qui occasionne des pertes de rendement, dans les champs contaminés. Selon les explications du directeur général adjoint du PDI-BS, Mamadou Traoré, cette année, l’étendue du riz attaqué par le virus est de 12% des surfaces exploitées dans la plaine de San Ouest.

Jusqu’ici, les scientifiques n’ont pas trouvés de remèdes au  flétrissement bactérien des feuilles, la lutte passe par la sensibilisation des exploitants avec l’adoption de certaines pratiques. Il s’agit de brûler les débris végétaux contaminés… Or, selon les dires des représentants des exploitants, ce sont les éleveurs qui s’opposent à la brulure des débris contaminés sous prétexte que leurs animaux se nourrissent sur le site pendant la saison sèche. Le hic, la maladie du riz peut se propager si les animaux mangent les feuilles des plants contaminés. « Seule la brulure de toute la surface exploitée peut éloigner le  mal du riz », a souligné le DGA Traoré. Intervenant à ce sujet, Dr Nango a prôné la sensibilisation des éleveurs pour éviter tout malentendu.

La maladie selon les spécialistes se manifeste par l’apparition de panachures jaunes sur la surface foliaire, suivie d’une décoloration totale puis d’une nécrose des feuilles. Les plantes subissent une diminution de croissance et deviennent souvent stériles, ce qui conduit à de fortes pertes de rendements. La maladie provoque souvent la destruction totale du champ. Elle affecte la riziculture pluviale et de bas-fonds.

Mamadou Sidibé

Source : Arc-en-Ciel

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here