Opération Bamako ville propre : Où sont passés Ozone, l’association “Tous en mouvement” et les autres ?

5

S’il y avait eu, dès début du premier mandat du président IBK, une initiative unanimement saluée par les citadins de Bamako ce fut bel et bien la création de la société Ozone. Une société issue du fruit de coopération sud-sud inscrite dans le cadre de la politique nationale de lutte contre l’insalubrité et l’assainissement inscrite dans le programme de société de 2013 du président de la République. Aussi, l’association “Tous en mouvement” avait promis de contribuer activement à la politique gouvernementale de lutte contre ce phénomène d’insalubrité. Mais, ce n’était que du tapage médiatique à but électoraliste. En tout cas, si le gouvernement ne revoie pas sa politique en la matière, Bamako risque de devenir le Beyrouth de l’Afrique de l’Ouest avec ses invincibles monticules d’ordures ménagères et industrielles ayant rendu le pays du Cèdre tristement célèbre de nos jours.

Au départ, la présence de la multinationale marocaine, Ozone, dans notre pays avait suscité de réels motifs d’espoir. Pour les citadins de Bamako, c’était même devenu un acquis en termes d’assainissement et leur rêve de revoir leur capitale renouer avec ses atouts d’antan d’une ville coquette. Au plan d’emplois et de lutte contre la pauvreté, l’espoir était vraiment permis vu le nombre de jeunes et de courageuses femmes qui se mettaient à balayer nos artères principales et nettoyer proprement nos lieux publics et grands carrefours.

Les camions bennes sillonnaient les carrés et partaient dans les quartiers les plus reculés de Bamako. Mais, voilà, ce ne fut qu’un espoir de courte durée. Sans ambages, force est d’admettre que cette société a montré ses limites dans l’exécution de son contrat qui est d’assainir la ville de Bamako submergée aujourd’hui d’ordures ménagères et industrielles de toutes sortes.

En la matière, Bamako est en passe de devenir le Beyrouth de l’Afrique de l’Ouest avec ses monticules d’ordures. Car, la société Ozone Mali est en train d’échouer lamentablement. Cependant, outre la société Ozone Mali, il y avait eu des mouvements citoyens qui s’étaient engagés publiquement de voler à la rescousse de nos autorités compétente. C’est le cas de l’association “Tous en mouvement”, dont les initiateurs avaient promis de contribuer inlassablement et activement à la politique gouvernementale de lutte contre le phénomène d’insalubrité.

En substance, rappelons que cette association avait projeté, courant mai 2018, des actions concrètes dans le domaine de l’hygiène et de l’assainissement, à travers des campagnes de pulvérisation extra-domiciliaire dans les différentes communes du district de Bamako. Mais, là aussi, tout porte à croire qu’il ne s’agissait que de battage médiatique d’ordre électoraliste qui meublait le calendrier caché des initiateurs. Ensuite, force est de reconnaître encore que la mairie du district de Bamako en charge de l’assainissement de la ville est, à son tour, à bout de souffle.

Selon le maire Adama Sangaré, aujourd’hui seuls les 30 % des ordures produites par les ménages et industriels de Bamako sont évacuées. Ce qui atteste que le volet hygiène et assainissement est devenu une gangrène et pour les autorités municipales de Bamako et pour le gouvernement d’IBK et ses partenaires étrangers dont l’Ozone Maroc. En tout cas, l’entassement permanent des ordures ménagères à travers les quartiers et les points stratégiques de la ville de Bamako atteste incontestablement que l’Etat malien et ses services communaux ont atteint leurs limites. Ils sont au bout de souffle face à ce problème lié à la gestion escompté des ordures de Bamako dont l’évacuation vers les dépotoirs relativement aménagés s’avère impossible. Face à cet aveu d’impuissance, les citoyens s’interrogent anxieusement. Pour certains, cela n’est qu’une preuve de l’indifférence des décideurs politiques et des élus locaux face à la santé des populations. Mais, pour d’autres, c’est un manque de moyens de la politique gouvernementale d’IBK. Les familles et lieux de travail situés auprès des points de décharge comme celui de Lafiabougou (en Commune IV) et des caniveaux sont dégoutés et déplorent amèrement de l’échec de la société Ozone Mali. Car, souvent, il fait des semaines voire des mois sans ramassage des ordures dans bien de ces endroits et quartiers de Bamako.

Aujourd’hui, les Bamakois sont unanimes que l’actuel régime et les autorités communales ont montré leurs limites en matière d’assainissement de notre capitale. Les gouvernants sont devenus incapables de mobiliser des ressources pour gérer ce dossier, contenir les ordures. Vu la gravité des conséquences pouvant en découler, l’Etat malien devrait attaquer son contrat avec la société Ozone. Tout comme, celle-ci aussi, devrait inversement poursuivre celui-là au cas où des cadres maliens en charge de gérer, de faire fonctionner la société auraient commis des détournements de fonds dédiés au financement du projet en question.

Par ailleurs, à propos de l’association “Tous en mouvement”, rappelons que son coordonnateur général, Kalilou Maribatrou Diaby, avait entrepris une série d’activités pour assainir Bamako, la rendre coquette où, hygiéniquement, il fera beau à vivre. C’est une opération qui consistait à pulvériser toutes les rues et ruelles des six communes. C’était, selon ses propres termes, sa manière de contribuer à la lutte contre l’insalubrité, la propagation des vecteurs de maladies dont les moustiques, les mouches, les ras, les salamandres et les insectes nuisibles au plan sanitaire.

En tout cas, le 12 mai dernier, en Commune II, il avait entamé son projet avec une opération de pulvérisation dite “extra-domiciliaire”. Les quartiers Zone industrielle; Bakaribougou, Sans-Fil et Kénédougou ont été les premiers à accueillir l’équipe en charge de désinfecter, de dératiser notre capitale. Le lendemain, dimanche 13 mai 2018, ce sont les quartiers de Bagadadji, Niaréla, Bozola, l’Hippodrome et Medina-Coura qui avaient pulvérisés. Mais depuis lors, personne ne sait où est passé à son tour ce projet citoyen.

En somme, les élus locaux et le président IBK doivent se sentir directement interpellés par les populations.

Amaye Maki

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here